• Après ceux de J. Dunn, de J. Goody, voici 3 livres récents que nous allons « travailler » cet  hiver. Trois livres pour comprendre l’époque actuelle. L’un de R. Evans dont nous reparlerons. Un autre porte sur la colonisation à partir d’un de ses événements « révélateurs» : le massacre des Algériens à Sétif dans l’euphorie de la victoire, le 8 mai 1945. Enfin, la contribution de J-C Martin qui rassemble en plusieurs ouvrages chroniques et réflexions sur la « Terreur » ou sur la notion de violence en temps troublé de « Révolutions » invisibles? Donc le virus qui bouscule tout ; du moins en apparence; car "ils" ne voyaient rien venir :  la "révolution" médicale  a tout emporté alors que rien ne laissait présager  une catastrophe occidentale. Car c'est de ça dont il s'agit ;  une forme d'anarchie des directions "perdues"; un frein (temporaire? ) l’enrichissement  accéléré  de notre bourgeoisie et de nos classes moyennes à un fort taux de rapidité. Un déclin visible dans le désordre institutionnel de la médecine et le scandale des labos pharma.    Les deux grands continents  dont on parle peu s'en sortent -et non de façon scandaleuse-  la Chine avec son "invention diabolique" ("le diable" avec son microbe qui s'échappe) et l' Afrique qui voit  annuellement une partie de ses enfants noyés en migrant,   vivent en silence, une revanche ironique de  l'Histoire.

     Tout ça était imprévisible ?Encore qu'il faille  s'adapter vite à l'inconnu .Et l'Afrique   est à nos portes et la Chine lointaine contemple avec délectation l’affolement du reste du monde. En tout cas:  ce sont les deux bénéficiaires de la crise.    Avec les livres cités plus haut  à lire dans le chapitre lectures utiles,  on  devinera la prémonition possible d'auteurs, "intelligents"  hier

    Premier point commun : les leçons de l’Histoire. Y a-t-il vraiment une leçon ou est-ce un mythe ? Y a-t-il un sens à l’histoire ? Ces livres répondent non : ni progrès moral, ni voie assurée vers le Bien. Des processus, des événements, des déroulements qui ont temporairement une logique mais pas de finalité. Alors, si ce n’est pas un moyen d’éducation, ni un argument politique, pas plus une référence pour la mobilisation militante : A quoi sert l’histoire du passé ? Comprendre  l'inattendu, l'impossible d'hier ? On répondra : cela sert  à beaucoup de choses dont analyser le présent dans un cadre relativiste (  voir  G Simon« Sciences et histoire » Gallimard, 2008) :

     

     


    votre commentaire
  • La Chine, les maths, la physique et la chimie

     

    « Manifeste du Parti Scientifique » : j’ai écrit le petit livre sur Ader,  comme emblème d’une compétition mondiale exacerbée depuis 2 siècles, entre l ‘Asie et nous sur la valeur des mathématiques appliquées. La honte de la Chine déchue de sa première place, de pionnier en progrès scientifique . On ne comprend pas que le retard scientifique de la Chine sur les 2 derniers siècles a été perçu  par elle, comme une honte, une humiliation à laver, un rattrapage  à faire rapidement .Eux qui avait été pendant 10 siècles devant tous les pays :boussole, poudre, imprimerie etc.. pour une mémorable foule de savants.   La valeur d’un pays se juge, disaient-ils, à la valeur de son enseignement mathématique et des connaissances  scientifiques Maintenant ils ont les meilleurs mathématiciens et physiciens et ils forcent l’allure  afin  que leurs ingénieurs battent les nôtres : en nombre d’étudiants de qualité, en techniques  avancées symboliques : le spatial, l’informatique, la robotique, etc ;  eux qui veulent que leurs enfants écrasent le reste du monde en rattrapant depuis 1949 la valeur et  les savoirs scientifiques  dès l’âge de 6 ans :  quelle mouche les pique : aucun pari de ce genre n' jamais été tenté  selon nos auteurs préférés Goody, Needham etc

     

      La raison est qu’ une fois sortis du sous-développement , la famine vaincue en 30 ans,    l’âge moyen de vie  et la santé équivalents des nôtres, cela conduisait la Chine à  surpasser les    Occidentaux dans le domaine des inventions en maths et physique, la seule compétition qui vaille pour eux : être meilleur que l’Occident sur tous les savoirs avancés,  de pointe, dans l’ Histoire de l’humanité.  Alors que nous étions « sous-développés »  durant  5 siècles par rapport à eux,   d’hier jusqu’aux temps modernes ; Goody m’avait mis sur la piste de cette ambition  et cette question  d’honneur à la "chinoise". La Chine nous a donné donc l’exemple d’un rattrapage sur 3 générations et un dépassement de nos  connaissances  scientifique, alors  que   nous la regardons, incrédules, moqueurs, nous, anciens de leurs conquérants qui se sont moqués d'eux, sous-développés"  depuis 1949   pour finir avec les illusions d’un petit macron !!

     

    C’est dans cet esprit que j’ai écrit  le petit livre sur Ader qui  doit nous relever de  la perte  de suprématie actuelle, quant à nos enfants, par rapport aux autres enfants du monde,  les  surpassant  en aptitudes .  Alors, l’éducation de l’esprit scientifique critique  se pratique -t-elle en famille, à l’école ou en société ? La place accordée au cas Ader, un de ces hommes amoureux des sciences qui est dans l’ombre. ouvre un débat. Quelle instruction scientifique donner à nos enfants, eux qui vivent dans un univers commercialisé à outrance, techniciste sans l’avoir voulu, cherché, compris ? Mon livre sur Ader donc intéressera les jeunes gens, les parents et les enseignants des matières scientifiques.  Nous sommes au   dernier rang en Europe  en connaissances mathématiques  quant aux élèves de 12 ans. Après avoir eu de nombreux  savants au siècle dernier, nous ne pratiquons plus les sciences  et  nous ne les enseignons plus avec efficacité ; Cl Ader peut renouveler l’intérêt scientifique. Créateur en tous genres, inventeur d’avions, il   commence l’école à 3 ans, le Lycée à 10, bachelier ès sciences à 16, et ingénieur à 21 : destin socialement improbable. Comment un fils du peuple est-il devenu un grand scientifique reconnu dans le monde par son dépôt de 120 brevets inventeur en tous genres ? distribuant ses inventions  au monde,  réfléchies et astucieuses, au sujet  du  vélo, de l’ auto,  du téléphone, des  avions bien sûr. Et si  modestement qu’il disait de lui :« je ne suis qu’un humble serviteur des sciences » !Un tel inventeur  serait flatté si son œuvre    stimulait les jeunes gens  qui ne savent plus travailler en sciences comme leurs aînés

     Voila ce qu’il nous dit : « Gamins, gamines, emparez vous de vos écoles, ces magnifiques locaux vides plus de deux cents jours par an. Revenez-y en vacances, en week-end, pour occuper vos salles pour des loisirs intelligents à votre rythme et à votre mode ; Développez-y l’œil, l’esprit d’enquête, la curiosité. Cherchez à savoir, à apprendre hors internet et hors portable, en usant modérément de l’ordinateur ; feuilletez, lisez, encyclopédies, atlas, dictionnaires, manuels, avec ou sans les conseils orientés des adultes. Consommez mais des connaissances, selon vos inclinations, et fuyez la société de consommation. Faites comme Ader ; Rêvez mais de manière réaliste ; éveillez-vous pour mieux imaginer votre avenir, fabriquez vos idées selon votre goût avec vos mots et les précurseurs que vous choisirez vous-même. Emparez-vous donc de vos écoles pour en faire des lieux de vie, d’ouverture au monde. Les périodes scolaires sont bien trop courtes et formalisées. A la maison, vous n’avez ni le temps, ni la place, ni le silence si vous n’êtes pas privilégiés. Et si vous l’êtes, si vous avez des histoires de techniques, des encyclopédies de science, il vous manque la stimulation de la discussion collective, l’émulation du groupe libre. « Devenez de jeunes savants » ! Voila ce que vous aurait dit Ader. Demandez à vos parents des jeux éducatifs, la manipulation intelligente (construction, miniaturisation, puzzles complexes, carnets de collections, manipulations). Demandez à la place des bibliobus, des labobus pour vos expériences mécaniques, des garages expérimentaux, des musées de la technique simple.

     La fonction de l’intervention de la société dans les circonstances de l’innovation est primordiale. Mais l’ambiance anti-ouvrière qui règne présentement pèsera dans le faible poids accordé à la mécanique, à la métallurgie, aux aciéries disparues. Pourtant la cible essentielles est de revaloriser le savoir technique, de revenir sur ce pari raté qu’est la rencontre de la science et  de l’éducation française de base. Dans une formation à la pédagogie, traditionnellement orientée vers le culturel, l’art ou les Humanités, on sous-estime la tendance de nombreux enfants à se sentir attirés vers des résolutions d’énigmes, vers le toucher de matériaux, la géologie, les sciences de la vie ou encore l’observation de phénomènes naturels ; Le sens de l’innovation est une mentalité apprise, forme où les jeunes esprits garderaient leur étonnement et la curiosité au-delà de leur 20ans ; cela est devenu difficile dans l’univers tentateur des jeux vidéo qui sont proposés. Plus l’attention est portée au virtuel, au magique, au mystère comme loisir engageant, plus les ados s’adonneront à la fiction, à un arrière fond anti-rationnel, ils s’abandonneront à la culture des gadgets, des instruments domestiques. Ces « choses » mystérieuses, manipulées constamment mais au fonctionnement incompréhensible qui marchent en appuyant sur des boutons ; la vie est alors un mécanisme non maîtrisé par la pensée rationnelle.

     "Cette société a perdu la tête et ne sait plus vers où aller. Il  est difficile de découvrir que nous sommes en périphérie du monde et non plus en son centre. Alors il y a besoin de croire qu'il nous reste encore du pouvoir et de nous raccrocher à tel ou tel politique, à tel ou tel scientifique au lieu d'accepter qu'aucun ne changera désormais notre position. 

    Ça fait partie de l'histoire ce jeux de chaise musicale des civilisations qui se succèdent dans le leadership de la planète. Plus de six milliards de personnes vivent dans l'ombre de l'occident depuis le XIXème et elles n'en sont pas mortes, à nous d'accepter ce nouvel état de fait que nous sommes désormais l'histoire et plus l'avenir. "  selon mon ami Mustapha El Miri. Il  a  montré  ce qu’il a appelé la « barrière de la couleur », mais en révélant l’enchevêtrement de l’Empire, du capitalisme et de la suprématie blanche. Il a habilement fusionné les disciplines. La connaissance savante, reconstruite a posteriori par des littéraires, autorise à nier bien des évidences historiques. Le point de vue formaliste surestime la rationalité des sciences occidentales  dans une connaissance dont le type-idéal serait les mathématiques.

     P-S:   Les mathématiques grecques étaient sans nul doute d’un niveau plus élevé, ne serait-ce que par le caractère plus abstrait et plus systématique dont témoigne Euclide », selon Needham . Les mathématiques chinoises   allaient dans de nombreux contextes pratiques mais n’aidaient pas à atteindre le degré d’abstraction nécessaire à des développements plus théoriques (probablement aidés par le développement de l’abaque). Mais s’il en fut ainsi, nous nous trouvons devant une différence de degré sur l’échelle de l’abstraction rationnelle, une différence influencée en partie simplement, par la langue et par l’écriture. Les mathématiques babyloniennes, qui disposaient elles aussi d’une écriture idéographique étaient très avancées » . Souvent l’enseignement des sciences  a survalorisé les mathématiques, imputant l’ouverture de cette voie aux travaux d’Euclide, comme elle des procédures de preuve  à Aristote.

     Mais nos méthodes mathématiques , trop académiques,sont aujourd'hui discutées

        .


    votre commentaire
  •  

    Qui pollue ,qui détruit ?  qui est responsable de la pandémie ?  Une très petite minorité,une infime population   !!

     La seule statistique  qui vaille :  une moitié de la population  ( 50%, en fait la plus « pauvre en revenus)  pollue à la hauteur de  5% de la totalité  de l’émission de gaz de serre ou de CO2

      Mais2% des plus riches des  occidentaux ( ou autres)  sont responsables de  50% de la pollution ;  

    et 48% de la population , en fait « moyenne » pèsent un peu moins  que   45% dans les effets de serre

     Les  causes sociales  de la pollution  sont donc "partagées" dans une inégalité ahurissante.  En fait.il n'y a jamais eu dans l'histoire de telles disproportions.  Et  la lutte des classes et des "races" a pris un chemin détourné mais aveuglant  qu’aucun "Blanc occidental" ne reconnaîtra pas , ne peut    même imaginer sauf à détruire son confort intellectuel

    voila ce qu'il faut cacher à tout prix( médias,   politiques, corps médical ou autre lobby vigilant)  d'où  embrouiller le problème dans  des considérations et des débats de nature

    médicales,géographiques, ou  socio-psychologiques

     Donc personne n'en saura rien, tant la population intermédaire des politiques,  des médias et des journalistes,  outre une large part des intellectuels, est  corrompue,  au point de s'aveugler elle -même à force de rabâcher la même rengaine (égalité ,  liberté,démocratie  etc ) notamment depuis  un siècle ou deux....)


    votre commentaire
  •  

    Quelle évolution de la science à cent ans d’écart ? Quels progrès et régressions ? Quelle éducation aux jeunes ingénieurs ? Quels résultats et à quels risques?

     Si nous ne révisons pas rapidement nos conceptions, les forces productives développées ailleurs nous le rappelleront. Ce basculement est peut-être un événement historique, certainement une caractèristique forte. Les auteurs à lire dans les pages qui suivent le disent en des termes différents. La démocratie est inégalitaire par nature (Dunn). La science n'est pas nécessairement née en Grèce (Goody). Les meurtres de masse et les guerres mondiales ont pris racine dans les pays les plus avancés du siècle (Evans, Pomeranz). Les connaissances accumulées ne sont pas toutes issues de la science (L-L, Ader). La sociologie et les autres sciences sociales n'ont pas le monopole de la compréhension de la société (Becker). L'histoire n'a pas de certitudes à imposer, pas plus qu'elle n'est un parangon d’objectivité (Martin) ..

     

    .

       


    votre commentaire
  • L’ermite me demande pourquoi la promotion  de l’aviation ? ressusciter un fils d’ouvrier dans les Sciences avancées et dans l’invention permanente ?  Pourquoi solliciter les jeunes à pratiquer les maths et la physique avancée, pourquoi se consacrer  à  la  science ? 

     La protection de la nature  n’est pas abstraite  ,vague dans ses formes,  c’est l’observation de la nature qui est le moteur du progrès humain maitrisé. Ce jeune « savant »  inventa l’avion parce qu’il aimait les grands oiseaux voiliers : cormorans et mouettes, le vélocipède parce qu’il était sportif, le téléphone parce que ça allait devenir la mode et que ça rapportait gros !  etc. ..

    voir Ader l'aérien ;un ingenieur toulousain ;ed saint Honoré Paris , de J. Peneff, 2020;


    votre commentaire