• Ressusciter les mathématiques, l'esprit logique, l’agilité numérique de l'esprit qui vont avec le goût de l'observation de la nature et du monde des humains

     

    30 patrons signent l'appel "sauvez les Maths" page 61 revue Challenge du 31 mars 2022.

    Il était temps que le monde économique et politique se rende compte que l'enseignement d'abord du calcul, des opérations à l'école primaire, puis des filières qui amènent au baccalauréat aient complètement abaissé leur niveau pour sacrifier les compétences scientifiques des enfants.

    En rendant les mathématiques non indispensables par les moyens technologiques,  ordinateurs, smatphone, etc., on a sacrifié un monde où la jeunesse n'aurait plus à s'imposer le travail de concentration et de maîtrise de la logique ou la valeur des interactions numériques; Ce monde a été sacrifié sur l'autel des résultats en pagaille. Ce qui aboutit au fait que le nombre de candidats au baccalauréat à fort enseignement mathématique ait baissé de 120.000 en 3 ans. C 'est un effondrement de l'esprit de calcul, de la maîtrise logique et de l’agilité intellectuelle abstraite.
    Ce que nous apprenions à l'école primaire en 3 ans a été oublié au profit du culte des résultats pour tous, à l'oubli du travail intellectuel profond. Leur abolition au nom de l’élitisme a été balayée en quelques années.

    Le nombre d'inscrits aux filières secondaires de mathématiques a baissé de façon dramatique, notamment pour les filles dont la moitié du nombre des inscrite a été éliminé. Par conséquent le vivier des classes préparatoires s'est rétréci, et par démagogie, les politiques ont réduit la place de l'enseignement des maths dans les cursus primaires, secondaires et supérieur. Notamment comme on l'a dit pour les filles qui étaient pour l'émulation des garçons, un stimulus.

    Quand je pense à l'agilité logique et numérique de mes camarades enfants de paysans et d'ouvriers à l'école primaire, quand je pense à cette agilité, comparée à la lourdeur ou à l'échec, du calcul, par les lycéens ou les étudiants qui remplacent ça par le digital ou les datas, je suis atterré... Quand je me rappelle ce que faisait Clément Ader à 3 ou 4 ans, en calcul mental ou opérations mathématiques, je me dis qu'il avait 20 ans d'avance, enfant, sur nos générations d'aujourd'hui. C' est pour ça qu'on pouvait devenir ingénieur à 21 ans, grand mathématicien et physicien et faire par la suite une série d'inventions dont l'avion n'est pas la moindre des entreprises à succès.

    Alors, jeunes gens qui aimaient les maths, abandonnez l'école ou le lycée : faîtes par vous même une émulation dans l’agilité technique du cerveau et enrichissez par vous même la formation mathématique et physique. Car si vous vous appuyez sur ce que la société vous invite à faire, si vous vous conformez à enseignement purement scolaire, vous abandonnerez tout esprit de recherche inventive et de culture rigoriste. Scolaire signifie conformiste et scolastique.

    Alors, par conséquence, ne vous fiez pas aux hommes politiques, au monde académique conformiste, ni aux entreprises artificielles techniques de calcul, par vos petits engins qui "décervelisent" votre esprit., encourageant à l'abandon du travail profond et rigoureux.
    En pensant à Clément Ader , bachelier à 16 ans, ingénieur à 21 ans, je vous souhaite bonne chance! (cf. mon livre : Ader l'aérien, un ingénieur toulousain, Éditions Saint Honoré, 2020) 

    Je vous suggère la lecture de cet ouvrage : La vulgarisation scientifique est-elle un échec? (Institut Diderot)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :