• Lettre de la montagne

     

     

    J’ai reçu cette lettre de l’ermite et je vous la transmets telle quelle.

     

    Cher camarade

     

    Les événements vont vite et comme l’hiver prolongé vous tient éloigné d’une promenade à mon domicile, je vous envoie les réflexions suivantes :

    Nous aurons un gouvernement de gauche en France dans quelques jours. Evénement de portée mondiale. En effet il n’y en pas d’autres en Europe et nous serons donc les seuls.  Reçu comment ? Admis par qui ? Combattu par quelles forces ? Evénement international aussi, car si on ôte les 5 ou 6 gouvernements de gauche en Amérique latine, nous serons aujourd’hui le cinquième gouvernement de gauche sur la planète (Chine, Vietnam, Cuba et un autre minuscule)

    Ainsi, est-ce que dix gouvernements de gauche, plus un (le notre),  ça va permettre de rétablir l’équilibre au sein de l’humanité ? Bouleverser le rapport de forces mondiales ? Perturber le libéralisme le capitalisme et l’impérialisme économique ambiants ?  Je ne sais

     

    Mais je devine notre future situation en Europe, seuls contre tous, puisqu’on ne peut voter pour les autres peuples et que l’extrême-droite progresse régulièrement (sans triompher) dans tous les pays européens y compris la Suède travailliste (mais ils avaient tué Olaf Palme avant). Les réactionnaires participent de plus en plus aux gouvernements en les gérant ou en les soutenant. Alors que faire ?  Quitter l’Europe en changeant de continent ? Accepter la guerre qu’ils vont nous mener ? Ou réfléchir posément aux précédents historiques. Cela oui, c’est réaliste

    La montée de la droite extrémiste, dans tout l’Occident, est un fait nouveau à cette échelle et à cette intensité. Et comme l’Allemagne joue un rôle central demandons-nous ce qu’elle va entreprendre, décider ? Est-elle le père Fouettard qu’on nous présente, la diablesse de l’austérité ou un pays qui a su éliminer ses  natonalistes ? Notons qu’elle est (avec l’Angleterre) un des seuls pays à n’avoir aucune représentation parlementaire extrême, genre néo nazi ou parti à tendance violente.  

    La fascisation rampante en Allemagne démocratique date des années 1914-1918, pour s’élargir dès 1925 et s’ « épanouir » en 1933 .  L’étude des élections signale que ce n’est pas le peuple (urbain, ouvrier, socialiste ou communiste) le responsable mais la Bourgeoisie et les classes moyennes qui ont soutenu et participé à ce méfait qui a attiré le monde dans le gouffre. On doit affirmer donc que l’idée du « populisme »,fauteur de troubles, qui triomphe actuellement dans nos analyses médiatisées est une idiotie de l’explication historique. On impute injustement par « populisme », une péché au peuple, une  prétendue dérive des électeurs de  gauche vers le Front National. La gauche n’est pas exempte toutefois d’une absence de clarté et de vision. Mais ce sont les forces d’autres bords qui sont passées graduellement  du conservatisme à la peur des « Rouges », du collectivisme et des « partageux ;  ensuite à leur  massacre pour aboutir au triomphe du nazisme. Quelles sont ces forces ? On peut l’imaginer quand on examine les électorats traditionnels qui sont en train de virer à l’extrémisme européen.

    Je me propose de le faire avec vous. Nous disposons d’un grand nombre de livres récents, d’études fines, notamment Allemandes et de langue anglaise. Rien en France bien entendu. Nous avons même oublié que 25 millions de Russes, de « communistes » donc, ont donné leur vie pour nous libérer du fascisme. Celui-ci en 1942 tenait encore toute l’Europe continentale (sauf la Suisse et la GB) ; occupait une partie de l’Asie et de l’Afrique du Nord. Sans la lutte des Soviétiques (peu de temps après haïs par nos élites et « responsables »), nous serions encore...occupés et nazifiés. On oublie trop vite le sacrifice russe à la liberté,à la notre. Car les Américains n’auraient jamais débarqué avec succès si les trois-quarts des armées hitlériennes n’étaient fixés à L’Est. Bien sûr on peut penser qu’à la fin de 45, la bombe atomique sur l’Allemagne l’aurait faite céder....

     

    Pourquoi un fascisme, plus ou moins masqué, renaît en Europe ? Notre sort dépend de la façon dont nous allons comprendre les événements inouïs qui se préparent sur le terrain de la réaction et de la Contre Révolution.  A suivre la lecture du passé de l’Histoire

     

    L’ermite  

     

     

     


    votre commentaire
  • La Révolution de 1789 (à la lumière des événements actuels)

     

     

    Chaque siècle a eu sa lecture de l’épisode le plus marquant de notre histoire. Celle que nous vivons présentement a du mal à éclore tant l’ombre du XXème pèse sur nous. Il n’y avait jamais eu, lors des trente dernières années, autant d’historiens de salons et de plateaux télé (spécialistes, contrairement aux sociologues qui étaient invités pour un oui ou non) ; il n’y jamais eu autant de revues de vulgarisation (souvent de qualité), il n’y a jamais eu autant de faim d’Histoire ; c’est pourquoi peut-être, il y a si peu d’historiens novateurs. Il est demandé aujourd’hui une position morale irréprochable, politiquement correcte, une rédaction pas trop longue, pas trop de notes, pas trop difficile à lire. Ces conditions pèsent sur la recherche puisqu’on doit passer sous les fourches caudines de l’éditeur. La « belle carrière »   implique non le livre profond mais le livre à succès. Et peu importe la recherche solitaire et patiente.  L’histoire universitaire actuelle s’est enlisée dans les délices du médiatique, de l’académisme prudent et la norme est devenue « Esprit Sc Po », l’essai court, sentencieux, polémique mais poli, de gauche. Martin et quelques autres ont décidé d’aller à l’inverse du mouvement général,période  au cours de laquelle la France a perdu une prééminence internationale initialement reconnue. Aussi, après les « historiens-anthropologues » anglo-saxons renommés, quoique négligés en France, nous présentons Martin, dont la recherche sur un sujet  archi-battu, la Révolution, se trouve  aux antipodes de la mode  dans les sciences sociales. Aucune n’est indemne. L’histoire aussi en fut victime quoique ayant gardé un niveau supérieur d’exigences à celui de la sociologie. Quand on voit le peu de cas que font de nos « découvertes », de nos publications, les historiens étrangers, on est effaré du déclin de la discipline. Dans les livres que nous commentons (Dunn, Goody, Evans, Kershaw, ou chercheurs de Harvard, de Cambridge, de Californie, voire du Japon ou de Chine), la place donnée en note et la part bibliographique accordée aux historiens français contemporains est infime.

    Rien ou presque sur l’histoire du nazisme, terrain immense en plein renouvellement ; rien sur l’histoire des relations économiques ou politiques du monde. Terrains et réputations perdus sauf quand l’histoire française se consacre à ses « grands sujets »: Révolution, Guerres mondiales sur notre sol, guerre d’Algérie, Gaullisme, (bref le pré carré), ou bien alors elle vient sur le terrain de la sociologie des phénomènes contemporains, (mémoire nationale, vie politique, partis et syndicats). La France représente moins de 5% de la bibliographie dans des oeuvres au retentissement mondial (particulièrement en anglais ou en allemand). Les chefs d’œuvre contemporains demeurent inconnus ou négligées chez nous, étant donné notre suffisance. Nous traversons à l’heure actuelle un champ de ruines, après le temps des  Annales, des Bloch, des Braudel et leurs fils spirituels qui sont octogénaires ! C’est ainsi que ce blog « Histoire-Sciologie » à travers l’idée de la crise permanente est tourné presque exclusivement -et on le déplore- vers les historiens étrangers.

     

    Jean-Clément Martin , comme son nom l’indique, est bien français. Il est le grand spécialiste actuel de la Révolution ; il a apporté en peu de temps un regard nouveau. Notons en passant qu’il consacre, en général, plus du quart de sa bibliographie aux auteurs non français. On apprécie qu’il sorte un peu de l’hexagone. Nous résumons  l’article mis en ligne dans la rubrique « Lectures ». Une Révolution (et la notre est exemplaire) implique obligatoirement une Contre-révolution, des progrès et des régressions, terribles par les deux aspects liés, une forte dose de violence gratuite (qualificatif inapproprié : elle est indispensable et juste pour ceux qui en usent et injuste à ceux qui la subissent). La révolution, chez Martin, ne commence pas à une date symbolique, ni ne finit quand les acteurs le déclarent.  Cette « transgression » des contenus et de la  chronologie classique nous interpelle particulièrement au moment où le besoin de renouvellement se fait sentir, et où des espaces neufs de réflexion se créent. Heureusement le goût de l’histoire (agitée ou non, de périodes troublées ou non) se manifeste parmi les jeunes historiens[1]. Il n’y a qu’à voir  l’âge des collaborateurs de Martin  dans le Dictionnaire de la Contre –Révolution : la majorité a  moins de 45 ans Pour redonner l’envie de lire les grands auteurs étrangers aux jeunes Français, lisons Martin, revisitons la Grande Révolution

     

    D’abord pourquoi 1789 ?

     

    Une énième histoire de la Révolution, on nous dira, quelle importance aujourd’hui ? Capitale ! Parce que la situation est aussi instable, économiquement ou financièrement que dans les années 1780, le doute, un scepticisme  certain, gagnent les institutions provoquant la perte de légitimité des élus ; ni Ecole, ni Eglises, ni Etat, ni chefs ne surnagent. La crise est morale autant que politique ; de là cette inquiétude diffuse. Même l’espoir mis en l’Europe en est affecté, on parle comme en 89, de « banqueroute » : (banque et route) !

    On peut revenir alors à nos années classiques 1780, non parce que l’Histoire se reproduit mais parce qu’on cherchera des comparaisons et là, on trouvera des prolongements étonnants. Il  est des questions éternelles que la Révolution de 89 a tenté de résoudre : la souveraineté du peuple, la place des travailleurs pauvres,  la forme d’une scolarisation gratuite , la démocratie représentative, la fonction des « minorités » (femmes, ex-colonisés, immigrés ou émergents,). De même l’interrogation : la violence est-elle inéluctable en politique ou est-ce un accident de l’histoire est toujours d’actualité ainsi que le printemps arabe nous l’a opportunément rappelé. 

    Justement, Martin traite avec grande liberté et sang froid ces questionnements. De ce fait, il participe au renouveau qu’il y a 20 ans Jacques Le Goff appelait de ses voeux. Il aspirait à un grand nettoyage de la problématique. Son appel contenait l’intuition d’une nouvelle manière d’histoire anthropologique qui se réalise enfin (ou du moins ses prémisses). « Dans cet essai, qui a vingt ans, je disais que Marc Bloch et Lucien Febvre avaient eu raison de vouloir la mort de la vieille histoire événementielle, politicienne, militaire et diplomatique, mais qu’il fallait restaurer en France une nouvelle histoire politique, qui soit une histoire du politique et non de la politique, une histoire du pouvoir, attentive aux structures, à la longue durée, au symbolique et, j’ajouterai, à l’imaginaire. Et je proposais d’appeler cette histoire politique renouvelée, approfondie, « anthropologie politique historique » .... L’expression n’a connu qu’une faveur limitée, mais le type d’histoire politique que je désignais ainsi à commencé à naître et se développe, même si le cadavre de la vieille histoire politique bouge et cherche à ressusciter »[2].

     

    Reportons-nous alors à la rubrique : « Accueil» : Jean-Clément Martin


     

    [1] Pour un  renouvellement de générations, voir les deux livres de  Raphaëlle Branche au sujet de la guerre d’Algérie et de son indépendance

    [2] Jacques Le Goff : Un autre Moyen Âge, Gallimard, 1999, p.445


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • RETOUR CHEZ L’ERMITE  

     

     

    Je décidai de le revoir, ayant révisé mes classiques et notamment le Dialogue « Rousseau juge de Jean-Jacques », justification rhétorique par dédoublement. J’avais résolu  l’énigme  émise à ma première rencontre. Son pastiche était tiré  de la 5ième Promenade des « Rêveries du promeneur solitaire ». Que voulait dire Rousseau  par cette démarche paresseuse ? : « Quand le lac agité ne me permettait pas la navigation, je passais l’après midi à parcourir l’île en herborisant à droite et à gauche,m’asseyant tantôt dans les endroits les plus riants et les plus solitaires pour y rêver à mon aise,tantôt sur les terrasses et les tertres pour parcourir des yeux le superbe et ravissant coup d’œil du lac » ? Je ne comprenais pas  ses références littéraires constantes. Etait-ce pour souligner la valeur de la culture scolaire en politique ? Et pourquoi ces plagiats, ces citations déformées ? Un pied de nez au symbolisme trop érudit ou un salut, en passant, aux grands ancêtres, qui pensèrent en marchant. Il est exact qu’il y a eu de nombreuses manières de marcher : en politique (les protestations, les défilés), les marches philosophiques (les dialogues des Péripatéticiens, de Kierkegaard, Flaubert), ou religieuses (les pèlerinages, St Jacques de Compostelle) sportives enfin, les courses de marcheurs (les déhanchés). Moi-même j’appartenais à la génération des coureurs (trails, marathons, joggings) qui avaient été le témoin de l’explosion de ce mode de locomotion. La cadence imprimée aux muscles, le rythme de la respiration participent-ils de la réflexion par une sorte d’oxygénation de l’esprit ?  Pourtant la découverte d’un itinéraire en terrain rude ou engagé, la recherche du passage dans une ascension ne favorisent guère le raisonnement dilatoire ; elles déconcertent l’attention, s’attachent à des sensations périphériques : la maîtrise physique de l’environnement, le contrôle nerveux de soi. D’où mes doutes qui me poussèrent à l’aller revoir 

     

    Le sens de la marche

     

    Je le trouvais de bonne humeur se chauffant au soleil sur le pas de sa porte. Je le provoquais aussitôt sur la distinction mystérieuse penser et marcher.

    - Pourquoi Rousseau ? Il fut un grand marcheur-penseur, me dit-il, Il pensait en marchant ; peu souvent l’inverse. Au moment où il fait l’apologie de l’engourdissement par le calme des sens, il nous avertit que penser à rien, c’est penser encore à quelque chose. Tout au moins, c'est  ce qu’il va écrire au sujet   de l’eau, du flux et reflux, du doux bruit du canotage et donc le flottement de la raison. Une fois, il était si absorbé à démêler les fils de sa pensée qu’il fut renversé par le carrosse d’un noble ! Il fut parmi les philosophes le seul à courir ce danger.  C’était un « intellectuel-ouvrier »  qui a beaucoup erré à pied entre Chambéry, Lyon et Turin. Pour lui : point de chaise (à porteurs) d’équipage, de monture. N’oubliez pas que c’est au cours d’une marche, de Pais à Vincennes ( où il allait visiter son ami Diderot enfermé au château) qu’il eut la révélation de ce qui serait son « système politique » (la réponse à l’académie de Dijon qui donna « Le discours sur les Sciences et les Arts »). Illumination associée à une insolation, ce jour torride de l’été 1849, comme il le raconte avec lyrisme. Si vous voulez suivre le sens de sa marche, devenez d’abord sensible à cette musique  de la  Promenade: « Quand le soir approchait, je descendais des cimes de l’île et j’allais volontiers m’asseoir au bord du lac sur la grève..Là le bruit des vagues et l’agitation de l’eau fixant mes sens et chassant de mon âme toute autre agitation la plongeaient dans une rêverie délicieuse où la nuit me surprenait...Le flux et le reflux de cette eau, son bruit continu mais renflé par intervalles frappant sans relâche mon oreille et mes yeux suppléaient aux mouvements internes que la rêverie éteignait en moi et suffisaient pour me faire sentir avec plaisir mon existence sans prendre la peine de penser. De temps à autre naissait quelque faible et courte réflexion sur l’instabilité des choses de ce monde ».  Ecoutez la mélodie, que ce soit dans Les Promenades, ou Les Confessions. Ça coule comme une source. Excusez-moi je n’ai pu résister à l’envie de vous faire goûter cette eau-là

     

    - D’accord, d’accord; mais il n’est pas unique. Pourquoi lui ?

     

    - Parce qu’il est notre témoin quasi-contemporain, un plébéien qui alluma une Révolte. Il n’y a pas d’idées neuves en politique sans la recherche d’un mode d’expression nouveau. Vous vivez une époque passionnante, annonciatrice de changements inattendus mais si vous ne trouvez pas la formule pertinente, vos idées ne passeront pas. Aujourd’hui vous pouvez lire une multitude d’auteurs et de polémistes mais aucun n’a inventé un style. Découvrez votre style et vous laisserez une trace.

     

    -Vous soutenez que les idées vigoureuses de Rousseau devaient nécessairement être associées à un bouleversement de l’écriture en politique pour avoir un impact ?

     

    - Exactement ! Bien sûr tout le monde a retenu son énoncé tranchant : la première phrase du Contrat social (« L’homme est né libre, et partout il est dans les fers ») .C'est une des formules qui ont été ciselées lors de marches ardentes. En politique, l’art oratoire est essentiel. En 1789, cette éloquence était manifestée par de nombreux apostropheurs publics et des pamphlétaires. Sans écrivains à forte personnalité, pas d’événements remarquables. Je crois, me dit-il, que votre inspiration de Rousseau s’est appauvrie. C’est un homme à paradoxes.  Quand il fait l’éloge de la pensée erratique, il travaille en réalité son écriture et sa phrase ample cadence son pas.

     

    - Certes, mais il n’a pas été le seul philosophe des Lumières à accorder la place de la nature dans notre mouvement intérieur.  Quant à les décrire, c’est vrai, il est un des plus grands. Cependant dans les Rêveries, il y a d’abord l’idée d’isolement, de mise à distance de la superficialité du monde. D’autres néanmoins reprirent largement le flambeau, cent ans après lui. Thoreau par exemple

    - David Thoreau va plus loin; « Marcher c’est Désobéir » (à nos habitudes de facilité, à nos normes, à nos conventions). Prendre sa voiture, consommer de l’espace et du pétrole sont la négation de la liberté. L’autoroute conduit à la ville où on accourt en masse, où on s’agglomère, où on vit en troupeau. Thoreau marche toujours contre quelqu’un ou contre quelque idée fausse. Il marche pour penser librement : « La marche dont je veux parler n’a absolument rien à voir avec le fait de prendre de l’exercice comme on dit, à la façon dont un malade prend ses médicaments...En quittant mon seuil je puis aisément marcher pendant quinze ou vingt Kms ...sans rencontrer la moindre maison, sans croiser d’autre route que celle qu’empruntent le renard et le vison »..... « Il m’arrive parfois d’indiquer la direction à un voyageur. Si vous voulez rejoindre le monde de la politique, suivez la grand-route, suivez ce marchand, gardez dans vos yeux la poussière qu’il soulève, elle vous y conduira directement » [1] . La politique en tant que réunion se pratique en ville. Or, comme le troupeau qui suit sans réfléchir ceux qui sont en tête, la pensée en ville perd de son caractère nomade et donc libertaire, pour s’aligner sur le convenu. C’est pourquoi la marche solitaire est une dissidence : « On ne naît pas marcheur, on le devient ..je ne puis conserver ma tête et mes esprits si je ne passe au minimum 4 heures par jour ..à flâner par les bois, les collines et les champs,entièrement dégagé de toute préoccupation matérielle. Vous pouvez dire sans risque : des pensées à un sou ou bien à mille livres »

     

    - Tout ça est fort bon, Monsieur, mais on ne peut faire marche arrière ; le monde va trop vite. Trop de choses à apprendre, trop de biens à acquérir, trop de savoirs à expérimenter ; la multitude des messages reçus bouleverse le train-train du promeneur lent.  Thoreau est peut-être un anarchiste, un individualiste tenace. Une société peut en tolérer quelques uns, pas plus !

     

    - Venez. Allons marcher en discutant. Thoreau ne construit pas une épreuve initiatique, n’élabore pas un ascétisme naturaliste. Simplement il indique que la solitude et  la fréquentation  de la nature  sont  « incomparables pour l’homme de lettres, le manuel. Plonger dans les lacs, dormir dehors, grimper aux arbres sont ce que nos milliers d’ancêtres ont fait pour nous conduire où nous sommes ». Cette sagesse favorise l’indépendance de jugement. Trouver sa voie, inventer un chemin effacent l’anecdotique de notre existence qui encombre notre vision..

     

    - Et la montagne ?

    Autre chose est la haute montagne.  La pensée s’y épure, aiguise l’oeil critique en se soumettant à l’épreuve du risque mesuré, imposant le tri de l’essentiel. En l’occurrence : le danger, la météo changeante, la trace à faire, le timing à respecter, cela redonne du sens à la réalité. La pensée s’équilibre par le pied. Des scientifiques l’ont compris[2]. On y devient plus agile dans ses déductions, leste dans ses associations d’idées. En montagne, les volumes, les couleurs, les lignes pures, l’ensemble exacerbé, éliminent les scories  superficielles.  Les piliers, les clochetons, les tours, ces termes d’église si évocateurs, sont aussi ceux de l’alpinisme ! Si vous cherchez une solution à une question obsédante, l’escalade sera le contre-pied à votre inquiétude.  S’approcher des hauts sommets, ressentir la présence des massifs préparent aux grandes conquêtes de soi. Regardez Messner quand il part pour l’Everest ou autres 8000, en solitaire, il ne s’encombre pas. Equipement léger, rapidité de l’ascension en solo ; là il est libre et vif (il est vrai que son frère y a laissé la vie). Il peut ensuite lancer des ascensions dans son Tyrol natal sous forme d’expédition politique, transcendant les frontières de trois pays. L’improvisation, l’absence de partenaires, l’abandon des sentiers battus ne sont pas des problèmes mais des solutions.

     

     

    Rousseauisme  ou Onfrayisme ?

      

    - Ainsi vous êtes un lecteur, un partisan de Michel Onfray, un adepte du nouvel hédonisme ?

     

    - Oui, il y a des dispositions authentiques parmi tout ce que brasse Michel Onfray. D’ailleurs je trouve qu’il travaille beaucoup pour un hédoniste : un livre par an ! Mais sa marche en forêt ( normande) est autre chose. Ce n’est pas la révolte, c’est le refus du conformisme. La forêt représente la vie pleine, l’exubérance de la plante, la vitalité de l’arbre, son cycle saisonnier et mortel. Elle est plaisir, fruits et matériaux, cadre de paix . En haute montagne, le rocher et l’homme se répondent dans un dialogue de combat.

     Dans le Manifeste Hédoniste,  il synthétise, entre autre, « le sentiment de la nature, mais également la pleine et entière ouverture au cosmos... Le spectacle de la vastitude de la mer, des montagnes, de l’océan, de l’orage .. déclenche le sentiment de soi comme conscience finie, étroite, limitée, dérisoire »[3]. En paroi, dans la course en haute montagne, « l’expérience du lien qui nous unit avec le cosmos et la nature dont nous sommes un fragment »  est immédiate. Pas besoin de trouver le sens de l’équilibre : il est simplement question de le garder et de l’améliorer. Hélas pour la majorité de nos concitoyens, ne pas marcher est devenu le principe de l’existence elle-même. Nos prédécesseurs, le chasseur, le cueilleur, le nomade, le marchand marchaient beaucoup et mangeaient peu. Maintenant nous mangeons beaucoup pour marcher très peu ! Que va-t-on devenir ? Une société d’obèses et de lourdauds ? Prendre du poids au sens figuré est devenu une valeur symbolique. Pour un livre de marche (« l’Art de marcher »), il paraît cent livres de cuisine ; la gloutonnerie engendre l’atrophie cérébrale. La fonction digestive alourdit la pensée. Vivent les légers et les aériens.  Autrefois on marchait pour survivre. Nos contemporains font l’inverse.  Le choc de civilisations que cela constitue en deux ou trois générations par rapport aux millions de marches forcées du passé nous mène à une Régression monumentale. Pour votre avenir, jeune homme, marchez ! Au moins, vous aurez une chance de rencontrer les autres. Sinon qu’avons-nous ajouté à la vie de nos pères ? D’une société d’aveugles et de sourds, hier, vous passeriez à une société de sédentaires aujourd’hui ! Des peuples proches appellent à l’aide et vous n’entendez pas ! Si vous avez traversé la vie dans les années 1950 à 1980, si vous avez grandi durant ce que nos maîtres ont appelé « les 30 glorieuses » (Glorieuses années : en effet !  des guerres coloniales, l’ Algérie avec 500 000 morts de nos mains, le taylorisme, les cadences industrielles, les  maladies de la mines, la santé détruite de travailleurs, la fabrication d’un prolétariat immigré!! Pour notre gloire passée, lisez « La question » d’Henri Alleg ), extasiez-vous !Ils ont manipulé les contenus et les récits et vous n’avez rien vu de la réécriture de l’Histoire. Vous êtes passé directement aux « 30 orgueilleuses » ! C’est-à-dire à un monde de bavards impénitents et sans scrupules, aveugles aux peuples que nous jugeons du haut du tas de nos dettes qu’ils nous ont concédées ; « Orgueilleuses » furent ces années par l’exhibitionnisme intime ou les manifestations d’indécence. Triomphèrent alors l’absence de sens critique, la sclérose des innovations, le rejet scientifique. Regardez qui se gobergent   dans les journaux et revues ou à la télévision, au sein du divertissement et de la variété mixés en émission politique, assemblés par quelques chaînes où règne le mimétisme ?

      

    - De quoi voulez-vous parler ?


    - Prenez le cas  de chaînes télévisées:

     

    Les idiots utiles de TF1 et les Ados attardés de Canal+

     

    - L’engourdissement opéré par ces accros au publicitaire, n’est ni imposé ni contraint ; il est consenti, nous souhaitons une dictature molle pour ne pas avoir à décider.  Un agglomérat s’est constitué autour de communicants et des politiques, des hauts fonctionnaires et de journalistes, d’acteurs et d’universitaires. Ils ont suscité par corruption morale (le succès, l’argent, la notoriété) une frange populaire qui s’est engouffrée dans la brèche de l’existence vouée à l’exhibition.  Ces catégories constituent les charnières qui ont ouvert la porte au libéralisme dans les consciences des plus pauvres, des mal scolarisés, des minorités déculturées. On leur a dit : « paraître c’est être, dépenser c’est penser, être vu sur l’écran, c’est se voir ». Et il y a foule aux portes des studios d’émissions, dans les gradins à claque, les publics des jeux télévisés. Devant les écrans des chaînes spécialisées dans l’imbécillité et le futile, ces spectateurs au rôle mineur sont devenus les Idiots Utiles du libéralisme : « applaudissez, manifestez votre joie et votre chance, vous êtes sur TF1 » ! Les Idiots utiles sont indispensables en démocratie (voyez J. Dunn des Lectures du blog).Ils arbitrent les luttes de clans des chefs en représentativité de la bourgeoisie ; ils votent, justifient, courtisent. C’est la partie de la plèbe qui vit des spectacles offerts par les consuls ou les mécènes : Jeux et gladiateurs, courses et combats de fauves. Ils permettent de trancher les luttes féroces de pouvoir en dehors des assassinats entre patriciens ambitieux. La démagogie, probablement inévitable, fonctionne bien grâce à eux. Et merci à TF1 de les avoir soudés !

     

    Un autre mode de sélection publique a réuni d’autres catégories d’intermédiaires démagogues : jeunes branchés, scolarisés, cultivés. Ce sont les enfants de la classe moyenne aisée, les fils de bobos, pros de l’esbroufe. Plutôt Parisiens, diplômés, masculins, ils méritent leur double A. « Les Ados Attardés » de 40 ans. Si on souhaite les voir assemblés certains soirs, là où ils sont chez eux à Canal +, on les entendra   rire aux éclats de leurs blagues infantiles au cours d’émissions de politique adaptée et de faux « débats ». Fats et repus ils jouent le modernisme, le snobisme technique. Entre les groupes en société, en relations tendues ou conflictuelles, s’introduit ainsi une écume de médiation chargée de mettre de l‘huile dans les rouages grinçants. Il y suffit d’un style léger, moqueur en apparence. En réalité terriblement conformiste, l’œil rivé sur le rival et l’audimat, ils tirent les ficelles en coulisses. Leur mission est de passer des messages politiques. « Hors du libéralisme point de salut ;hors du capitalisme centralisé, pas d’âme ; vous êtes égocentriques, ethnocentriques, narcissiques, souriez, vous vivez les années 1981 à 2011 qu’on appellera plus tard « les 30 orgueilleuses » et qui se terminent ces jours-ci.

     

    - Eh ; voila bien de la colère, Prophète inécouté, isolé !  Mais que faites-vous, vous, concrètement ?

     

    - Moi ! Rien : je marche ; je tourne en rond. Je vais répétant :

     « Souvent sur la montagne, à l’ombre du vieux chêne

      Au coucher du soleil, tristement je m’assieds

      Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères

      Un seul hêtre vous manque et tout est déboisé »

      Et sur ce, il tourna les talons, me laissant avec ce poète - ministre en 1848:

     


     

    [1] Henry Thoreau Désobéir 10/18, 1994 ; p 82-87


    [2] Lizzy Hawker (36 ans) vient de remporter les100 kms de l’Annapurna cette année .Cette coureuse  fait reculer les capacités. Les ultramarathons de plusieurs jours mettent en avant  le goût de l’effort en montagne transférable  en créativité en inspiration scientifique. Cette biologiste  docteur ès sciences a travaillé pour le British Antartic Survey  : « Aujourd’hui je me suis écartée de la science académique et je travaille comme rédacteur free lance, j’enseigne aussi en Suisse. J’aime ce qui est synonyme de liberté. Ma passion pour les montagnes et la nature a construit ma vie. Pour moi l’important est d’être dehors et de bouger ; cela contribue à l’endurance mentale et physique»


    [3] M.Onfray, Manifeste Hédoniste,   éd. Autrement, 2011, p.15.


    votre commentaire
  • L’ERMITE

     

     

    Dialogue : Le blogueur juge de l’ermite

     

    En réalité, ermite à moitié. S’il vivait seul dans un petit village du Dauphiné, à 1500m, il occupait une maison sans grande commodités mais non sans confort. « Vous ne pouvez pas vous tromper, m’a-t-on dit quand je partis à sa rencontre, c’est la maison près de la chapelle ». Un petit village d’une vingtaine d’âmes, 4 mois de neige en hiver, abritant un berger, deux paysans et quelques couples d’ouvriers et de retraités.

    On m’avait averti : « il est peu loquace, il va tous les jours en montagne ».  Depuis son observatoire, il surplombait la vallée, la ville, mais aussi la société. Il était informé, très au fait de l’actualité, grâce aux moyens modernes de communications : Internet était parvenu dans ce village depuis six ans.

    On me l’avait présenté comme un original, coureur de bois, amateur de vie sauvage, amoureux de la haute montagne ; d’autres le voyaient comme un vieux sage, austère et taciturne, blasé des humains. Certains imaginaient un type bizarre probablement aigri et frustré, un peu creux, peut-être vaniteux, fouillant les gens du regard, les bombardant de questions.

     Je l’abordais dubitatif, quelque peu intimidé ; il me regarda monter le sentier caillouteux et me félicita pour ma démarche souple et rapide. « Vous avez le pied montagnard ». Il me fit le tour du panorama : « Oui, la vue est superbe. Là-bas vous avez le pic du Bout à 3000 m ; à votre gauche le mont de la Table. Je les ai gravis, quoique maintenant mon altitude de prédilection soit redescendue à 2000 m »

     

    Il m’expliqua qu’il passait son temps à marcher, lire, grimper, réfléchir, tout cela successivement. Je grimpe en solo, en libre ; ça veut bien dire ce que c’est : seul sans matériel et sans assurance.  Etre libre, sans entraves, choisir ses voies, bien viser ses passages, ne dépendre que de la roche et de sa propre lucidité. Rentrer à n’importe quelle heure, parfois ne pas rentrer ; personne ne s’inquiète ! C’est important la liberté. Et bien sûr, sans l'appareil symbolique de l’esclavage de l’homme d’aujourd’hui, le portable. Je n’en ai jamais eu.  Seule condition : « Etre en forme » : la montagne ne tolère pas ceux qui sont fatigués, peu concentrés, inattentifs.  Posséder le sens de l’équilibre.  Etre équilibré sur le rocher signifie aussi l’équilibre mental .Pas l’un sans l’autre ! Telle était sa devise.Il justifia longuement la marche comme ce qui demeurait encore d’authentique dans les liens avec notre ancêtre « l’homo erectus ». C’est par là que passent la palpation du réel, la relation physique avec la terre nourricière.  Le pied dans la marche représente le contact direct, la racine qui nous relie à la matière d’où nous venons et où nous retournons tous !  Les mots le disent : « Retomber sur ses pieds », « ne pas perdre pied » ou « bon pied, bon œil ». Que ce soit le pied cambré du danseur, le pied ouvert ou fermé du footballeur, le pied marin, sentez, dit-il,  tout ce que la civilisation récente a atrophié ou annihilé. Pas surprenant que la pensée se soit amollie. Si vous amoindrissez la fonction de ce membre, vous réduisez votre capacité intellectuelle. Vous savez qui a dit : « Quand je grimpe, je pense avec mes jambes  » ?

    -Non !

    -Un très grand alpiniste, un militant, un politique engagé aussi : l’Autrichien Reinhold Messner. L’abaissement de la pensée est en proportion de la diminution de la longueur de marche quotidienne. Sans intelligence, pas d’indépendance et alors, c’est la vie en troupeau. Comme des moutons où l’un suit consciencieusement l’arrière train de celui qui précède. Se caler au milieu du groupe, se fondre dans la masse, ne pas se distinguer. On dit qu’il y des concours de stupidité pour acquérir le droit à la célébrité dans la société d’où vous venez. Est-ce vrai qu’à la télé gagner les courses à l’imbécillité assure la notoriété ? Ne pas réfléchir par soi-même, suivre le mouvement, se montrer  conformiste, quand le chef de file vous conduit ...à l‘abattoir ou au précipice, il y a de quoi pavoiser en effet.  On m’a raconté que la meilleure façon d’être moderne est d’entrer dans le grand livre de Fesses-Book. Montrer ses fesses, souriantes ou grimaçantes, fines ou grossières ; des pages entières de photos de fesses. La gloire serait attribuée à qui a fait le maximum pour appartenir à la grande confrérie. Remarquez : Jean Ferrat avait admiré la manière dont Brassens montrait les siennes aux bourges et aux calotins.

    C’est pour cela que je marche deux ou trois heures par jour quelque soit le temps. Nos contemporains, en deux générations, ont perdu entièrement cette capacité.  « Ils perdent pied ».Les dégâts en sont immenses : comportements de renoncement face aux difficultés, abdication de caractère devant les rapports de force conformisme des morales imposées  par autrui». Si j’ai l’occasion, je vous montrerai les différentes démarches. Marcher en pensant n’est pas la même chose que penser en marchant ; la distinction est subtile mais forte. Je l’éprouve tous les jours en vagabondant. La pensée aérée, dépouillée, qui va l’essentiel, les grimpeurs la pratiquent. Vous les avez vus sur les parois ? Ils font des choses de plus en plus incroyables ! Vous connaissez Catherine Destivelle ?

    -De nom ,oui

     -Quand elle grimpe dans  son style éthéré, elle est un défi à la pesanteur ; elle fait corps avec le rocher et en même temps elle s’en détache , elle vole de prise en prise. Lisez-la.  Elle dit de choses très justes sur ces détails extrêmes. Quatre bouts de doigts de pieds et de mains, quatre fines extrémités pour s’élever et vous maintiennent en vie. On voit immédiatement le caractère aérien, la mesure à l’économie : pas de geste superflu, rien d’inutile dans le dépouillement de l’ascension. Ce sont des danseurs verticaux ; si les danseurs de ballet maîtrisent l’espace horizontal (ils s’élèvent un peu mais médiocrement), observez ces danseurs de paroi. Quand je passe au pied d’une dalle où ils s’expliquent avec eux mêmes, je ne me lasse pas de les regarder.

    « Mes mains se promènent doucement sur la surface granuleuse du rocher. Puis mon corps se met à grimper. Tout est facile, les mouvements s’enchaînent aisément, je grimpe, je grimpe...Un vrai rêve ! C’est pour parvenir à ce degré de liberté physique, ce sentiment d’aisance, de légèreté que j’ai décidé de regrimper en solo car je savais que ce serait la seule façon de revivre cette osmose parfaite avec le rocher, de retrouver cette grimpe instinctive, presque animale »( C. Destivelle : Retour à la montagne)

    Il faut dire que la pensée, afin de s’aérer, ne s’encombre ici d’aucun d’artifice, ni de conventions. C’est à 4000 qu’on respire le mieux. Il y a moins de pression atmosphérique et  la tête se purifie ! On ne pense pas de la même manière qu’au niveau de la mer ! La vérité créatrice par la sensation ultime des éléments naturels,  le sol et la peau, maints écrivains l’ont exprimé. Rappelez vous Rousseau ?

    –Ah oui, dans la Nouvelle Héloïse ? Mais il oublie que plus on monte, plus il faut s’oxygéner ! Mais, vous, que faites-vous là-haut, tous les jours ? Je présume que vous observez les animaux sauvages ?

    -Oui, je vois le lynx, le renard et le sanglier, le chamois et le bouquetin, le cerf ou le chevreuil.

    -Et le loup ?

    -Jamais vu ; ni rencontré de traces ; deux étaient présents ici, paraît-il. Vite abattus

    -Pourquoi ?

     -C’est l’immigré de la gent animale ; on lui impute les crimes des autres.  Il vient des Balkans ou du Caucase et de plus il transite par l’Italie. C’est l’illégal à pourchasser, le bouc émissaire.  Il paie pour tous les malheurs engendrés ailleurs

     

    -Pourtant dans les troupeaux ... il fait des ravages ?

     

    -C’est pas lui, ce sont le chiens redevenus sauvages, les chiens errants, gardiens de villas et les chalets abandonnés hors saison par leurs maîtres, d’où ils s’échappent pour quelques jours chasser, retrouver leur instinct de tueur (« les chiens tueurs d’enfants ont plus de respectabilité que le loup). Eux oui, j’en ai rencontrés. Affamé, le loup ne tue que pour se nourrir, une brebis de ci de là, l’autre le chien dit de garde qu’on laisse seul dans les jardins   tue par plaisir. Quand un animal du troupeau est dévoré,  il est probable que ce soit le loup. Quand on trouve plusieurs moutons abîmés et blessés, c’est le chien qui est redevenu sauvage. D’ailleurs souvent les dégâts sont ciblés, circonscrits à une petite aire ; or, lui, le loup circule, ne reste pas sur place.  Cela est connu. Il n’y a que les journalistes naïfs et leurs lecteurs qui sont menés en bateau.  Bon ! Il ne faut rien dire : Bruxelles ne dédommage que si le loup est déclaré responsable. D’ailleurs les nouveaux résidents,  bourgeois ou retraités, sont devenus les maires, les  notables de villages, les dirigeants d’association (de chasse) ; ils font la loi et l’indemnisation. Le berger se tait.  Le loup est donc l’immigré honni.

     

    -Bien, bien..  je vois que j’ai touché là à une corde sensible

     

    -Oui et s’il n’y avait que ça ! Les 4.4, les quads, les chasses illégales, les empoisonnements d’animaux protégés. C’est la curée pour détruire, polluer, abîmer, ne rien laisser derrière nous. Les nouveaux Barbares sont dans nos montagnes

     

    - Et l’isolement, l’absence de médecin, de pharmacien  ne vous préoccupent pas ? »

     

    -Inutile ; je ne les connais pas. Jamais vus. Je n’ai jamais été malade ; je crois que c’est irrémédiable,  la bonne santé. Une question de chance mais aussi de volonté, d’hygiène de vie, de connaissance de son corps. Je devine ce qui ne va pas à de petits signes, je porte un autodiagnostic ; puis je me soigne en pratiquant  les exercices physiques appropriés ou bien je m’octroie  la récupération nécessaire. Mais puisque vous vous intéressez à mon genre de vie, je vous propose une devinette.  Je fais parfois des pastiches en me promenant ; oh, des réminiscences scolaires, des textes appris et que je remanie s’ils ont un rapport avec ma situation. Par exemple en nageant dans un des nombreux lacs, je me suis souvenu de ce texte célèbre :

    « Lorsque le lac gelé ne me permettait pas la natation, je passai mon après-midi à parcourir la rive, en lisant une page ou deux d’un livre, m’asseyant tantôt dans les recoins les plus souriants et les plus solitaires pour y réfléchir à mon aise, tantôt gravissant les hautes terres pour parcourir des yeux le superbe et renversant coup d’œil du lac et des rivages boisés, élargis en riches plaines dans lesquelles la vue s’étendait jusqu’aux montagnes bleuâtres qui les bornaient. Quand le soir approchait, je descendais des cimes et j’allais volontiers m’asseoir au bord du lac sur la grève etc ». 

    Lecteur :  De qui et d’où est tiré ce passage d’un auteur que j’aime bien et que je respecte à ma façon, caricaturale ?

     

    -Pourquoi cet écartement de la société ; ce retrait est volontaire n’est-ce pas ?

     

    -Oui une raison très simple. Je n’ai pas beaucoup travaillé durant ma vie active, j’étais un peu paresseux, j’étais professeur. Un métier peu usant, intéressant certes, mais guère éprouvant si je compare aux ouvriers qui m’entourent. Nous, on parvient à la retraite en pleine forme. Eux non ! Alors il était temps de redevenir sérieux.

     

    - Vous faites toujours les choses à l’envers, quoi ? 

    - Une raison supplémentaire est que j’habitais une ville du sud, riche, pleine des bobos et de bourgeois, sophistiquée, avec de nombreuses occasions de diversions, de loisirs, de spectacles. Je me suis éloigné de ces tentations car je me serais laissé aller à la vie facile, distrayante et sans soucis. Mais rassurez –vous je ne suis pas devenu un travailleur acharné : 6 à 7 heurs par jour me suffisent.

     

    - Oui je comprends ; d’ailleurs moi-même...Mais pourquoi se couper du monde à ce point ? Ne parler à personne, des jours, des semaines durant, n’est-ce pas trop dur ?

     

    - Pas pour moi qui ai l’esprit lent, qui réfléchit laborieusement, qui suis le contraire d’un esprit vif et rapide. Il me faut du temps et de la concentration pour comprendre quelque chose de valable à la société où nous vivons. Donc je m’impose la régularité de l’attention, l’approfondissement par le silence. Je tente de m’abstraire du bruit ambiant, d’éviter les distractions qui dispersent.  Rester seul pour penser : le monde actuel fait tout pour vous en empêcher. La solitude est dénoncée comme une maladie, une anomalie. Vive le superficiel, le zapping ; soyez légers, glissez, faites 3 ou 4 choses à la fois pourvu que ce ne soit ni profond ni exigeant en attention. Regardez : les médias, les livres à succès sont ceux qui confirment vos préjugés, qui vous incitent à abandonner toute personnalité, toute indépendance, toute rigueur de la pensée.  « Nous réfléchissons pour vous aux meilleures solutions, confiez-nous votre argent, votre santé, votre esprit, on s’occupe de tout. Amusez-vous, soyez insouciant, sortez, consommez, moutonnier, suivez le troupeau. Ludisme, Hédonisme, Egoïsme, on organise tout pour vous !

     

    --Et la montagne vous permet de lutter contre. Seul contre tous, quoi ?

     –Non ; je n’ai pas cette prétention ! Mais la montagne et la lecture ensemble ! car la culture accumulée sur 20 siècles nous indique que ce phénomène est banal , que d’innombrables individus sont sortis du rang, ont refusé, ont désobéi. Certains ont laissé des œuvres impérissables. Les ayant un peu fréquentés dans ma jeunesse, je voulais les retrouver sur le tard...

    Mais, bon,  j’ai quelques olives et un fromage à partager, entrez .On discutera.

     

     suivre)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique