•  « Louer son corps à la science ; l’organisation des essais thérapeutiques » par Christophe Brochier  situé à  Accueil  sur mon second blog : jeanpeneff.eklablog.com

    A Lire à tout prix sans risque pour la santé

     

     Ce texte est une expérience de longue durée (6 mois)  dont il faut expliquer les raisons

    Nous sommes un petit groupe formé de 3  ou 4 profs de socio (quadragénaires) et d’un retraité depuis 10 ans. Ce groupe fonctionne sur des bases originales qu’il faut justifier puisqu’elles paraissent surprenantes alors qu’elles sont banales et naturelles exploitée presque partout dans le monde sauf en France

    Nous,  sociologues, nous  sommes différents des journalistes, experts en sciences sociales,  littéraires ou philosophes,, politologues, baratineurs à longueur  de papier ou d’antenne sur ce qu’ils ont « vu » de loin,  qui ne vivent jamais les conditions  des gens dont ils parlent ; qui se tiennent éloignés des lieux conflictuels   ou  trop dissemblables, qui ne veulent jamais quitter  les habitudes de classes  de leur petite bourgeoisie intellectuelle  originelle ; à laquelle nous appartenons mais en nous distinguant par la mobilité et la croyance que la vérité scientifique ne s’appréhende  que par le partage des conditions avec les enquêtés et des épreuves qu’ils subissent, et que nous subissons à notre tour selon un désir sérieux de compréhension .  Cela demande d’apprendre la langue et  de vérifier au jour le jour nos impressions et croyances  sur le terrain ,de l’éprouver face aux faits quotidiens.  Pratiquement jamais de questionnaires et d’entretiens mais des observations, de l’écoute, des archives etc. Nous en fîmes la raison d’être de  notre vie professionnelle,  d’autant que nous avions tous des origines ouvrières, ce qui en sociologie est encore un scandale  (soigneusement refoulé). Quand c’est chaud quelque part, nous allons voir systématiquement. Ainsi nous sommes allés  étudier des populations démunies au Brésil, en Algérie, au Moyen-Orient... et  récemment à Calais. Nous y restons et enquêtons de manière  anonyme, sans  tapage  médiatique, sans  faire  de bruit sur  notre intérêt personnel pour l’observation participante,  et sans la prétention des sciences sociales de tout comprendre, et tout savoir interpréter   !! Qui le voudra, trouvera en librairie ou bibliothèque (revues) les travaux de C.Brochier, M. El-Miri ou C. Andréo ou les nôtres.

    Le texte sur les essais de médicaments  de Christophe Brochier est tout entier dans cette logique. II fallait aller voir avant de parler et de conclure. Il le fit. Le résultat est édifiant : surprenant, mais pas là où  on l’attendait ! Quant aux élites, aux pseudo intellectuels, aux  responsables, et aux professeurs de sociologie ou autre, ils préfèrent  ignorer ce genre de papiers  et les refouler en douce dans  l’oubli. Bref les enterrer et quand surgit l’inévitable : la mort d’un testeur,  ils compatissent la larme à l’oeil et ne changent rien jusqu’au prochain accident! Bonne lecture 

    « Maintenant le règne des banquiers va commencer»  

                                   (Jean Peneff, Mustapha El Miri)

     Aux éditions de la Découverte, 244 pages, 2010,

     

     Quatrième de couverture :

    Le titre est emprunté à la première page de Marx dans « Les luttes de classe en France ». En partie fiction imaginant le retour de Marx en France, 160 ans après son arrivée en 1849, ce livre est également une description de situations vécues en politique par les auteurs. Cet ouvrage rassemble plusieurs intrigues : l’irruption des banquiers dans notre vie, les migrations de populations entre continents, l’arrivée de la Chine sur la scène de l’Histoire, les doutes des gouvernements libéraux au sujet de leur marge d’action.

    La question des dettes est une question qui divise un pays, ou les nations entre elles.  Ce livre propose donc une histoire des luttes en prenant la question des déficits comme centre des événements. Par exemple en France : savoir, sur 40 ans : la dette, qui l’a « faite » ? Qui en profite ? Qui va la payer ? Marx commence toujours ses études historiques en se demandant qui a construit le déficit et qui en  a bénéficié ? Et quelles catégories sociales vont en payer le prix ? Il soutient qu’un Etat révolutionnaire ne doit jamais assumer les déficits creusés par les privilégiés ; c’est ce qui engendra la défaite de la Commune ; on sait que les bolcheviks ont repris son idée en 1917 et refusé de rembourser les emprunts faits par le tsar.

    Il n’est pas nouveau que des États ne paient pas leurs dettes mais les reportent sur d’autres pays, exploités ou vaincus d’une guerre, ou sur les pauvres de leur propre pays ou bien -nouveauté- sur d’autres générations. A toutes ces occasions, la crise financière produisit des bouleversements en cascade : dévaluations, guerres, révolutions ou dictatures. La dette révèle donc l’état des rapports de classe réels. Quand les caisses sont vides, les têtes sont emplies d’idées au sujet des  « trous » à combler, des compensations à demander face aux pressions de créanciers. . Mais aujourd’hui, demain, que faisons-nous ? Le niveau de vie à maintenir, la fermeture des usines, le chômage de masse, la place des enfants dans le capitalisme des jouets fabriqués en Asie (par d’autres enfants), le poids de la médecine commerciale dans nos finances, les retraites, le désarmement et d’autres menaces immédiates sont pourtant les questions urgentes  à régler.

     

    Table des matières

     

    1 « Au travail » :  Marx à la bibliothèque

    La Mondialisation ambiguë

    Concentration des profits  et dispersion de l’exploitation 

    Histoire des grands déficits

    Les crises successives 

    Faire payer nos enfants 

    Le capitalisme par blocs continentaux

    Les deux classes moyennes : riche et pauvre

    Définition d’une classe moyenne dirigeante

    « Look rich »

    Le rapport à l’autorité

    Une croisade morale ? Les gouvernants sont tétanisés

    Le rapport aux loisirs, la culture, la santé

    Les classes ouvrières dispersées

    L’exploitation segmentée

    L’éclatement : les ouvriers partout et nulle part

    L’exil ou le chômage

    Les Jeunes  Chinois en colère

    Jeunes Indiens et Brésiliens

     Le face à face et l’immobilité

    La Révolution française : 1848, 1871, 1917,1936

    Caisses vides et têtes pleines.....d’idées

     

    2 Les bourgeoisies rivales mais solidaires

              La bourgeoisie financière américaine

               Etats  Protecteurs ou Prédateurs

               La spéculation comme loisirs

               L’inspiration anglo-saxonne

               Solidaires dans l’exploitation

    Les budgets et les perceptions de classe

            Trois France

            Vivre avec 50 euros quotidiens

           Vivre avec 500 euros quotidiens

            L’univers singulier des 5000 euros par jour

    Cliques, clans, fractions, coalitions bourgeoises

          La bourgeoisie de droite et de gauche s’inquiète pour ses enfants

           La gauche n’a jamais eu le pouvoir

           Une invention du capitalisme : les enfants agents et proies

        

    3 Que défaire ?

    Les autres nous regardent. Comment construisent-ils leur opinion ?

          « Nous vous haïssons messieurs »

            La voie intermédiaire  chinoise

    « Au travail encore »

          Des centaines de petits Marx en réseaux

          Changer d’école 

         Consommer ou étudier : il faut choisir

     « Je ne veux pas devenir une machine à fric » dit Marx au gérant du casino  

     


    votre commentaire
  • A venir

    les Etats nations  du XVIIIè au XXè 

     

    Jusqu’ici rien de très nouveau dans notre livre. Et même,   une grande banalité. Tous les grands penseurs jusqu’aux 18è (1700 et après)  le proclamèrent : il n’y a là aucune argutie  théorique, aucune vision supérieure.  A chaque mode républicain : son idéologie populiste  avec des variantes  de contenu empirique et démographique mis à citoyen- peuple. Le seul point commun est l’origine de la représentation  conforme à chaque épisode. Deux catégories principales de personnels  y participent: les juristes et les intellectuels  au sens large : écrivains, artistes,  journalistes, universitaires, éditeurs. On peut les appeler philosophes comme en Grèce ou « penseurs » à Rome ; c’est toujours une professionnalisation de la vision démocratique qui est le support républicain. Les politologues et sociologues ont pris la relève maintenant

    Lors de l’effondrement  de la  royauté  qui surprit les acteurs eux-mêmes, légistes avocats, parlementaires ,les « écrivains »-théoriciens sont appelés  pour nommer le « peuple », la catégorie la plus indéterminée qui soit et qui fut considérée comme la plus démagogique en Grèce, à Rome, et avant 1789 .Une minorité de députés, afin d’aider la bourgeoisie contre la noblesse, se réclama : élus du peuple  (au club à la tribune  et la presse).La référence devint sublime et emporta toutes les notions antérieures. Le peuple, cette entité anomique, fit une entrée remarquée dans l’histoire à partir de 1789. Un blocage de la pensée politique s’installa pour longtemps empêchant toute enquête empirique  et même le marxisme, un moment critique, fut  emporté par la vague  de la confusion. Revenons aux faits 

     

     Chap 4 Le décès de la première république française  1892-97  

     

     La solidité durant 14 siècles, en faveur de la monarchie absolue,   réglait drastiquement les conflits de successions et l’instabilité  selon la vitalité ou la faiblesse des règles dynastiques qui ont éliminé  les intrus, (type Cromwell) ou les assauts de révolutionnaires de palais dans les couloirs du pouvoir, les guerres de religion ; la Fronde etc. Pour les historiens occidentaux, il n’y a pas matière à polémiquer. Cependant dans la partie qui suit, on va assister  à une modification substantielle  des modes de gouvernance.  Un régime  qui avait  la priorité à l’ancienneté, appuyé solidement sur le catholicisme,   sera néanmoins contesté  en France,  là où la plus tardive des mutations européennes  adviendra lors d’un changement inouï. Un régime  républicain qui tâtonne  va remplacer d’un coup dans un seul pays, au moyen d’une révolution appelée à être un « modèle universel », la mission consacrée par le catholicisme et détruira le  système accompli de la royauté absolue. En faveur -si on en croit les discours-  d’une démocratie (évocation brève d’un suffrage universel, des droits de l’homme et de l’abolition de l’esclavage). Ce fut une  bizarrerie, une grande et totale surprise pour  le « peuple » qui n’avait rien demandé mais qui, dans les campagnes, s’en empara pour détruire des « Droits » ancestraux féodaux. Le mot prend le pouvoir, et le mot deviendra magique; ce que personne ne soupçonne bien que le peuple ne soit pas plus intervenant qu’à Rome. L’idée  fit fureur. Le pays alors  le plus réactionnaire fait le bond dans l’inconnu à la stupeur durable. De monarque   divin à république  démocratique, les chocs et les retours en arrière sont prévisibles. Il faudra  un siècle  d’acclimatation et de transition. Voyons cette étape où le peuple  « appelé » à l’aide pour balayer le roi dut retourner sagement dans ses foyers après le « nettoyage » royal et l’établissement de la constitution. Ceci n’est pas sans conséquence. La carrière de politicien s’ouvre enfin  au profit des bourgeois : 10%à 15% au maximum de la population peut devenir  candidate au pouvoir alors que la proportion  n’était au mieux antérieurement, que   2 ou 3% (nobles,  haut clergé, banquiers étrangers, individus très enrichis, et autres minorités).  Cet événement va focaliser sur la république tous les regards. Et la mission d’octroyer l’autorité à  10% à 15%des plus riches, des plus dynamiques économiquement eut du mal à passer.  Au cours des 75 ans qui suivirent, on essaya tout  comme échappatoire: dictature de tribuns, chefs d’armées, Consulat, état impérial   avec Sénat ou non, avec Roi à Constitutions, à capacités législatives variées . Au long de cette   démonstration, nous  dûmes être prudent car nos maîtres historiens veillent sur leur terrain de prédilection dans le cadre du poids de plus en plus grand de l’édition, des académies et des fonctions  universitaires. Quoique  le statut d’historien quasi-officiel  fût  masqué, il s’installa vers le début du XXéme, pour s’épanouir vers 2000. Dès lors, la discussion devint minée en France vu le poids de valeurs chargées d’histoire de la Grande Révolution. Par conséquent  je m’entoure de l’autorité des meilleurs étrangers   qui n’ont pas le statut d’historien d’Etat ([1]),  ni les aides à la recherche ou à l’édition, ce qui fait la différence avec d’autres pays occidentaux.   Donc  je resterai  humble au regard de l’unanimité autorisée des institutions et académies  républicaines prestigieuses, toutes issues des légitimités scolaires qui défendent leur pré carré. Les études de cas,  entreprises avec les précautions d’usage ([2],)  éclairent  toutefois les expériences vécues sous d’autres cieux, parfois déroutantes, et  illustrent les circonstances déterminantes de leur disparition.  En Europe et pour le monde entier, la révolution française consacrera réellement la possibilité de passer de la monarchie à la République. Les Américains étaient  un peuple de petits paysans libres, ils avaient créé une nouvelle nation. Il n’était pas surprenant qu’elle pût être une république. En France, c’est l’absolutisme d’abord puis la monarchie, suivie de l’oligarchie qui disparaissent ou menacent de l’être. Comment rendre compte d’une telle quantité de bouleversements dans le cadre d’une sociohistoire des républiques ? Pour cela, il faut une ligne d’approche de ce phénomène unique dans l’histoire européenne ; celle que suggère  Jean-Clément Martin est  actuellement la plus pertinente 

     Pourquoi avoir choisi J-C Martin comme guide ?

                 Les nouveaux schèmes explicatifs  qu’il propose  de cet épisode –bien qu’il y ait encombrement  de la part de nombreux interprètes du moment le plus étudié par les historiographies européennes - nous paraissent novateurs, propres à sortir du blocage dans lequel deux siècles de références et de commémorations bouchent la  vision.  Car il est de bon ton de se positionner âprement  en se trouvant des ennemis « à la hauteur ». Les dernières querelles vont des années Furet, du nom de l’animateur  de ce mouvement de contestation de cette époque,en tant qu’anticipation de crises meurtrières dans le monde, associée à l’interprétation de la Vendée, emblème des « génocides » actuellement  revendiqués. Pendant que la conception républicaine, elle, continuait de  se reconnaître dans les pères de l’historiographie, devenant peu à peu classique, les Mathiez, les Lefebvre, les Soboul, les Vovelle etc.  Les historiens américains ne se sont pas immiscés dans les disputes françaises mais ils ont  attaqué différemment le problème du « à chacun son interprétation ». Les marxistes ont la leur bien entendu ; cela est déja  raconté par Eric  Hobsbawm, dans« Aux armes, Historiens » (La découverte  2007)

    Depuis  la parution  de ce livre bien des  événements se sont produits : un retour à l’histoire de la Révolution « tout court » par les faits, rassérénée et apaisée. Et Martin y a contribué.  Le nationalisme historiographique, le puérilisme des  célébrations avaient fait de la Révolution, un terrain  plus ou moins élégant de luttes idéologiques, propices aux querelles des grands auteurs. D‘autres, pour les éviter, choisirent de « petits » sujets, moins polémiques. Certains comme  Agulhon  restèrent prudents et se réfugièrent  dans l’histoire du mouvement paysan ou ouvrier  en 1848. Jean-Clément Martin, lui, s’est jeté dans la bataille avec fougue et nous pose les questions essentielles sur la naissance républicaine après 1789, sa  disparition, ou  la guerre de la Vendée et ses suites mémorielles activistes. Cette nouvelle façon d’écrire la Révolution française a anticipé les butoirs conduisant à l’incompréhension de la part des analystes, c’est-à-dire l’impuissance à concevoir une disparition républicaine comme un événement probable, dans un réseau de contradictions indépassables. Le destin de la première République inaugure en effet une ère d’aveuglements et d’œillères qui gêneront l’étude des décès de la seconde, de la troisième ou de la quatrième en continu et  sans préjugés. Les historiens de la Révolution, défenseurs ou adversaires de ce qui est devenu le patrimoine  national, ont gêné le mode d’accès à l’entendement sur la longue durée d’une série de régimes nommés républicains qui se succédèrent, se différenciant grandement, sauf dans le legs sublimé.  Martin a ouvert une brèche et nous nous y engouffrons. C’est pourquoi, en préalable, il faudra discerner comment il conçut son évolution personnelle sur une  question si sensible et quel chemin il emprunta pour cette innovation([3]). Hésitations et doutes  dus aux comptages fantaisistes ? Martin est stupéfait de l’absence de rigueur de   quelques-uns de ses prédécesseurs ; il s’interroge quant à la valeur des preuves chiffrées approximatives. Chaque fois qu’il enquête, il trouve la théorie défaillante, et  un a priori derrière.  En fait, il a découvert la « la Vendée » par hasard. Initialement son sujet de thèse est la Révolution à Nantes. Il est alors surpris par l’absence de sérieux dans le traitement des archives, et par la spéculation à propos de la mortalité lors des événements violents. Chaunu compte 600 000 morts, d’autres sont encore plus surréalistes, mais personne n’est allé, comme lui, compter les décès dans les archives paroissiales ([4]).

    L’auteur de la Nouvelle histoire de la Révolution française ( Perrin 2012)( [5]) nous offre de bonnes raisons de  saisir les dégâts idéologiques  qui  tournent autour des enjeux de la Révolution, justement en les contournant par la  Contre-révolution ou  la place de Napoléon, afin de se défaire des impostures de « Livres Noirs » qui obsèdent les éditeurs au détriment d’études étrangères érudites ou celles de jeunes chercheurs maintenus à l’écart  par des positionnements issus de la  tradition.

     

     2 La première République mort-née  ([6] )

     A quelle date se produit la fin de ce premier régime républicain exactement ? Selon certains la République périt avec le comité de salut public en Thermidor, mais d’autres prétendent que ce fut au moment du Directoire ou après le coup d’Etat du 18 brumaire. Disons officiellement avec l’Empire en 1804, bien que cet étiquetage soit de faible importance. D’ailleurs, Martin qui impose une vision d’ensemble traite sans s’attarder, sans nommer authentiquement républicain tel ou tel épisode, selon que les acteurs ou les historiens l’aient  jugé glorieux ou honteux, juste ou criminel. L’Histoire pour soutenir ce jeune régime chancelant qui aurait voulu rejoindre Athènes et Rome dans la légende, ne pouvait faire mieux dans l’agitation, dans des soubresauts ou la fièvre de pouvoir, qui s’empara de toutes les élites réunies pour la première fois en assemblée à Versailles. L’habitude se prit alors de ne pas vraiment examiner  la jeune  république, entre 1792 et 1830, comme  le premier essai des 7 changements de régimes qui lui succédèrent en 40 ans,  l’habitude aussi d’ignorer ce qui les justifiait ou ce que leurs créateurs contestaient, sinon  sur des a jugements moraux et une terminologie toujours renouvelée, à la hauteur des ambitions du moment. La fin de cette république est donc aussi incertaine que sa naissance fut inattendue, puisque rapidement provoquée par la fuite et le procès du Roi. La dénomination « République » a été sujet de polémique tout au long du XIXe siècle ; ressentiment et repoussoir pour certains, idéal suprême pour d’autres. Cette confusion se poursuit puisque le sens occidental  s’est imposé et n’a pas  retenu les prétentions  d’autres étiquetages qu’ils soient soviétiques, socialistes, chinois ou de pays émergents ayant appliqué des taxinomies distinctes. Dans le jeu des dénominations, l’inventaire de la définition occidentale implique  un multipartisme officiel mais contrôlé, les élections régulières, la non transmission héréditaire des fonctions,  l’indépendance  de la justice et la liberté d’expression. Ces marqueurs pris abstraitement restent les signes exclusifs dont, à chaque fois, on présume ou on dénie simplement l’existence,  sans l’éprouver au réel de l’enquête sociale.

    Alternatives sociologiques : désignations, définitions, descriptions

    Plutôt que de succomber au charme de la sémantique, il est possible de juger un régime « républicain » au nombre et au type de guerres qu’il fit, ou, aussi bien à la  commodité offerte à tout électeur d’accéder aux plus  hautes fonctions, et enfin à la sincérité supposée des scrutins,  tout comme aux lois réellement appliquées au cours des luttes publiques ou aux ententes entre partis rivaux qui se disputent le pouvoir.  Avec la première République, les tâtonnements dans la théâtralisation et les déchirements extrêmes, les proclamations fracassantes, les postures  gesticulatoires abondent. Mais pareillement les guerres menées sur notre sol (Vendée et autres régions réticentes, ou bien aux colonies) ainsi qu’a l’étranger sur mer et terre sont une caractéristique indéniable. Cette période  déborde d’expérimentations, de flottements quant au type d’élection engendrées, au nombre de scrutins essayés et  de  tentatives de rationaliser les rapports entre dirigeants et citoyens aboutissant apparemment à l’impossibilité de relations paisibles entre les gouvernants et leur armée. A partir de 1792, des généraux trahirent, d’autres furent exécutés et, à la fin, un jeune général républicain, qui, pour l’entretien de son  armée, provoqua des déficits  colossaux, s’offrit à  restaurer puis à abolir la République en changeant le  personnel et les processus. Bien que tout dans la  révolution française -au sens chronologique large-   nous intéresse, on retiendra  dans notre commentaire, les morceaux et analyses qui couvrent la  disparition de la république  (de 1794 à 1800) sujet qui tombe forcement dans l’escarcelle de Martin. De même que les réactions anti-républicaines examinées de près dans l’immense dictionnaire (qu’il a dirigé) de la  Contre-Révolution. On concentrera particulièrement  l’attention sur le dernier tiers de sa  vaste synthèse publiée sous le nom de la Nouvelle histoire de la Révolution française , sans oublier la Vendée  dont  il est  le spécialiste  incontesté : on le réédite aujourd’hui en livre de poche ([7]),  accessible à tous,  éclairant dans une nouvelle introduction sa démarche et ses thèses.  La date de 1800, d’ailleurs déborde la mort de la jeune république puisque la guerre civile de Vendée survivra environ d’un an à la République, bel exemple de pugnacité.

     

    3 Elimination des concepts impropres à un passé obscurci 

     La NHRF ne  propose pas de généralisations, ni de conceptions prédéfinies, pas plus qu’elle ne se situe dans  un courant ou une  école analytique. D’ailleurs, il n’y a pas vraiment d’introduction ni de conclusion aux livres de Martin : 2 ou 3 pages suffisent. Il ne s’étend jamais en  préambules et ses conclusions sont brèves. Pas de « leçon » ; il attaque aussitôt sur des faits mis en relation dans un tissu de complexité et d’enchaînements causaux spécifiques.  Posture sage tant « le puits de science » d’où s’expriment ministres, journalistes, éditeurs, hommes politiques, commentateurs de tout poils est profond ! On verra défiler : « Guerre et Paix », « Justice et Lettres »,  luttes de clans ou ces cent mille factions redoutées par Robespierre dans son grand discours de Février 1794. On s’évade d’une grandiose  culture héroïque ou damnée au profit de notions arides : processus,  transactions, compromis, rivalités, combats  fratricides, mythes et symboles. Non pas avec le parti de traiter cet événement en bloc pour reprendre le mot de Clemenceau, mais pour comprendre la politique en soi, sous ses toutes formes, tous régimes confondus. Et on se saisira de cette occasion pour  concéder une réflexion originale sur les processus de la politique qui, comme dans un film accéléré,  racontent l’histoire. Toutes les exaltations offertes ailleurs  puisque la France aime les polémiques scientifiques sont absentes ici.  La culture de la « manif », de la « Journée », de la barricade, hante les amphithéâtres et les enceintes partisanes. Charles Tillly, un précurseur au sujet de la Vendée,  avait d’ailleurs écrit une référence  subtile: « la France conteste » en y voyant une   continuité nationale.

    Nouveau régime de causalité ou conception nouvelle, Martin sélectionne les scènes  et les séquences. Sa technique dans chacun des sous-chapitres consiste à peindre une scène par 3 ou 4 pages de descriptions à étages où de nombreux acteurs, des plus improbables aux célèbres, donnent à voir les options variables du moment qui s’affrontent sur tel sujet ou dans telle région, avec tel projet en tête. Sur la Vendée, on assiste aux interactions de plusieurs centaines d’acteurs dont il suit le destin. Après un tel travail en profondeur, les « grands hommes » disparaissent derrière l’épaisseur de la chair sociale. Le débordement par les faits, l’accumulation des informations (rarement un livre d’histoire a inclus autant de noms propres, de personnages : une quinzaine au moins par page) dans leur contexte, sur les   lieux ou dans des organisations situées.  Ceci implique  une  érudition dont une partie relève aussi bien de la chronologie que de l’espace. Ce que l’auteur fait voir, ce sont des négociations, des  transactions,  des actions et des réactions en chaîne, des contraintes de positions à défendre ou à gagner : engagements et retournements, bref la vie habituelle. Il use exceptionnellement  de désignations   abstraites : rapports de force, pouvoir, gouvernants,  partisans et militants,  logiques d’appareils,  classes et conflits  sans parler des passe-partout: « peuple », « masses »,  « valeurs républicaines ». Il  rompt avec la terminologie courante  en la saturant de faits,  rendant inopérants les schémas classiques dans la plupart des mises en relations. Elles peuvent concerner aussi bien le culturel que la vie domestique, la famille que la justice ; ces interactions sont des « théories » profanes  et n’épuisent pas le contenu historien à donner à la Révolution.

    Les  aboutissements de ce réalisme seront difficiles à assumer aujourd’hui, car ils vont à l’encontre de la mise en avant  des débuts, des  naissances héroïques,  par la sélection des deux ou trois premières années de la révolution. Si l’on  choisit  un seul moment, un cycle dans « 1789 », on ne rend pas compte du fait que cet événement accoucha d’une Restauration exacerbée, de la destruction des  symboles,  de mutations de personnels dans le style propre au coup de balai. D’ailleurs ces symboliques pesèrent si fort qu’il fallut attendre près d‘un siècle pour qu’une république (la 3e) s’enracinât à nouveau dans notre pays, « grâce », ô surprise, à un Maréchal  (Mac-Mahon) et en dépit de l’intermède de 1848 à 51  encore réglé par l’armée.

     

    La  première république eut-elle une fin annoncée ?

     Oui ! Si on analyse la République en tant qu’anomalie  ou hasard. Sa faible  longévité n’est toutefois pas exceptionnelle en Europe si on considère l’Angleterre, ou bien la poussée révolutionnaire de 1784 aux Pays Bas (sans parler des républiques éphémères d’Europe centrale dans le premier tiers du XXe siècle). Cet épisode  aux frontières floues  fait sens pour nous, non pas en fonction de l’événementiel, largement connu, mais parce que son décès n’est pas assumé : il va à contre-courant du souffle épique. Aucun homme projeté sur la scène ne comprend ce qu’il a « produit » : désarroi, impuissance d’un état -nain, mains maladroites ; tout y fut possible et produisit retournements  inattendus, trahisons, attentisme, cynisme, phénomènes courants dans la course au pouvoir. Bref, le jeu  complet des postures politiques possibles fut comprimé sur quelques mois dans un accéléré de l’histoire. Avant de solliciter un terrain si labouré,  posons à Martin les questions sur lesquelles les sociologues curieux des causes, butent, non par rapport au projet démesuré et aux   circonstances aléatoires, mais à propos de la condition de leur évaluation postérieure.  Comment fait-on pour écarter du passé obscurci, les lourds concepts classiques ? Comment élaborer une conception différente de la « logique » politique, sinon par son absence, à partir de  définitions ambivalentes : sans roi, avec ou non des élections,  comités  élus en opposition, contradiction entre gouvernements et  envoyés missionnaires, entre directeurs ou consuls ?  Si on ne  lutte pas contre les préjugés, les juristes constitutionnels délimiteront avec une fausse exactitude les dates de passage entre républiques et tyrannies, entre violence « compréhensible » ou celle arbitraire. C’est pourquoi une transition  ou une « normalisation » prit un siècle.  Napoléon  tue la Révolution  mais garde la république formellement jusqu’en 1804. Comment expliquer la naissance exaltante et  si rapidement, la mort ?  Hobsbawm s’est posé la même question dans un livre (déjà cité) décapant sur l’historiographie républicaine ou non, et  sur l’extension des idées  engendrées par les événements français ([8]).

    Le terme de «  Révolution » est  devenu obsessif, rengaine  discursive. Il existe des lobbies favorables, d’autres contraires et déterminés. On vit même apparaître  une sorte d’entreprise morale : la Révolution comme objet commercial et  patronage obsessionnel de la mémoire. Tout ce contre quoi Martin a réagi : il dénonce les classements communs, les histoires révolutionnaristes  trop « spectaculaires »… Et sous la Terreur, ou en Vendée, elles ne manquent pas ! Dans la recherche de nouvelles variables plus complexes que le récit structuré habituel, les facteurs prédominants se trouveront peut-être dans des dettes et déficits royaux abyssaux qui contraignirent à convoquer les Etats généraux ou dans la fuite du Roi, ou bien encore dans les Journées qui l’acculent au désistement, puis par les guerres contre tous qui s’en suivent. Concepts et catégories indigènes doivent être toujours distingués. Or,  la vie contemporaine reprend telles quelles les catégorisations de l’action politique produite par elle-même et qui font les délices des politologues : « Etat, partis, autorité, rebellions, peuples rapports de classe », comme si cela allait de soi. Il faut lire l’ensemble des événements et les processus de leur enregistrement  en tant que construction  de l’esprit ; l’épisode est relevé, mémorisé et interprété  par l’opinion (en réalité la presse, écrivains,  discours d’Etat). La manière dont les  acteurs vivent la situation, engendre des réflexions sur des circonstances  de leurs actions. On la saisit mieux à condition de ne pas reprendre leurs catégories d’analyse (Robespierristes, Vendéens, Terreur, Girondins), connotées, transférées de la vie courante et en s’écartant du commentaire à chaud des journalistes,  publicistes et  militants. La souche des nouvelles interprétations  se place donc dans la ligne des années 1930-40  où l’on retrouva l’histoire des mentalités mises à l’honneur par l’« Ecole des Annales ». On parle actuellement plutôt de représentations éphémères et individualisantes, de subjectivités, notions moins globalisantes et stabilisées que les « mentalités ».

    Y a-t-il un sens général à trouver à la révolution autre qu’interactionnisme   aléatoire?   

     

    Le problème est de comprendre le déroulement d’événements inouïs pour l’époque quoique incluant aussi bien les Révolutions américaine, belge, hollandaise, voire plus anciennement anglaise (1648) ; rappel toujours salutaire. Le travail est considérable puisque même l’éditeur, dans sa présentation du livre, ne parvient pas à se  détacher du schématisme traditionnel : la bonne Révolution et la mauvaise, la violence défensive intelligible et celle, arbitraire et terrible; tout comme les mauvais patriotes se distingueraient des bons sans culottes ou des Jacobins justes. Se déprendre du rassurant dualisme moral, avec d’un côté les discours hystériques de leaders ou de chefs en mal de justifications par le complot réactionnaire et  de l’autre, les grands principes qui demeureraient un acquis universel est aussi malaisé. Et à une époque où le mot « terrorisme », comme le mot crise sont dans toutes les bouches, rappeler que terminologie rime avec démagogie est salutaire. Saisir les causes contradictoires, instables de l’extrémisme est ce que nous retenons d’essentiel.

     

    Le support interactionniste que nous avons choisi (réactions en chaîne d’organisations locales, disputes de familles politiques et de factions, quelles soient populaires ou bourgeoises) dans un cadre circonstanciel a da préférence des chercheurs étrangers  ayant moins de mal  avec l’histoire royaliste ou jacobine. Faire l’histoire de l’historiographie comme Dunn, Evans, Martin et quelques autres Hobsbawm, atténue  les précautions de carrière. Au sujet de notre monument historique, il n’y a que des significations fragmentaires et contradictoires selon le point de vue pris.  Le chapitre 17 de NHRF,   comprenant 130 pages (458 -585) « Thermidor ou le désarroi » est un modèle de démystification à base de scepticisme et de détachement propre à convaincre que le seul  objectif est une réflexion sans concession, un équilibre entre l’action et le jugement sur l’action, dans leur complexité.  Si le jugement normatif n’a pas de sens, si  sont écartées l’hagiographie et  la diabolisation, que reste-il ? Faire intervenir l’illogisme (au sens de déraison), les actes désespérés, l’incohérence,  les actions-suicide aussi bien que  l’inclination au sublime, l’exaltation des fureurs et des passions.  L’idée que la révolution est un épisode comme un autre de l’histoire française implique  de réduire  la surestimation des ruptures au profit des errements, des impasses, hasards  de  la vie  politique ordinaire.  Derrière la conception, jamais disparue, que la grande « Révolution française » représente un progrès moral, que son irruption a été une avancée de la conscience politique mondiale, on surestime la faiblesse de l’Etat royal en tant que force organisée et les aléas de son interruption.. Dès lors, la révolution française était condamnée,  pour les historiens  qui surveillent ce « champ » national et pour leurs adversaires moins bien placés dans l’espace universitaire quoique plus à l’aise avec les médias, à devenir un des héritages sacrés  et la pierre de touche d’une carrière. Se prosterner devant les grands ancêtres ou les dénoncer représente pour les jeunes  chercheurs  de la discipline  l’imposition d’un droit d’entrée au prix  élevé dans le métier. Martin a préféré   devenir le critique de la tradition historiographique, sans prendre parti. Il a commencé par décrire la révolution désarmée qui devient progressivement  une redoutable machine à  combattre, avec une mortalité élevée,  beaucoup plus que celle affectant les conflits antérieurs mercenaires ou religieux. C’est que s’y glissait un élément modernisateur : la jeunesse et la lutte symbolique de générations. Plusieurs catégories de députés s’affrontent à la Convention, les très jeunes (les plus nombreux) et les « anciens », phénomène aussi nouveau que le rajeunissement des armées par la levée en masse. L’histoire de la Vendée ou de la Chouannerie travaille sans cesse l’obsédant problème du soldat non de métier mais citoyen  qui apporte  une violence nouvelle  naturelle. La mortalité  due aux guerres, aux répressions et exécutions sur le champ de bataille  fait apparaître la Terreur comme un épisode « mince »,  mesuré au coût démographique des autres péripéties guerrières sous le drapeau armé de la République. Cette  « épopée » révolutionnaire (puis impériale) fit deux ou trois millions de morts. Un fantastique saignée de la jeunesse française et européenne qui devrait être intégrée dans les bilans, pertes et profits, occultés selon l’intensité des tendances de chaque tradition historiographique non universalisable. Ainsi, Martin  stigmatise, à travers les termes connotés, tout un ensemble de jugements éthiques. Ce qui ne signifie pas que la violence soit un élément étranger à la politique ; au contraire ; elle en est la substance mais en formes diverses et à cibles variables mal répertoriées  dans l’action urgente d’intervention.« Quand l’histoire « scientifique » acceptera-t-elle de comprendre que les aspirations mystiques, millénaristes, religieuses  ou simplement spirituelles, voire  les goûts et les modes, sont à la base des engagements sociaux et politiques, comme c ‘est notamment le cas au moment de la Révolution française ? Quand admettra-t-on  cette réalité  autrement que contrainte et forcée, lorsqu’elle bute sur les adhésions au nazisme ? »[9] Phrase aux profonds échos quand on étudiera la chute de Weimar et la montée du nazisme ! 

     

    . Les processus courts du changement : histoire et sociologie

     L’identification des groupes professionnels profanes intervenant dès l’été 89 pose un problème de recensement et  d’études fouillées. Peu ont suivi Timothy Tackett et son étude sociographique des premiers députés ([10]). Les sans culottes ont eu leur Soboul mais sur une population étroite. C’est le vide sociologique après eux.

    Ce n’est pas en 89 le peuple des manufactures ( l’ émeute à l’usine Réveillon est l’ exception), ni le peuple des campagnes  (salariés, petits paysans, domestiques  artisans)  qui se mobilisa  sur les « terriers » et se désolidarisera ensuite) ; mais un peuple composite et hétérogène où deux catégories en politique vont émerger durablement avec des pauses, les femmes  de basse extraction, la boutique et la basoche ; les apprentis et les  serviteurs  sans emploi) . Toujours plusieurs peuples dans le Peuple.

     Parmi les bourgeois « révolutionnaires » peu d’industriels  mais d’autres composantes manipulables,  individus isolés et un peuple de centre de  Paris qui est au service des Grands ou des  mondes de l’échoppe et des petits commerces .pas du tout le peuple des faubourgs qu’on trouvera plus tard Tous ces peuples sont inconnus de tous les leaders sauf Marat peut-être qui vit parmi eux  (Robespierre aussi mais  plus distant)

     

    Le peuple de 89 est donc normalement comme dans toute révolution « populaire », une fraction des pauvres ; pas des miséreux  assez caractéristiques (disponible et sur place) Aux gens  sans travail  s’ajoutent des petits intellectuels   frustrés, des domestiques sans emploi,  des  intermédiaires coursiers, porteurs, vendeurs de rue...) Au dessus d’eux des négociants des boutiquiers installés  des intermédiaires pas totalement démunis parfois petits propriétaires.  Le reste du peuple français  hors Paris est quasiment absent sauf à Marseille ou Lyon

    Mais les fractions populaires sont encore plus mal connues que les fractions bourgeoises

    Ceci dit, il est vrai qu’une partie de la population (10% peut-être ?) va s’intéresser à la politique et pour longtemps, hors   des cadrages qui furent épisodiques  

    Dans l’absence de critère et de connaissances sociologiques historiquement on ne sait comment décrire le peuple sauf dans les journées armées et les travées bruyantes de l’Assemblée Nationale où des groupes d expression tentent d’influencer les députés. Tout une problématique nous échappe donc de quel peuple s’agit-t-il, et que  est  sa petite fraction dynamique ? Comment sont-ils perçus par les bourgeois révolutionnaires (Cordeliers, Jacobins,  sans culottes) qui tous y font une référence constante parce que Paris était jusque là sur-représenté..On avait approché les sans culottes parisiens  en l’an II avec A. Soboul ( les célèbres Faubourgs » ou les « Femmes des halles » qui firent tant pour concentrer la politique dans Paris en Octobre 89 et le 10 août 92),  on avait suivi de près les méandres des actions  de la bourgeoisie vendéenne et de ses paysans avec Martin , Agulhon  reprit le thème du fractionnement de « catégories » trop génériques  sur un département, le Var, observant  les prolongements de « 89 » dans « 48 » Les paysans révolutionnaires, catholiques ou indifférents avaient été étudiés par Georges Lefebvre  et Jacques Godechot et leurs successeurs.  De nombreuses études locales, monographiques ou non,  sont à notre disposition, aujourd’hui, pour affiner la catégorie grossière de « Bourgeois républicain » et celle autant  indéterminée de « peuple » ou de prolétariat

     

    La révolution se fait en province, avec ses habituels clivages. Notamment l’appareil répressif qui est  dispersé sur tout un territoire. Qui juge, qui arrête, qui décrète ? Qui exécute ? Justice militaire, civile, de métier ? Dix ans pour mettre en place un nouvel appareil judiciaire et administratif, c’est peu. Spécialisation de taches, professionnalisation des fonctions, autonomisation des administrateurs  vis-à-vis des hiérarchies (préfets, généraux, officiers de police) ; tout un  ensemble s’organise  et dure encore.  On ne comprend que trop peu le décès républicain  à la tête de la Nation, si l’on ne voit pas que la Révolution a survécu là ; mieux, elle  a prospéré  durablement dans  la révolution des modes d’usage de la force en politique locale. Ce sont des ex-Jacobins de l’administration locale qui ont  aspiré à un Etat fort,  une stabilisation des règles, un refus d’excès  de bouleversements au sommet (tout comme le firent les premiers bolcheviks). Bref ils ont « attendu » un sauveur de l’Etat, un pouvoir fort, sinon autoritaire  et donc presque n’importe quel Napoléon ou Staline aurait convenu à cette Révolution qu’ils avaient initiée. On le dira aussi  pour Weimar, de Hitler parmi  la trentaine  de petits dictateurs  d’après défaite ou  de crise. A partir de là, les historiens de l’époque  moderne se concentreront sur cette évidence : conflits symboliques ou non, révoltes civiles ou guerres  de l’espace national deviendront le pain quotidien  du témoin qui rencontre une multiplicité de terreurs qu’elles soient blanches, bleues, rouges ou noires. Il n’y a qu’à voir le succès de la terminologie du terme de « terroriste » qui sert tous  pays, tous  régimes et toutes  époques

    Beaucoup de choses sont à  découvrir au sujet du « peuple »([11]).. Il faut diviser, séparer les séquences anatomiques, et aussi l’autopsier au microscope. La fragmentation en plusieurs « petites » révolutions successives : vers 1770 (« régénération), ensuite 1789, puis 1794 et enfin l’après 1795  jusqu’au Consulat et l’Empire incluent des rébellions lointaines (Antilles), des invasions Europe, Egypte). Choix   qui combinent circonstances « accidentelles »  et  situations durables. Les luttes de groupements à des niveaux minuscules (le journal, le club, les militants du quartier) se déroulent dans le grand décor des chocs d’institutions, des rassemblements d’armées. Les  échelons d’interactions  de face à face, de rue ou d’assemblée, comme ceux des rapports de force de groupes ou de familles intellectuelles, de partis ou de simples clans,  les affrontements électoraux ou les manifestations de masse  firent entrer de nouveaux collectifs  dans la vie de la nation. Une  cause simple ne peut être admise. Une forme  complexe  de causalité par association de faits, par classements de facteurs implique d’abord de déminer le terrain, de le désidéologiser.  Il y faut un regard froid, clinique,  moins enchanté que celui de nos prédécesseurs. Il nous faut introduire une série de variables : finances éprouvées par les guerres,  opinions des professionnels de la justice et irruption des élections au risque de voir l’autonomie de l’Etat perpétuellement contestée.  D’un côté, guerre aux tyrans et aux contre-révolutionnaires, cibles extensibles ; de l’autre  inflation d’assignats et de déficits  en dépit du  pillage. Enfin,  le début d’une résolution par l’urne des luttes de factions à l’Assemblée, à la Commune et dans les autres rassemblements décisifs incluant le danger d’électorats fabriqués ou de verdicts occultés. Jacques Godechot avait ouvert la voie à   la dissection du  « peuple », lors de la prise de la Bastille et il a montré son extrême variété ou volatilité. Il avait attiré notre attention (par hasard  où nous, étudiants de Droit pûmes l’écouter  en raison de la contiguïté de nos amphis) sur le peuple dont l’action décisive peut être le défaut, le retrait de l’action  ou les simples soldats  « du peuple » Ce sont les déserteurs, les réticences les soldats du rang des troupes royales à obéir  qui condamnent de Launay  à la reddition de la forteresse ; ce qui n’aurait pas eu lieu sans ce refus de combattre le peuple parisien On revécut un phénomène proche  en 1961 quand de Gaulle appela le contingent à la désobéissance  face aux officiers félons  

    La séquence 1789 à 1800 est indispensable pour saisir la conception ultérieure des Français de leur système électoral. Une conception invariable aux caractéristiques impératives ne permet aucun recul.  Le commencement de cette histoire  est raconté par Melvin Edelstein ([12]) Il est avantageux  de se reporter à cette enquête monumentale, l’œuvre d’une vie d’un  professeur de l’université du New-Jersey : 600 pages denses sur la dizaine d’élections organisées de 1789 à 1800, étudiées par région, villes, types de votes et électorats. Donc, Martin et Edelstein mobilisent des série de monographies locales qui, réunies, donnent le récit de la première rencontre de la France avec un vote uniforme (bien entendu il y avait des votes avant la révolution au niveau local). Il en ressort,  pareillement à Weimar un siècle et demi après, un réel engouement, parfois de l’enthousiasme pour ce mode d’expression quoique de manière inégale selon les régions, les villes et le type de ruralité. La participation et la décision se pratiquent au sein d’une organisation filtrante  et seront la caution et la condition de tout vote ; le début de la prédominance politique des hommes de loi, une catégorie sociale qui amplifiera sa fonction au point de la rendre indispensable à la vie politique jusqu’à maintenant.  Les  hommes de loi, les avocats des Cours, des tribunaux suprêmes, des conseils constitutionnels qui valident les résultats vont être les gagnants du processus. Ils garantissent les votes, les résultats et donc l’ordre établi.

    Les élections de 89 et les suivantes mobilisent  intensément jusqu’en 93 au cours  de scrutins  aux états généraux, aux cantonales, aux municipales, (pour les juges !) au moins 5 en 4 ans en tenant compte de la Constituante, jusqu’à la Convention. Premières élections élargies réservées aux citoyens détenteurs d’un minimum de « richesse » (pas de suffrage universel bien entendu) , d’où la difficulté d’évaluer la participation d’électeurs « potentiels » ; la participation  semble tomber de 60% à 20%, en fin de période mais, encore ici,  l’estimation est  relative en raison de facteurs tels que  la difficulté d’accès aux chefs lieux ou baillages, la longueur étalée des débats sur plusieurs jours, la difficulté relative des  communications et le degré d’existence d’une  tradition de « participation » à la vie municipale.  Premières élections, premiers trucages et premières désillusions puisque cette tentative se terminera mal  avec la manipulation des députés conventionnels qui obligeront à réélire une partie (les deux tiers) des députés en place en 1794.

     

    La République violente et belliqueuse 

     

    Martin dans « Violence et révolution » n’évacue pas les conséquences d’une  des politiques républicaines qu’est  devenue la guerre   de conquête (depuis Périclès ou dans la guerre du Péloponnèse que cela provoqua la  mort de l’Athènes démocratique). Déconstruire le bellicisme républicain  signifie rendre compte de la violence économique (l’esclavage, le travail forcé, le bagne), celle purement politique (les armées d’occupation, les répressions intérieures) aussi bien que les cruautés sociales quotidiennes (règlements de compte entre citoyens, déportation des enfants).  Les violences n’attendent pas 1789 pour se débrider ni ne disparaissent  après-coup. Il n’y a que chose ordinaire, en rapport avec les mœurs de l’époque, l’habitude des exécutions publiques et la torture lente. C’est ainsi que la guillotine fut perçue comme un progrès moral de l’humanité. Il y a donc une continuité de l’usage de la force; seule change  la rhétorique justificatrice, adressée à leurs victimes, aux adversaires potentiels  et aux témoins, historiens du futur.

    On    n’explore pas sans morbidité  cette formule extrême  des règlements entre nations. Les « historiens de la guerre » contemporains  acceptent avec effroi de saisir la politique à travers la force dont la guerre  est la forme raffinée de la  violence pour des catégories ou pays qui résolvent là des problèmes d’accès au pouvoir ou aux richesses ([13]).Martin se confronta d’abord  à  la guerre de Vendée en historien réaliste et il en l’envisageant non pas en tant qu’accident malheureux, rupture du contrat républicain,  mais plutôt comme l’effet de crises et de « coups » sublimés ensuite sous  le drapeau tricolore et  l’hymne national. En abordant les choses de cette manière, nous incitons à combiner pensée sociologique et analyse historique. La place à donner à la guerre dans l’histoire mondiale est en effet quasi-déniée dans chaque nation ; elle est perçue comme marginale et accidentelle. Les marxistes  ou les spécialistes du nazisme comme Bartov et Browning ou bien d’autres  ont  par contre considéré la « brutalisation », la régression des contrôles sociétaux, la violence aveugle comme un élément constitutif de l’histoire. Cependant, dans l’histoire occidentale,  le pillage, les pays mis en coupe réglée, l’agression contre les  civils, sont justifiés en tant qu’argument  patriotique. En France, au cours des années de révolution, le rôle de l’armée où plutôt des nombreuses armées révolutionnaires, non identiques en raison des tempéraments de leurs chefs et des corps, s’accrut au nom de la violence inévitable par panique de la défaite : dilemme de survie en partie. L’esclavage se renforça également, le vol des armées révolutionnaires en Italie au profit des caisses de l’Etat et de celle des  généraux fut banal : les députés missionnés, les généraux aux conditions de vie somptuaire traînaient leurs domestiques, femmes ou  esclaves, enfants des Antilles.  Ces guerres sont effacées dans l’histoire et les mémoires au titre des bilans positifs révolutionnaires, tout comme le fut  la justice ordinaire expéditive au sein des armées (exécutions, désertions, recrutement forcé). L’anarchie politique qui frappe, de la fin de 1792 à la fin 1794, sera transposée à l’extérieur de nos frontières. Ce fut alors un mode primitif d’accumulation et de redistribution des richesses, un mode expéditif, le plus ancien certainement,  d’acquisition et de répartition  au sein d’un groupe, d’une famille, d’une tribu, d’une nation. Il représenta le mode le plus rapide de processus  d’enrichissement  mais aussi  plus risqué, plus  que l’imposition du travail forcé  ou servile et que la salarisation capitaliste. Toujours sélective et relative, la représentation de la violence historique à la fin du XXe ne peut plus être aussi sanguinaire -question de sensibilité- ; or, elle a  été portée et   diffusée  par  le siècle qui a été « ingénument » le plus violent de l’histoire de l’humanité. Que de performances industrielles et organisationnelles, ramassées en un court temps et que de  grandes exterminations à fort rendement  dans ce petit demi-siècle  1900-1945 ([14]).  Or, on voit que la fin du XVIIIe siècle, révolutionnaire ou non, est bien « pauvre » en conceptions de productions  inédites de « violences » politiques. Que pèsent, dans ce macabre inventaire, les quelques dix milliers de mort de la Terreur française ?

     L’Histoire, c’est le passé vu par le présent et elle  fait réfléchir sans cesse à l’étiquetage. Or l’histoire, du fait de  la pesanteur de ses organismes de tutelle, de lourdes institutions universitaires, des conventions éditoriales prend  rarement en compte  le quotidien de millions de jeunes hommes jetés dans des combats obscurs, livrés à des défoulements de  peur et d’ instincts (haine,vengeance, profits faciles). Or, ce type d’expérience est presque toujours   masquée dans nos générations : le jeune soldat est un homme qui ne  s’appartient plus ; il dépend entièrement et est soumis à deux forces parfois contradictoires : la puissance du groupe primaire et l’autorité absolue des chefs. On y reviendra à l’occasion des guerres coloniales propres à notre pays et à la république  source de  plus d’un million de morts « indigènes » en 15 ans : Indochine, Madagascar, Algérie 

    En laissant de côté les aspects nécessairement sanglants de la guerre, en les  refoulant hors de notre mémoire, en l’exportant  hors de nos  frontières sans l’imputer à nos soldats, nous refusons froidement les dommages démographiques, le défoulement comportemental,  l’ébranlement durable des consciences. Les  manuels et les  essais,  au sein de chaque histoire nationale,  sont nettoyés des crimes de  guerre au cas par cas. Or ils sont absolument inévitables dans ces états de tension ([15]). On méconnaît alors  là un autre versant de la politique qu’on abandonne  aux mains des historiens du militaire ou du diplomatique, aux arpenteurs du champ de  bataille ou aux amateurs de stratégies,  les juges de la valeur du commandement. L’histoire révolutionnaire a  inauguré cette longue série d’aveuglements  au  titre de l’épique.

     Mettre fin aux  « cent mille factions » : l’engrenage de la Terreur  

    Ses exécuteurs  du Comité de salut public avaient dénoncé les clivages; Ils avaient  en tête une vision de religion laïque, un domaine de la vertu  .Les vieux cyniques, Sieyès,  Fouché, Barras, Tallien, Talleyrand ne l’entendaient pas de cette oreille. L’opportunisme des circonstances, les ruses et les  manœuvres leurs paraissaient plus réalistes dans l’état de la France d’alors. Innombrables divisions, soit  entre professionnels de discours : publicistes, avocats, juges, journalistes ; soit entre marchands, spéculateurs et propriétaires. La petite noblesse de robe ou celle des biens nationaux qui ont pris le pouvoir  ne veut pas le lâcher. La disparition républicaine est inscrite de cet engrenage  de chocs perpétuels de néo-professionnels aux virevoltes, aux retournements inavoués et bien d’autres changements de cap en fonction du vent dominant. Contradiction inévitable entre actes et discours, fatigue et usure des républicains contraints à une ligne instable. Ce fut donc  un apprentissage douloureux, dangereux à faire en quelques mois qui  les contraignit à l’abandon d’idéaux  de jeunesse.  Dans les sociétés modernes, les jeunes élus ont des années pour l’apprentissage de l’opportunisme et du cynisme. La personnalisation de la politique contemporaine, les luttes d’ego, la dramatisation des attitudes font partie de toute éternité des justifications démocratiques. L’agonie de la République d’abord confisquée puis définitivement abattue par Napoléon se nomme simplement l’apprentissage du métier, les débuts de la professionnalisation pour quelques milliers d’élus, de députés, de maires; on les retrouvera sous tous les régimes jusqu’en 1848. L’arsenal des outils du pouvoir,  les attitudes ambivalentes, les ambiguïtés de positions, la souplesse au service de l’ambition se déploient en éventail de mécanismes qui durent  aujourd’hui 

    En historiographie française, la conception des régimes émancipateurs et libérateurs est d’autant plus affirmée  que la fin de la première République  et   sa mort  indécise due au coup d’état du 18 Brumaire de Bonaparte, seront suivies de nombreux arrangements  impliquant les rapports de force  constitutionnels pour lesquels les juges,  candidats aux rédactions d’actes additionnels, de lois fondatrices et de Chartes ne manquaient pas. Autonomisation, normalisation du pouvoir politique  par des juges ; les  premiers députés  comprirent que le titre faisant loi , la force symbolique s’appuie sur les rites, cérémonies et autres  célébrations, du  même style que celui du pouvoir qu’ils avaient combattu.

     

    5 Peut-on consacrer sa vie à l’étude de la Révolution ?

     

    Si un des critères  contemporains de l’histoire sociale est le réalisme de lucidité, il sera  symptomatique du clivage de  générations chez les historiens.  Les  chercheurs notoires sous la Vème République, les chanceux de la IVème qui ont pu  esquiver les guerres coloniales ont satisfait les goûts d’un public cultivé qui voulaient ne concevoir de conflits, qu’académiques dans un cadre idéologique apaisé. Après la victoire  de 1918, il  s’était installé pareillement un conformisme de pensée pacifique. Ainsi il revint à un historien amateur (Jean Norton  Cru) d’émettre  quelque fausse note quant au patriotisme historien, condition de la notoriété. Les professionnels actuels  firent dans l’austère. Deux générations ont vécu côte à côte sans trop se mélanger. La grande génération des élèves de Braudel, Labrousse, Lefebvre, Soboul, natifs de l’avant 1940, ont eu des conditions de travail, de confort intellectuel incomparables par rapport à celles des « jeunes » nés après 1945. Qui n’ont  eu de  gloire,  de la médiatisation, des honneurs républicains de leurs aînés que des miettes. Et pire, les jeunes chercheurs nés après 68 ont reçu  les lourds enseignements de masse -les amphis de première année-, les taches administratives obscures et se sont vu opposer la rivalité sélective  des éditeurs.  Tel est le changement perceptible depuis 2000 pour le lecteur avide des travaux, de  souvenirs ou « Mémoires »  des Grands Anciens des décennies 1960 – 1990.Plusieurs conceptions de l’histoire en furent issues, produites par des contextes plus  ou moins favorables, des conditions de publication et de réception dissemblables. Les grands médias ont soutenu avec empressement l’ histoire mi-récréative, mi-éducative, une histoire symbolique destinée aux lectorats agrandis des loisirs contemporains et susceptibles de s’intéresser à des sujets difficiles  si les auteurs y apportaient du travail de fond et une belle écriture. Tous les Normaliens  en disposaient,  qu’elle soit ethnographique  ou  abstraite. Ce fut la Belle Epoque  des Le Roy Ladurie, Chaunu, Duby, Agulhon, Richet, Furet, Vovelle, Ferro, Nora, Ozouf etc. Martin et ses collègues les ont observés et les ont vus dominer les académies des sciences morales et politiques, le Collège de France, l’EHESS, la Sorbonne ou autres centres prestigieux.  Certes les élèves de Godechot ou de Wolff, Laborie, à Toulouse ([16])tous plus ou moins transfuges de l’extrême- gauche, s’ils se libéraient de l’emprise communiste de leur jeunesse, étaient assurés  de bons comptes-rendus alors qu’ ils ne faisaient pas partie du petit monde parisien, entre-soi, distant des problématiques sensibles tels le colonialisme, la traite, le capitalisme dévoreur, les guerres de conquête, abandonnant les sujets qui clivent aux auteurs étrangers.

     

    Les historiens ordinaires, éloignés des centres du pouvoir se sont pourtant attaqué au monument,  sans tambour ni trompette,  depuis la province et en recomptant les morts comme un enquêteur ou un ethnographe. Jeune universitaire à Nantes, Martin était d’ailleurs proche des empiristes (sociologues). Aux  questions qui  nous interpellaient, il apporta ses orientations. Quand on est devant un  tel mur événement », la révolution statufiée, il faut desceller les pierres une à une, fragmenter, morceler, attaquer le mur par minuscules bouts ! Les peaux tannées, le tambour Bara, la terreur, part maudite de la Révolution, les mythes,  les actions  violentes des colons  aux Antilles, « Napoléon a-t- il existé ? », tous  ces titres de Martin constituent  des remises en cause. De même, il attira l’attention sur la violence faite aux femmes et enfants en guerre, aux esclaves et autres anonymes ([17]).  Et pour  les diffuser, encore fallait-il  « jongler » avec les éditeurs (ou bien jouer avec les supports et les formats. C’est pourquoi son démontage démonstratif est dans la lignée des ouvrages de Dunn, Evans ou Goody, livres difficiles à intérioriser en raison de techniques de recherches  plurielles et   du ton  sceptique  . Mais c’est l’histoire qui nous impose ce retour  sur nous-mêmes. Le monde longtemps ignoré et exploité a frappé à notre porte ([18].). La cécité occidentale, l’eurocentrisme arrogant ne  sont plus recevables. Le moment  était donc  propice  pour désidéologiser la Révolution, la « démocratiser », éliminer la gangue de religiosité  et faire son deuil. Bien entendu la gravité, le sentiment de  désenchantement nous saisissent alors. C’est le prix à payer pour la lucidité et la connaissance. Il fallait  tenir compte de ce lourd passé pour comprendre la lente installation de la  République en France. Un siècle pour que la République s’installe avec solidité, et plus encore (jusqu’à la Libération) pour qu’elle cesse d’être sérieusement contestée. La question n’est donc évidemment pas « pourquoi un temps si long ? », mais plutôt : « Que nous apprennent la lenteur du processus et ses étapes pour penser le destin des républiques ? ». S’il faut 100 ans pour que le régime devienne dominant, quelles sont les caractéristiques du modèle qui sont impliquées ? Comment répondre sans tomber dans les pièges du déterminisme, du fonctionnalisme, du téléologique ?

    Ce que propose  notre analyse est un schéma qui appréhende la contradiction centrale démocratique. D’Athènes à Rome, de l’Italie de la Renaissance à la Grande Révolution, l’explication est extraordinairement plus complexe que nous le croyions.  Notre représentation doit être plus fine. Il n’y a pas d’unité à ces  variations, pas de   tableau à une seule dimension. Il n’y a nulle part une population unique, celle de citoyens  (car il y a les nombreux non citoyens  ) ;il n’y  jamais  un système unitaire (une monarchie, une dynastie, un roi, une république, une dictature  -jamais homogènes- ; il n’y a pas un  seul territoire  aux frontières bien délimitées (on oublie le empires d’outre-mer ; les annexés ;  les ports qu’on  nous a concédés). Les livres de théorie politique sont  très pauvres en catégories de classements et d’analyse. Marx a déchiré le voile de l’unanimisme ; a introduit une   complication en préférant la dualité intriquée (deux classes : prolétaires et exploiteurs) deux systèmes de légitimation, deux voies et deux organisations de pouvoir. Ce que propose  notre schème interactionnel est d’y ajouter  un raffinement qui multiplie les variables. Interactions et inter-fractions  dans chaque classe; une population  n’est jamais suffisamment stable pour être figée dans un moule unique, mais elle   se compte  et s’éprouve en multiples centres et  « sujets » ou  formes politiques. Luttes de clans, de familles, de groupes, de partis d’intérêts variables,  compliquent le schème à deux variables. On le verra avec l’historiquement complexe bourgeoisie allemande, extraordinairement combative au sein de sa propre classe ; ce qui permit à un outsiders de s’imposer, le plus inattendu qui soit, et ce qui  aboutit à la mort de la république de Weimar. Dans la théorie mathématique des ensembles, la logique et la rationalité subissent des tensions telles qu’elles  engendrent des expulsions ou contradictions insurmontables pour un groupe de chefs rivaux. Quand la domination est  multipliée, elle échappe aux desseins des hommes  qui dirigent habituellement en petits collectifs (par fortune, diplômes, rang et situation hiérarchique). C’est au sein tendanciellement des grands groupes de domination politique, juridique, militaire ou économique qu’on doit appliquer la description interactionniste et le fractionnement des et le partage des pouvoirs  de clans, des cliques, des factions rivales si on veut comprendre leur histoire. L’Allemagne récente (celle de 1900 à 45)  nous fournira un cas singulier à la réflexion

     Auparavant : Un court entracte,1848-1851: Comment meurt une république (autour du 2 décembre)  

    La deuxième république, par sa brièveté, son intensité et la netteté des conflits de classe impliqués a fasciné les sciences sociales presque autant que sa sœur aînée. Avec la plus courte des Républiques, on a affaire à l’épisode le plus médiatisé  de l’histoire ; de Marx à Proudhon, d’Hugo à Schleicher, de  Flaubert à Sand, de Balzac à Tocqueville.  Un événement qui surprend l’Europe. Voici en effet un régime qui apparaît en coup de théâtre et qui donne le pouvoir aux représentants des classes populaires. Ces républicains vont faire tirer sur les ouvriers et confier l’exécutif à un condottiere qui n’a jamais caché ses ambitions césariennes. Comment un tel paradoxe ? La République non ouvertement oligarchique, par les passions et les ambitions qu’elle libère, est-elle incapable de se protéger ? Les conflits de classes  aussi puissamment convoqués aboutissent-ils forcément à une solution de pacification conservatrice modérée ? Marx a traité le sujet dans  Les luttes de classe en France où il trouve passionnant de « décortiquer » les différentes bourgeoisies et leurs conflits fratricides  aboutissant parfois à des Républiques éphémères

     Une révolution  brève suivie d’un coup d’Etat

    Un groupe de jeunes  historiens,  et quelques- uns, plus chevronnés se sont  réunis  et penchés sur le cas de la deuxième république française (37 auteurs pour  ce  livre au titre évocateur pour nousdirigé par Sylvie Aprile, Nathalie Bayon, Laurent Clavier, Louis Hincker , Jean-Luc Mayaud,  ([19]). Le mode d’organisation du travail intellectuel semble être le produit d’un vrai collectif de travail.). Chaque contribution est une petite monographie érudite  présentant un savoir impressionnant de longues notes d’éclairage. « Comment meurt une république » est donc un  cas du travail collectif  qui dépasse  quelques auteurs réunis. La mise en commun des compétences selon des associations variables ; parfois des textes sont de plusieurs auteurs (6/7), la  jeunesse des participants, seuls ou en groupes constitués, (ainsi « le groupe de Nanterre ») favorisent les  échanges.  L’interconnaissance donne un sentiment  d’unité, une liberté des  échanges et des lectures réciproques ([20]). Cela laisse l’espoir  de voir confirmée, la prévision de mélange de générations, mélange pressenti dans le type de collaboration du Dictionnaire de la Contre Révolution dirigé par Martin sur des  bases similaires : jeunes auteurs, écriture homogène. Le sommaire qui en dit long sur la volonté de penser large et profond a un  titre fort : « Historiciser l’historiographie, double miroir ».. 

    La diversité des acteurs   est perceptible  dans une des contributions titrée : « le soldat ou le conflit comme résolution des dissensions » ; elle va dans  le sens  retenu ici.   L’armée est présente dans l’ombre ou  la lumière de Juin 1848, avant le coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte; elle est active dans les massacres des républicains, le 10 décembre  qui rappelaient les massacres des radicaux (le 26-30 juin 1848) :10 000 morts   parmi des catégories populaires parisiennes  et expulsion de 4000 révoltés vers l’Algérie)

    Autre solidité du livre : la reconnaissance de la puissance de la justice dans les événements  (Cf « la magistrature contre la République avec deux études de cas : le Parquet,  les juges constitutionnels ») innove en considérant le caractère à la fois réactionnaire et conservateur  du pouvoir du gouvernement provisoire. Ensuite la routine s’organise : le livre dévoile alors le mystère de la lutte des factions rivales et des élites, au détriment d’une constitution, celle dont le Prince Président s’est servi pour asseoir son pouvoir personnel avec instantanément, le premier geste  guerrier:  l’envoi de troupes à Rome ! Marque de tout président qui se respecte : envahir un petit pays !

    Contradictions républicaines et luttes internes 

    Fonder une République est parfois simple : un soulèvement populaire peut suffire. C’est la survie qui est difficile. Quand la république est dès le départ ouvertement bourgeoise et exclusive, les écartés sont une menace permanente. Quand au contraire, les représentants sont recrutés largement dans la société, le régime s’expose à des divisions et des luttes internes destructrices. Le contenu de ce livre confirme les contradictions républicaines et les reniements ou  les tentatives  de résistance  d’un peuple découragé en quatre mois, de février à juin, un scénario à venir.  L’abstention  électorale,  mise à distance  puis une indifférence s’installe, phénomène connu en démocratie qui  se retrouve en raccourci  ces mois-là.  En effet après l’élection triomphale  d’avril d’un président qui va renverser la république, le temps n’a pas éclairci cette  énigme sinon que la république démocratique est instituée avec le peuple et non pour le peuple, rapidement tenu à l’écart quand il a joué son rôle  offensif contre les privilégiés précédents ([21].)  

    Proudhon ,premier député  ex-ouvrier  élu au suffrage universel sur la centaine   de même origine pendant deux siècles de suffrage universel (19è et 20è en notant que l’Assemblée Nationale de 1789 issue des Etats Généraux, la Législative ou la Convention n’en comptaient aucun)  subit à la tribune le 31 juillet, les violentes attaques de ses adversaires à l’ironie cinglante, les calomnies de la gauche et droite réunies,  républicains et royalistes , conservateurs et  socialistes réformateurs.  Il faut dire que son discours affola les libéraux : nationalisation des banques, plafonnement de la propriété privée, les patrimoines hérités limités, tous éléments  qui resteront dans les mémoires et les acquis d’expériences. Deux mois de vie de la IIè république  ont donné lieu  à un essai économique dans un pays bloqué entre libéralisme et socialisme. Les initiatives ouvrières afin de s’organiser créèrent un secteur d’entreprises, compagnies, banques autogérées en coopératives, associations fraternelles, mutuelles. La première entrée due au suffrage universel d’un député ouvrier dans l’hémicycle a rompu  le conformisme gauche/droite, noblesses et bourgeoisies confondues, socialistes et conservateurs réunis qui houspillent et maltraitent le premier ouvrier à la tribune de l’histoire. Il sera suivi d’une centaine d’autres jusqu’à nos jours sur un total d’environ 16 000 élus du « peuple » de 1848 à 2000 (ouvriers avérés, sans compter  les apprentis et les occasionnels, à peu près tous issus du PCF à partir de 1920). Les conditions d’apparition dans l’enceinte  de ce typographe devenu journaliste, fils de tonnelier et d’une domestique,  furent  l’occasion des   premières réflexions au sujet des limites du suffrage universel. Evidemment, dans le discours de trois heures de Proudhon, il  y eut à profusion des mesures fumeuses  et  des utopies (mais sans utopie, on ne sait où est la barrière du réalisme). Son sens politique éclate cependant quand il déclare à ses interrupteurs : « entre vous et nous il n’y a rien ! » signifiant l’ambiguïté de la démocratie républicaine : une large moitié des citoyens (à ce moment-là les trois-quarts d’entre eux) n’accède jamais au pouvoir réservé à l’autre moitié, quelque soit le visage varié  de nombreuses  fractions, clans et familles issues  de professions supérieures, qui se disputent l’autorité « au nom du peuple ». La moitié de la population (prolétaires et petits paysans)  doit faire confiance à la petite ou moyenne bourgeoisie pour la défendre  contre la grande bourgeoisie à l’opulence insolente ; cette moitié aujourd’hui a largement persisté dans l’illusion de la délégation obligée.  Quoique Proudhon  signifiât davantage : l’inanité de concevoir une classe moyenne intermédiaire  (fourre-tout  amalgame) entre le prolétariat et les possédants, eux  qui prétendument ferait écran et protection des démunis contre l’  exploitation ([22])

    Les épisodes  modernes le confirment ; les choses ont peu changé. Les décès républicains les plus  spectaculaires du XXème (Espagne,  France, Allemagne) pèsent sur nos vies et nos consciences. Notre schème d’analyse s’applique-t-il ici? Marx et Proudhon qui ne s’aimaient guère (joutes intellectuelles, traditions nationales?) étaient, d’accord  sur le point fondamental .On n’a jamais vu une classe de petits bourgeois (socialistes ou non)  prendre réellement en compte les intérêts de millions d’étrangers à leur milieu sauf quelques jours et symboliquement. Parce qu’il est rigoureusement impossible,  sociologiquement parlant, d’imaginer sur le long terme  des propriétaires défendrent des intérêts qu’ils ne connaissent pas, qu’ils ne comprennent pas et dont il n’ont aucune connaissance intime des besoins et   conditions de vie. Tout les opposent. C’est pourquoi nous avons fait appel à la théorie des ensembles pour saisir l’absence analogique. Deux ensembles  coexistent mais n’ont aucune idéologie commune, ni  rationalité  semblable (sens du temps et de l’espace), ni conception de l’histoire  ou de la liberté .L’élément d’un ensemble ne peut représenter les autres éléments de l’ensemble contigu. Proudhon et Marx ont raison : « entre vous et nous » : rien de comparable dans la définition de l’essence  politique. «  .Vous pouvez rire » dit Proudhon dans son discours devant les républicains au Palais Bourbon. De là, qu’une  vaste moitié (actuellement 60%) des Français ne votent plus, ne s’inscrivent pas et n’ont cure de ne pas  être « représentés », est naturellement et forcement compréhensible. 



    [1] Qualifiés par Cl. Nicolet de «  fonctionnaires besogneux » ; coupure bien décrite par  Pim Den Boer dans Une Histoire des Historiens français Vendémiaire  2015.  Ce livre  hélas peu lu en France, récemment traduit,  est essentiel  (il fut publié en 1987 aux Pays-Bas)

    [2] Faire rentrer  la richesse des savoirs et des connaissances intimes de chacun (école, famille..) autour de « 89 » dans notre schéma  simple et  brossé à gros traits, est une gageure   (20 siècles en quelques pages).D’autant –comme je l’ai dit- je n’ai aucun titre ni compétence particulière  à l’entreprendre sauf ,on en parlera,  le retrait   du paysage  médiatique, intellectuel et  social

    [3] Jean Clément Martin est né en 1948, sa famille est de Saumur ; Il a fait ses études et commencé le professorat à Nantes, puis à Paris où il en est venu à la Sorbonne diriger le Centre d’études sur la Révolution française

    [4] L’étude de l’histoire de la région  Ouest était coutumière de ce manque de rigueur dans le comptage des effectifs. Au sujet de la scolarisation aux XIXe et XXe siècles, voir les effectifs scolaires  dépassant parfois 100% en 1880 !!Jean Peneff ( Ecoles publiques écoles privées, la découverte 1985). 

    [5]  Livre synthèse de Martin dit dorénavant NHRF

    [6]  Des avortements : il y en eut bien d’autres .On verra infra  Weimar  ( sans oublier la deuxième république espagnole 1931-39)

    [7]  La Vendée et la France, seuil 1987et surtout « La machine à fantasmes .Relire l’histoire de la Révolution française » Vendémiaire  2014

     [8] Eric Hobsbawm : Aux armes historiens, deux siècles d’histoire de la Révolution française, Paris, La découverte, 2007.

    [9]  J-C Martin La machine à fantasmes  vendémiaire 2012,  p 11

    [10] T.Tackett : Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires (Albin Michel 1977)

    [11] Guillaume  Mazeau raconte  la vie d’un quartier populaire parisien faisant de la politique au jour le jour, mélangeant des catégories sociales , interprétant à leur porte un événement inouï Cf le bain de l’histoire :Charlotte Corday et l’attentat contre Marat, Champ vallon , 2009 )

    [12] La révolution française et la naissance de la démocratie électorale, Rennes, PUR, 2013.

    [13] Un autre partisan de cette position :est Paul Veyne qui a développé l’idée que « L’état de guerre est l’état naturel de la société ». Et d’autres ancêtres célèbres « L’homme est né libre et partout il est dans les fers ». Sans oublier  Marx et Engels pour lesquels la violence extérieure est la conséquence des exploitations internes à chaque nation.

    [14] E. Leroy-Ladurie évoque, avec retenue, mais sans les dénier, ces  composantes  dans un livre bilan sur son époque : Une vie avec l’histoire : Mémoires, Paris, Tallandier 2014.

    [15] On y évite  la délicate question des viols, parfois à demi consentis, pour  se protéger de la mort, pour se nourrir et pour survivre grâce à des protecteurs  ennemis (officiers, soldats chargés du ravitaillement ou d’autres biens qu’ils échangent   contre des faveurs auprès des femmes  sous leur emprise). L’anonyme de Berlin, dont on  parlera  supra   traite cette zone grise du viol  accepté,  comme allant de soi en guerre  avec beaucoup de pudeur et de finesse. Elle fut victime des Russes mais beaucoup de  Françaises  pourraient dire la même chose  de la part des soldats américains : 2 000 viols recensés et sanctionnés quand ils furent dénoncés par les victimes (durement, s’ils sont Noirs ;  la peine de mort, dit-on !) 

    [16]Ceux  que je connaissais directement.  Où à Toulouse, ils pratiquaient   des enseignements communs et suggéraient le besoin de nouer des liens organiques  entre les deux disciplines Sociologie et Histoire. Projet repris à Nantes par J-C Martin et M .Verret

    [17]  Voir la contribution à : La révolution française, collectif ; préface de M. Vovelle, Paris, Taillandier, date et les Actes des  hommages à Vizille   aux J Godechot, A. Soboul  et J-R Surrateau etc , PUG,2002 : La Révolution Française  Idéaux, singularités , influences .

    [18] On le voit bien avec les migrations subites ,de taille gigantesque qui ne font que débuter, après le répit du dernier  demi-siècle

    [19] Comment meurt une république (autour du 2 décembre) ;Créaphis éditions, 2004 Un ouvrage à 37 auteurs  et 5 éditeurs (au sens de coordonnateurs) 

    [20] Au delà de la compilation traditionnelle, une nouvelle  perspective en science sociale du  mode de collaboration  ou de travail en  commun s’ouvre peut-être dans  un univers d’individualistes avérés ! Peut-être un début  de réponses aux questions du sociologue : pourquoi le travail intellectuel est  antinomique à l’esprit d’équipe,  personnalisé,  fragmenté de concurrences ? Pourquoi l’époque socialisant intensément toutes les productions et marchandises  a laissé les  intellectuels et les savants,  à l’écart  de ces conditions ?

    [21] 

     

     

    [22] « Lorsque j’ai employé les deux pronoms, vous et nous, il est évident que je m’identifiais , moi, avec le prolétariat et vous, je vous identifiais avec la classe bourgeoise »


    votre commentaire
  •  Etat de la migration qui tue. A ce jour (Avril-Mai)  543 noyés de plus, dont des mineurs disparus et autres  « évaporations » dues au  travail clandestin aux champs ou en usine en Italie, rapt par des maffias...

    Il n’y a pas que la mer  qui tue... la montagne aussi. Deux jeunes Maliens ( 17 et 20 ans) qui avaient vaincu le désert Libyen, ont  tenté de traverser les Alpes pour passer d’Italie à la France  le 3-4 mai dernier. L’un a disparu dans une crevasse, l’autre a rejoint par le col de la Basset partis de Suza, la vallée de la Clarée,  où on l’a retrouvé épuisé... avec les pieds gelés (leur équipement était sommaire pour  traverser à  2500 mètres). Il a été amputé des deux pieds à l’hôpital de Briançon. Bon joueur de foot, il venait pour trouver une équipe !

    D’où on voit que ces migrants ont de la suite dans les idées, du courage à revendre.  Rien ne les arrêtera. C’est pourquoi nous ressortons du placard   le préambule d’un livre  que nous avons  écrit il y a ans : Maintenant le règne des banquiers va commencer. (La découverte 2009).Livre bien entendu invendable et invendu !! Mis à l’index à l’époque par tous les partis, de l’extrême droite à l’extrême gauche ... et tous les médias. Mais basta ! Si les nouveaux jeunes  qui se battent jour et nuit en ce moment sont encore lecteurs ; alors ils  apprécieront peut- être  ces histoire du retour de Marx .Des histoires ...à dormir debout !  Voila prémonitoire  des  bouleversements migratoires,  ce que le vieux fou de Karl leur aurait dit !

     Extrait du début du livre  écrit en 2009 Maintenant le règne des banquiers va commencer (La découverte)

    « On doit se défendre contre les prolétaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, ceux qu’on avait mis au placard de l’histoire. Bien heureux encore qu’on ait aboli l’esclavage, mis fin au colonialisme. Mais les accueillir chez nous, les aider de surcroît, maintenant, ah, ça non !

    Dès lors, depuis une cinquantaine d’années, ces peuples, décidément bien peu reconnaissants, se sont aidés eux-mêmes, avec l‘appui de leurs bourgeoisies conquérantes, ou malgré celles, corrompues.

    Et maintenant ils viennent nous facturer des comptes, nous présenter les créances impayées de l’Histoire ! Ils ne trouvent à notre porte que des prêches, la morale écologique ou les exigences de la liberté, bref tout ce qui se mérite. Alors qu’ils devraient manifester de la pudeur et de la gratitude pour l’honneur que nous leur fîmes de nous endetter auprès de leurs gouvernements après les avoir asservis ; qu’ils se montrent plutôt heureux, qu’en retour, nous les acceptions à nos tables de conférences internationales. Que les pauvres restent donc entre eux et ne viennent pas quémander les intérêts que nous levons sur leur épargne.  Qu’ils se satisfassent de la chance des privations que nous leur imposons, qu’ils se détournent ainsi de notre consommation maladive et qu’ils deviennent comme nous, écologistes, en passant, eux, de la famine à l’abstinence ou à la pénurie consentie ».

    Voila ce que dirait, de la mondialisation, l’ironie mordante de Marx .

     

    PRÉSENTATION

     

    Les temps de crise sont bons pour la publication de livres, les éditeurs se découvrent une vocation, les auteurs connaissent une frénésie de justification ou de dénonciation. Chacun y va de ses prédictions et offre ses recettes. Les économistes et les politologues sont en première ligne, suivis de près par les philosophes et bien sûr par les journalistes spécialisés. Chacun se projette dans l’avenir, annonce ses solutions miracles : « Si on fait ceci ou cela... si on m’écoute... ». On appelle l’Europe à la rescousse ou on accuse l’euro ; on espère le sursaut ou on déclare notre déclin irrémédiable ; on cherche à mobiliser tel électorat, orienter tel parti, à en créer un nouveau; on ajoute les programmes à l’inaction, bref, on a tout et son contraire ; peu importe d’ailleurs puisqu’on est dans l’énonciation gratuite ou dans la dénonciation routinière.

    Ce livre s’écarte de la manie prédicatrice. Nous n’avons aucune solution dans notre tiroir, aucune réforme salvatrice à proclamer, aucun parti à recommander, aucun programme à soutenir. Nous n’avons d’ailleurs aucune compétence de guérisseur social ni aucune aptitude à la prophétie. Nous avons retenu la leçon des errements de prévision de Marx et Engels, mais aussi la pertinence de leurs analyses. Ce texte consistant à imaginer ce que dirait Marx s’il revenait ; la mondialisation qu’il nous raconterait, nous l’avons écrit particulièrement à l’adresse des jeunes gens qui ont perdu leurs repères dans la trépidation moderne, sous la pression du travail, du fait du manque des lectures que la génération née au cours de la guerre ou peu après, eut, en revanche, la chance de faire[1]

     

     Et s’il n’y avait pas de solution ?

     

    Ou, si elle était si désespérante (ou bien trop tardive ; les dernières   alternatives ou les changements de cap des années 1980 à 90 n’ayant pas été empruntés) qu’il vaudrait mieux fermer les yeux. Alors pourquoi publier ce livre ? D’autant que nous pensons que nos gesticulations intellectuelles sont dérisoires; que les spéculations modifient rarement le cours de l’histoire. Nous croyons toutefois que le moment est venu de prendre le temps de réfléchir. Y compris, si ça n’a aucun effet ! Mais un peu d’intelligence individuelle gagnée ne fera de mal à personne. Les épisodes critiques sont favorables au renouvellement de la pensée vivifiée par l’aiguillon de la nécessité. Quand les caisses sont vides, les têtes s’emplissent d’idées neuves. La conscience s‘éveille. Quand tout paraît sans issue, la lucidité revient.

     

    Et d’abord prenons le parti de rire ! Si on fait un énième livre sur la globalisation, cessons d’être ennuyeux et quitte à être pessimiste, ne nous prenons pas au sérieux. Mis à part de l’ironie, nous ne sommes spécialistes en rien, ni en économie, ni en politique internationale. Ce livre n’a donc aucune excuse. Si nous avons le titre et le métier de sociologue, ceci n’en est pas un traité; nous avons préféré cuisiner une étrange mixture : un peu de fiction (le retour de Marx vivant), des observations sur la vie politique faites sur 20 ou 30 ans, pimentées d’un peu de bon sens qui est la chose, dit-on, la mieux partagée, quoique ce ne soit pas évident de nos jours. Qui sommes-nous pour demander une place dans  l’espace éditorial ? Nous sommes des praticiens de l’enquête. Nous avons des idées politiques, comme tout un chacun, mais pas de finalités politiques déterminées a priori. Nos idées viennent des réflexions, lectures et de nos expériences. Et non exclusivement de nos diplômes ou de quelconques compétences « scientifiques ». Notre avantage, par rapport aux « professeurs », découle de notre pratique, la seule légitime, la moins contestable. L’épreuve des idées soumises au jugement des militants et des électeurs est notre critère du « réalisme » et celui de la pertinence ajustée à une phase historique. Les candidatures à des élections nationales, gagnées ou perdues, les mandats d’élus, les responsabilités d’organisation ne se confondent pas avec la marche aux premiers rangs des défilés ou la présence aux « manifs » rituelles. Nos convictions furent donc forgées dans des actions, dans des élections de villes ouvrières. Les convictions théoriques doivent être avalisées par une majorité d’électeurs sinon elles ne sont pas dignes d’être présentées hormis dans des préfaces engagées ou des actes sectaires. Le jugement électoral, nous n’en faisons pas toutefois un dogme, surtout pas dans les formes actuellement en vigueur du suffrage mis en scène. Notre expérience est donc la seule chose à faire valoir et elle remplace notre impuissance à spéculer hors des réalités

     

     

    [1.

     

    Les  émigrants noyés : Premier Mai =les records sont faits pour être battus

    Depuis le 1er janvier 1232 noyés en mer

    Record d’indifférence et de mépris pour ces Non Européens

    Nous tiendrons ici scrupuleusement  et régulièrement  le compte des noyés

    Pertes et profits  pour les peuples chrétiens

     Bonne soirée!


    votre commentaire
  •  

    La République est éternelle mais elle meurt souvent ; en France deux fois à la naissance (1793 ,1848) ; une à 12 ans (1958) et l’  autre, dont la vieillesse  n’a pas dépassé  65 ans, s’effondra en six semaines(1940) .La dernière, en cours, n’est plus,dit-on, très vigoureuse. A Athènes et Rome, elles furent des entractes entre des oligarchies, des tyrannies ou des monarchies. Au début du siècle dernier,  deux d’entre elles  (Espagne et Allemagne), moururent dans l’adolescence,  foudroyées par leur armée ou milices. En dépit de cette mortalité,  pourquoi aujourd’hui tous les pouvoirs s’en réclament ? Ce succès foudroyant  cache-t-il des  maladies honteuses, des faiblesses irrémédiables ? Tous les pouvoirs se disent républicains dans le monde. Or, aucun régime républicain ne ressemble à un autre et il en y eut plusieurs centaines  dans l'histoire de l'humanité.  Si la référence au peuple est permanente,  quel genre d’appel au peuple s’est-il généralisé et quelles fractions dirigeantes en usent systématiquement ? De quel peuple, concrètement, s’agit-il ? Quelle idéologie populiste est-elle indispensable ? Si ce régime a su fabriquer une histoire populaire  idéalisée au point que toute dictature ou  théocratie s’en empare, c’est parce qu’elle a su, notamment en France,    concevoir une représentation du peuple  qui fit date et  à laquelle  il est obligatoire de se  référer sans enquêtes. Néanmoins, les droits du peuple  cachent des modalités très variables,  un contenu de sens et d’application dont l’unité  formelle masque des contradictions entre  le Droit et les faits, les principes et les politiques effectives. Toutes les autorités établies se servent du peuple et  du droit  à le représenter,  jusqu’à un moment où la  rupture est inévitable et brutale. Ce livre qui observe quelques-unes de ces péripéties  se heurtera aux historiens qui n’ont pas la même conception. Les raisons ? L’histoire que nous racontons est  non conventionnelle, écrite par des intrus à l’académisme installé, ce qui est rédhibitoire. Et secundo, parce que l'intention sous-tend une sociologie de la profession historienne, de ses forces et ses faiblesses. Dont l’une  est le refus d’engagement, le légalisme institutionnel,  le retrait social au nom de l’objectivité.  Je pense  à  la période de l’Occupation où, mis à part M.Bloch, et J-P Vernant (alors philosophe et M.Ferro et A.Kriegel étudiants d'histoire),  il y eut très  peu de militants- Résistants (comparé aux autres scientifiques, ethnologues, médecins, physiciens, philosophes). Jacques Godechot, professeur à Toulouse (de famille juive alsacienne,  révoqué en 1940)   décrivait cela dans son cours sur la Révolution  que nous suivions, étudiants de droit et de sociologie, dans la même enceinte. La mort des Républiques qui prône donc l’engagement des idées, l’abolition des frontières disciplinaires ne sera probablement jamais acceptée par les historiens, défenseurs de spécialisations étroites,indifférents au comparatisme large, idées qu’ils défendent implicitement  chez les éditeurs ou dans les revues qu’ils dirigent

     

    Résumé  du premier chapitre

    Le pire écueil de l’analyse socio-historique du régime républicain  serait de faire passer aux fourches caudines morales de notre époque, les « mauvais » régimes, soit au contraire, accorder facilement notre confiance à ceux où les principes nous semblent, appliqués. Dans la plupart des cas, les mots sont vagues et les réalités qu’ils recouvrent très diverses. Les républiques sont des systèmes d’arrangement (pas toujours pacifiques) entre membres de l’élite qui remplissent diverses fonctions. Le meilleur moyen de s’en convaincre est de regarder comment ont existé en Italie, depuis l’antiquité des régimes « républicains ». Rien de plus étrange à nos yeux, en effet, que la façon dont Rome, puis Venise ou Florence à sa suite,  « furent » des républiques. Cela ne veut pas dire qu’il y aurait un mauvais terme (l’ancien) et un vrai terme (l’actuel). A travers les âges, la République a toujours été un mélange de principes durables et d’adaptations ad hoc. La République est toujours une combinaison. Regarder les « républiques » italiennes, auxquelles songeaient d’ailleurs les révolutionnaires américains et français du XVIIIe siècle nous semble donc un passage obligé de l’examen sur la longue durée de ce phénomène politique et sociologique. 

     Y a-t-il trop d’historiens et pas assez de sociologues de l’Histoire et du même coup pas assez de biographies d’historiens ?  Or nous savons qu’il n’y a pas de sociologie sans Histoire et donc que nous ne pouvons nous passer des livres d’histoire même si « Lorsque la  fortune prépare le bouleversement d’un empire, elle place à sa tête  des hommes capables d’en hâter la chute » ainsi que le disait Machiavel

     

    Chap II Oligarchies  « Républicaines » dans les cités italiennes (Il y a ainsi 6 chapitres et trois parties)

    N-B Ce chapitre a été écrit par Christophe Brochier

     Trois faits  nouveaux dans ce chapitre sur  Rome. Complexité du partage  des avantages du pouvoir entre  élites bénéficiaires ; souplesse de la notion républicaine, épisode tampon entre dictateurs et oligarques exacerbés, en vue d’ une pause des ambitions et un accord minimal pour gouverner; enfin la  situation du peuple romain est mieux connue que celle d’Athènes : ce peuple est plus nombreux, plus agité, plus apparent et   remuant  et conséquemment,  les manipulations et ruses pour le maîtriser  seront   récurrentes, voyantes et pas toujours réussies ( un instant, une révolte d’esclaves fit trembler la Cité : Spartacus !) Les raisons en furent  l’élargissement des territoires , l’extension de la cité-état   à tout un empire continental ; de là, découle la multiplication des armées et du nombre de leurs  chefs, aspirant à devenir dictateurs, consuls etc.. Accumulation de rentes  et extorsions   dus à l’accroissement des richesses acquises hors frontières  permettant des gratifications, l’intensification  de corruptions et de prébendes aux serviteurs, alliés, complices, et tous autres bénéficiaires indirects.

    Quoique tout cela se passa sur une seule scène politique  (ou presque) Rome où se joue l’avenir de cette question cruciale : comment les élites dirigeantes  doivent « traiter » le « peuple ».  Ce peuple, la plèbe romaine qui entre dans l’histoire est  beaucoup  plus diversifiée  qu’en Grèce ; plus  remuante, à la composition sociale plus riche et aux ramifications complexes

     

    1. Comprendre le modèle romain

     

    Les textes de Claude Nicolet le grand historien   de la fabrique  et de l’idée républicaine ([1]) permettent au lecteur français de se faire une idée précise du fonctionnement concret de la république romaine, mais également de mieux saisir les différences et les points communs avec les systèmes actuels. Un premier éclaircissement d’abord : les Romains n’ont jamais songé à appliquer ce terme à leur mode de gouvernement. A Rome, ce que nous appelons république est d’abord le produit de la tentative d’échapper aux inconvénients d’un autre modèle : la monarchie. Le passage de la royauté se perd dans la légende (le coup d’état contre Tarquin le superbe en 509) mais trois siècles avant Jésus Christ, le système républicain est parfaitement implanté, stable et connu jusque dans ses moindres détails par nos historiens.

    En opposition avec nos conceptions actuelles, la république romaine n’est pas fondée sur l’idée d’égalité, ni sur celle de la représentation mais sur la possibilité de participer à la vie de la cité pour ceux qui en ont les moyens (temps, serviteurs, aisance matérielle) La res publica renvoie à la conviction que le gouvernement est l’affaire de « tous » et ne peut être confisqué par un roi ou un dictateur. Les citoyens romains sont donc appelés à voter pour élire les magistrats et confirmer les lois. Mais ils ne les proposent pas, ne les discutent pas et ne décident pas de l’ordre du jour des assemblées. En outre les droits et les devoirs sont proportionnels à la fortune. « La participation –et donc la « liberté » du citoyen- est fondée sur une « inégalité proportionnelle » tenue pour naturelle et nécessaire, et ce que l’on appelle le « droit égal » (…) n’est rien d’autre que le droit pour chacun de recevoir les bienfaits de la communauté civique en fonction d’une valeur déterminée par les biens que l’on possède » ([2]). La république romaine est très clairement un système destiné à écarter le peuple des leviers de commandes : les citoyens ordinaires ne peuvent pas être élus aux postes du judiciaire ou de l’exécutif et ils n’élisent pas de représentants appelés à mettre au point les lois. Au fondement du système romain, se trouve la hiérarchie censitaire. Tous les cinq ans, un censeur évalue la fortune des citoyens et classent ces derniers dans des catégories fondées sur la fortune. Ces classes servent à organiser le vote et à décider qui sont les hommes qui appartiennent à l’ordre des chevaliers ou à l’ordre des sénateurs. Dans les assemblées des centuries (unités de recrutement militaires ou plutôt « rangs d’appels pour l’armée, hiérarchisés selon la richesse » ([3])) ou comices centuriates, les chevaliers votent en premier (18 groupes) suivis de la première classe (80 groupes), c'est-à-dire les citoyens les plus fortunés. Si ces deux premiers groupes sont tombés d’accord sur la loi que l’on a proposée, le vote s’arrête là car la majorité est obtenue (il n’y a que 193 groupes en tout). Comme les premiers groupes sont presque toujours d’accord, les citoyens des derniers groupes censitaires ne votent donc jamais. Dans les assemblées des tribus (4 tribus urbaines et 31 tribus rurales) censées permettre aux citoyens de l’Empire de s’exprimer, les groupes résidant le plus loin de Rome ne votent presque jamais car les élections se tiennent dans la capitale selon un ordre traditionnel (seule la première tribu votante est tirée au sort). Les citoyens les plus pauvres sont tentés de vendre leur vote et de suivre les logiques clientélistes des grands politiciens locaux. Ce système est fondé dans sa logique, acceptée par tous à l’époque, sur le principe que les élites fournissent les hommes et les ressources nécessaires à la guerre en proportions supérieures aux basses classes. Chaque centurie doit fournir à peu près le même nombre d’hommes et la même somme, ce qui pénalise les centuries élevées, faiblement peuplées. En contrepartie, l’élite accapare le pouvoir de décision et d’exécution (Nicolet, 1977).

    La république romaine est donc avant tout, outre un système évitant les monarchies, une organisation tenant le peuple à distance. Le pouvoir réel est partagé entre les magistrats de l’exécutif, notamment les consuls (qui sont élus par les centuries) et le sénat qui approuve les lois, gère les finances, la guerre, et donne des conseils (en fait plutôt des instructions aux magistrats). Les magistrats ne sont pas rétribués, pas plus que les postes de sénateurs. C’est la noblesse ancienne ou les roturiers les plus riches qui accèdent aux postes décisifs. Les consuls sont presque toujours des membres de la haute noblesse, ce qui entraîne d’ailleurs des tensions avec la « petite noblesse » des chevaliers. La liste des sénateurs est dressée tous les 5 ans par le censeur à partir d’une population d’anciens magistrats en principe choisis dans les meilleures familles.  

    Un point cependant est fondamental et écarte encore le système romain de nos catégories d’entendement actuelles : les magistrats ne sont ne général élus que pour un an et exercent leurs charges à plusieurs. Cela permet sans doute d’éviter les risques de dérive monarchique. En fait et surtout, la République sert à organiser la rotation des membres des élites traditionnelles aux postes de direction politique. Comme l’a  montré Egon Flaig ([4]), le vote du peuple sert à éviter les luttes fratricides entre clans de l’élite qu’aurait occasionné la cooptation. Le tirage au sort, si important chez les Athéniens ([5]), a été écarté sans doute car l’élite romaine exerçait également des fonctions religieuses et voulait continuer à interpréter les oracles. L’hérédité des titres aurait bloqué la faible mais nécessaire mobilité sociale et aurait rompu l’accord avec le peuple. Les assemblées servent donc comme rituels de consensus et de confirmation du lien entre les citoyens et les magistrats. Debout, devant des magistrats assis, les citoyens rassemblés regardent se dérouler des rites codifiés et votent en général comme on le leur demande. Si la plèbe veut manifester son désaccord, elle siffle ou insulte les puissants dans la rue ou aux jeux. « Les comices étaient l’institution la moins politique, c’est pourquoi la république ne pouvait se passer d’elle » ([6]). Les grandes familles pouvaient donc se livrer entre elles au jeu enivrant de la politique politicienne. Elles le font d’autant plus que la noblesse n’est pas un capital hérité une fois pour toute, c’est un acquis familial qu’il faut faire fructifier par l’élection. Une vraie famille noble est une famille qui a beaucoup d’élus et « la hiérarchie sociale est celle de la dignité civique » ([7]).

    La question politique est donc en même temps et fondamentalement une question sociale : qui peut faire partie de l’élite ? Les élites anciennes, patriciennes, ont dû concéder que des consuls puissent être choisis dans la plèbe, à condition qu’ils soient particulièrement fortunés. Elles permettent aussi aux chevaliers d’avoir un rôle essentiel dans les votes et d’être magistrats; les postes de magistrats sont ouverts dans une certaine mesure aux militaires et aux scribes. Mais les élites n’iront guère plus loin. Les sénateurs et les consuls sont majoritairement des descendants de consuls. Le système politique, donnant le pouvoir à aux grandes familles, a tendance à faire tourner la machine politique au profit des plus riches (notamment en accaparant les terres obtenues par l’extension de l’Empire). Et le système économique et social, ne permettant qu’une faible ascension sociale, ne remet pas en cause les règles de la république.

    Ce mécanisme bien huilé est cependant menacé par deux dangers. Le premier vient de la foule des démunis, la plèbe urbaine désargentée que redoutent particulièrement les sénateurs. Le système républicain, très intelligemment lui laisse une soupape : les tribuns de la plèbe. L’institution est créée en 493 avant J.C. après une première révolte plébéienne et permet de satisfaire les chevaliers tout en se protégeant d’une partie des classes populaires. Tous les ans des chevaliers sont élus par les assemblées tributes afin d’exercer un rôle de protecteur du peuple. Ils ne peuvent être patriciens, ainsi on écarte le risque d’une dérive dictatoriale appuyée sur le prolétariat. Leurs pouvoirs sont en effet considérables car ils peuvent s’opposer aux décisions de n’importe quel magistrat, fut-il consul, et ils sont dotés d’une immunité complète pendant leur mandat. Cependant ils ne représentent pas le peuple et ne le consultent pas. En revanche ils peuvent empêcher l’emprisonnement pour dette de n’importe quel citoyen, ce qui leur gagne facilement les faveurs populaires. Un garde fou est prévu cependant : un tribun du peuple peut s’opposer aux décisions d’un autre tribun du peuple. Des factions peuvent ainsi se constituer. La vie politique romaine est ainsi une immense affaire de recherche d’influence, de manœuvres de couloir, de corruption et d’intimidation chez les puissants pour  manœuvrer au profit d’une clique ou d’une autre. Les assemblées votant toujours oui, le cœur du processus politique consiste à parvenir à amener un projet de loi devant elles en évitant les blocages et les coups fourrés des adversaires politiques au sénat. De là le deuxième danger évoqué plus haut : la guerre entre factions. La rotation des postes, la relégation des chevaliers et l’éviction du peuple laissent le pouvoir aux mains de quelques milliers d’individus qui cumulent honneurs, richesses et traditions familiales mais qui sont aussi prêts aux pires machinations pour tordre le complexe système à leur avantage.

    Ce sont ces guerres de factions combinées aux problèmes économiques et sociaux liés à l’extension de l’empire qui auront raison du système républicain. En effet, les conquêtes avaient amenés des terres nouvelles qui peu à peu furent accaparées par les élites dans d’immenses domaines. La petite paysannerie libre se trouva menacée et s’exila dans la capitale grossissant les rangs de la plèbe, du lumpen proletariat, prêt à suivre un chef populiste ou à vendre son vote. Les militaires qui étaient traditionnellement recrutés dans les rangs des petits propriétaires terriens durent donc être recherchés chez des volontaires attachés à un chef charismatique faisant des promesses. Les lois agraires destinées à mieux redistribuer les terres ont ainsi été un sujet de disputes et de désaccords tout au long de la République. Incapables de résoudre les problèmes de la plèbe et ceux du ravitaillement en grain de Rome, les patriciens se trouvèrent donc exposés aux ambitions de chefs militaires (César, Pompée), suivis par des soldats dévoués, ou à celles de chefs populistes capables de mobiliser des bandes de sous-prolétaires violents (Milon, Clodius). Dès qu’un officier supérieur devenait trop populaire, les grands essayaient de le neutraliser. Mais en même temps, le sénat était facilement corruptible grâce à l’or ramené des campagnes militaires surtout après l’instauration du vote secret ([8]). Chaque faction essayait de faire passer des lois visant expressément à pénaliser un concurrent politique (comme Clodius contre Cicéron ou Caton).

    Le dénouement de cette situation est bien connu. Dans les années 50 (av. J. C.) des émeutes opposent dans les rues les bandes des partisans des chefs politiques en compétition, pendant que Pompée et César s’affrontent à distance, par décisions du sénat interposées. En 50, après une série de décisions contradictoires, le sénat prend le parti de Pompée et demande à César, contre le veto des tribuns de la plèbe, de désarmer ses hommes victorieux en Gaule, et de rentrer à Rome comme simple citoyen. C’était lui demander de renoncer à ses ambitions de consul au profit d’un concurrent moins bien armé. Bien sûr il refuse et franchit le Rubicon. En même temps, César saura rester le plus prêt possible de la légalité (son droit avait été bafoué et il ne pénétra pas dans Rome, recevant en armes, les sénateurs à l’extérieur). Il saura patiemment ensuite vider la république de sa substance en respectant en partie les principes (notamment en intégrant des étrangers à la république et en leur obtenant des droits politiques). Sous Auguste la noblesse s’accoutumera à renoncer à exercer entièrement le pouvoir au profit de la vie de cour et le rôle des assemblées populaire disparaîtra progressivement sous les empereurs successifs.

    Les partisans ou les admirateurs de la république romaine ont toujours prétendu qu’elle devait sa stabilité (à peu près quatre siècles, ce n’est pas rien…) à son harmonieuse combinaison entre démocratie, monarchie et aristocratie. C’est inexact bien sûr : ce qui a fait la durée du système c’est l’exclusion structurelle du peuple du pouvoir politique dans le cadre d’un système suffisamment complexe et souple pour que les élites puissent se délecter du jeu politicien tout en neutralisant leurs factions internes. Ce qui a perdu la république c’est de ne pas avoir prévu les moyens d’une adaptation aux évolutions économiques, stratégiques et sociales. La république était bien taillée aux dimensions d’une citée mais trop rigides pour les besoins d’un empire en extension permanente. Comment satisfaire, en effet, les peuples nouvellement intégrés, la plèbe urbaine, les généraux, sans brider la volonté d’enrichissement des patriciens ? Sans sa dépendance vis-à-vis des grands généraux victorieux tout autour de la Méditerranée, la république romaine aurait sans doute pu continuer à vivre. Dans le cadre d’un empire en guerre permanente qui demandait à la fois un chef populaire, des mesures sociales énergiques et la fin des luttes de factions, le césarisme montra rapidement sa supériorité.  Cette leçon est à méditer ; cette expérience moins citée que la Grèce  de taille plus petite inscrit  son destin  dans ce qui va  se produire dans l’histoire de toutes les républiques  suivantes en Europe. La république est donc le meilleur régime pour contenir les luttes fratricides  entre factions  dominant l’économie et accaparant la richesse de l’Empire. Cette définition structurelle ne changera pas au cours des divers cas que nous allons maintenant étudier en tenant compte de nouvelles variables

    La taille : La Grèce ne peut se comparer la dimension de l’empire romain est  autre et de beaucoup ; cela fait cent fois plus de généraux à recaser en politique ; des armées professionnelles prêtes à les suivre, des conquêtes  intenses et élargies

    Le peuple s’est complexifié et celui qui nous intéresse il représente à Rome plus de la population résidente  qu’à Athènes paysans chassés , soldats retraités »n  affranchis  artisans domestiques boutiquiers  un prolétariat « flottant »  au gré des humeurs des chefs   sénateurs dictateurs permanents ou temporaires, consuls etc...,  le soldat  l’ouvrier  le serviteur des « Grands » sont des  alliés possibles pour les ambitieux  Sans compter la pègre et l’étranger  -barbare - venu des fonds de l’empire ; toute un population  disponible pour soutenir  les aventuriers .En effet la plèbe romaine, contrairement à Athènes, est parfois oisive :entretenue par les richesses ramenées par les conquérants  qui ramènent l’or, biens, esclaves  et rendements de propriétés terriennes en gaule ou ailleurs .Ce petit  peuple se vend au plus offrant mais en attend rétribution en « jeux », distractions ou retombées économiques.  Les « familles » ont plus d’argent à consacrer à cet électorat versatile et mobile.  Les équilibres entre tous les clans sont plus fragiles et difficiles à stabiliser. C’est pourquoi la république fut  une solution   temporaire à la brutalité des tensions et de luttes fratricides

    Enfin   il apparaît  beaucoup plus de lettrés et de penseurs dans la société romaine, ce qui aiguise les  querelles et les moyens de les influencer. La république a ici été fabriquée à une échelle supplémentaire,  un effet « taille » qui nous éblouit   tant la richesse de leurs cas et leur connaissance  sont grandes. Tout cela sera avivé dans les cités du Moyen Age et de la Renaissance puisque le cumul des prédations, commerces et  occupations en Europe se sera considérablement agrandi

     

    1. Les cités italiennes au Moyen-âge : variation sur le thème de la république

     

    L’exemple de Rome a montré que la république dans sa forme antique est un moyen de réserver le pouvoir à une élite nobiliaire et économique en écartant le peuple des décisions importantes tout en lui donnant (tout au moins à sa frange supérieure) une participation symbolique. La formule Senatus Populusque Romanus affiche clairement la coupure entre la tête et le corps. Les citoyens peuvent voter, les riches et la petite noblesse ont des postes, et la grande élite dirige. Le problème réside dans la gestion du glaive. Comment arrêter un chef militaire qui se serait rendu populaire auprès des exclus et des mécontents et promettrait de faire sauter une partie du verrouillage socio-économique imposé par les patriciens ? Le danger est d’autant plus fort que le dictateur n’est pas obligé de procéder à une révolution : il peut entamer son action dans le cadre des institutions existantes et en conserver une partie par la suite. Ce problème ainsi que celui des luttes de faction vont se poser de plusieurs manières différentes dans l’Italie post-Carolingienne, véritable laboratoire d’incubation du phénomène républicain à l’échelle communale.

    Les sources du mouvement communal italien sont  connues et nous ne développerons pas son exposé ([9]). Rappelons simplement qu’avec le morcellement de l’empire carolingien, l’Italie urbaine va être dirigée essentiellement par des évêques. Après les réformes grégoriennes, de nombreux sièges épiscopaux vont se trouver vacants et les villes vont apprendre à se gouverner seules, alors que le pays n’est dirigé que de loin et de manière fort théorique par l’empereur germanique. Entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe, les communes, de plus en plus indépendantes vont s’organiser autour de consuls et de magistrats spécialisés. C’est également l’époque où une bourgeoisie financière et commerciale se développe et s’enrichit. En 1154, l’empereur germanique Frédéric Barberousse décide de reprendre le contrôle de l’Italie et s’approprie par la force les pouvoirs régaliens (notamment la nomination des consuls et la levée des impôts). Après 20 ans de domination, il se heurte à une ligue en Italie du Nord qui lui tient tête, le bat militairement et l’oblige à accepter par écrit le rétablissement des libertés communales (1183).

    Selon les villes, les élites sont un composé variable de féodaux, de clientèles des évêchés, de commerçants et d’hommes de loi. Cette élite est riche, en principe assez pour pouvoir faire la guerre à cheval, critère essentiel, on s’en souvient, dans la Rome républicaine. Elle domine aussi les consuls des arts (c'est-à-dire les chefs des corporations des artisans) et dirige l’assemblée des citoyens qui vote collectivement au début par approbation orale. Ces assemblées élisent les consuls, en nombre variable, chargés de toutes les tâches judiciaires, administratives, militaires et fiscales pour un an. Dès le milieu du XIIe siècle le vote direct sera abandonné : le peuple choisit les membres d’une commission qui élit, elle, les consuls. Les risques d’affrontements violents entre factions sont ainsi écartés et bien sûr, le système permet l’alternance aux postes clefs des membres des clans familiaux les plus influents. Enfin, le système de mise à l’écart du peuple des leviers de commande est complété vers la fin du XIIe siècle par la création de conseils (grands conseils ou conseils restreints) qui dépossèdent les assemblées populaires de la compétence législative et délibérative au profit des élites et de leurs clientèles. Selon les villes, des arrangements plus ou moins complexes combinant tirage au sort, cooptation, indication et élection permettent aux gens importants de se partager les responsabilités de façon tournante. L’assemblée, comme les comices avant elle, en vient à ne plus servir qu’à ratifier les décisions. L’élite est la militia : elle fait la guerre aux seigneurs des campagnes et des montagnes environnantes, se déchire en lutte de clans, investit les gains du commerce et de l’agriculture dans la construction de tours fortifiées et cultive un mode de vie aristocratique et cultivé (Menant, p. 55). Les autres citoyens forment le popolo : ils combattent à pieds et sont exclus des honneurs et des charges. Peu à peu à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle, le popolo va accroître son pouvoir politique.

    A partir de cette époque l’évolution sociale et politique peut-être résumée par quelques grands traits ([10]). Au XIIIe siècle, les marchands enrichis par le commerce entre les villes et les campagnes environnantes demandent à obtenir une part du pouvoir politique confisqué par les aristocrates. Les popolani créent alors leurs propres conseils dominés par leur capitano del popolo. Ils obtiennent alors par la force ou la pression, de supplanter dans quelques villes, les podestats, représentants les grandes familles. Ces affrontements politiques s’accompagnèrent d’une violence civile endémique. Le pouvoir pouvait être pris et repris par les factions populaires ou aristocratiques. Dans le dernier tiers du XIIIe siècle, les villes, lassées des guerres civiles se laissèrent tenter par le gouvernement seigneurial. Ferrare puis Vérone, Mantoue, Trévise, Pise furent bientôt aux mains de dynasties seigneuriales à la suite de transitions douces. Dans certains cas comme à Milan, Padoue et Florence, la transition fut plus tumultueuse. Dans d’autres, le système républicain se maintint jusqu’au 18e siècle.

    La configuration la plus étonnante est celle de Venise qui connut la plus longue vie républicaine de l’histoire de l’Occident. Le secret d’une telle longévité est plus complexe qu’il n’y paraît. Les penseurs politiques italiens du 16e siècle (Giannotti, Contarini, Paruta, etc([11]), célébraient le « merveilleux équilibre » de la constitution qui combinait harmonieusement l’aristocratie, le vote populaire et le pouvoir d’un homme. Ce « mythe de Venise » ([12]) entretenu tout au long de l’époque moderne avait pourtant été clairement dénoncé par quelques observateurs bien informés comme le diplomate français Nicolas Amelot de la Houssaye au XVIIe siècle ([13]). De quoi s’agit-il au final ? Dès le haut moyen âge, les habitants de la lagune se dotent d’une forme de gouvernement dont les fondements sont un doge (sorte de duc élu) et une assemblée populaire (concio). Le doge est supposé être élu à vie, mais il est souvent renversé, voire assassiné. Bien sûr le système est allé, à la fois en se complexifiant et en  se transformant  en élite de gouvernement. Les pouvoirs du doge ont été réduits à la fin du XIIe siècle, dans le but clair d’éviter la dérive monarchique (par l’adjonction d’un conseil réduit, d’un tribunal suprême, puis d’un sénat). Le doge était élu au sein des familles patriciennes qui confisquaient en fait le pouvoir de décision et  le partageaient selon des logiques complexes de contrôles croisés et de postes à rotation rapide. Les citoyens appartenant aux « arts » pouvaient être fonctionnaires mais pas exercer de charge politique. Comme l’avait signalé Amelot de la Houssaye, ni le peuple, ni le doge ne peuvent contrecarrer les décisions des grandes familles. Quand les « gens nouveaux » du popolo se sont manifestés au XIIIe siècle, ils ont, pour leur frange supérieure en tout cas, été intégrés au grand conseil qui a compté plus de mille membres au début du 14e siècle. En 1297, après avoir permis aux anciens membres depuis quatre ans de siéger au grand conseil, celui-ci est définitivement refermé sur lui-même (serrata) ; il faut quatre générations au moins d’appartenance au grand conseil pour pouvoir y être éligible. L’appartenance au conseil devient héréditaire et concerne en fait à peu près deux cent grandes familles. Ses membres sont considérés comme étant nobles et les couches moyennes en sont définitivement exclues. Pour éviter les troubles, un conseil des dix (sorte de comité de sécurité publique) surveille et punit les tentatives séditieuses (il sera renforcé au XVIe par un groupe d’inquisiteurs aux larges pouvoirs). Le secret de la stabilité de Venise réside donc en fait essentiellement dans sa concentration patricienne qui a été possible grâce 1) au faible rôle des artisans (et leur encadrement par des institutions charitables et religieuses) dans une république essentiellement marchande où les nobles sont des entrepreneurs de commerce, 2) l’intégration au XIIIe siècle d’une partie des classes montantes non nobles, 3) la surveillance permanente des grands entre eux, doublée d’une surveillance permanente du reste de la population, 4) la position insulaire qui a assuré à la fois une défense contre les intrusions étrangères et la porte ouverte à la prospérité par le commerce. Le principal mérite de la république est donc d’avoir duré, et pas, comme l’avait analysé Montesquieu, d’avoir permis le développement des vertus civiques par le juste équilibre d’un gouvernement mixte.

    Gênes, autre république maritime et commerçante (mais plus exposée territorialement) dura presque aussi longtemps que la sérénissime. La cité avait adopté une organisation politique ressemblant à celle de Venise : un doge, un grand conseil, etc. Mais la ville était plus que toute autre divisée entre les grandes familles puissantes regroupées en alberghi au XIIIe siècle ([14]). Elles avaient leurs tours fortifiées, sans fenêtre repliées sur elles mêmes, leurs drapeaux et s’affrontaient pour le contrôle de la cité, avec une violence extrême. Au cours des huit siècles de son existence, les institutions n’ont eu de cesse de se modifier dans le double but de limiter l’effet des luttes entre clans et d’empêcher le contrôle de la ville par un seigneur. Les doges, en principe nommés à vie étaient fréquemment destitués. Les Gênois, individualistes et méfiants ont toujours refusé le gouvernement d’un seul et le institutions ont mélangé les nobles et les membres des guildes ([15]). C’est donc au sujet des élections dogales que les disputes étaient les plus fortes. Au XVe siècle, une large  gamme de conseils et d’institutions conféraient en revanche plus de stabilité au fonctionnement de l’Etat que la division entre doge et conseil ([16]). Par ailleurs, le fonctionnement des conseils était moins strictement régulé et offrait plus d’espaces de discussions, en l’absence d’une fermeture trop étroite sur les grandes familles comme à Venise ([17]). Dans tous les cas, les manières génoises de parvenir au consensus furent insuffisantes pour empêcher l’invasion française au XVe siècle. Après l’épisode français, la constitution est modifiée (1528). Pour résumer, la noblesse est inscrite au livre d’or et ne peut s’accroître qu’au rythme de 10 noms par an. Elle est représentée au sein du conseil majeur et du conseil mineur. Le doge est élu par un système complexe ou interviennent tirage eu sort et décision du grand conseil. Il ne peut agir sans le sénat et la chambre des comptes. Cinq magistrats sont par ailleurs chargés de vérifier la légalité des actes de la seigneurie (doge, sénat et gouverneurs de la chambre des comptes). Un demi siècle, à la suite de la pression du popolo, la constitution est de nouveau modifiée avec un rôle accru du grand conseil qui détient en théorie la souveraineté mais qui la cède en pratique au conseil mineur ou siègent les nobles. Alliée à l’Espagne dont elle est le banquier, la république survit jusqu’à la révolution française.

    Venise et Gênes poursuivent donc le système républicain établit à Rome dans l’antiquité en s’adaptant à la situation économique et politique du moment. Etats de marchands, relativement indépendants de l’arrière pays et attachés à leur liberté, qui est aussi celle de s’enrichir et d’en recevoir les honneurs ; ils parvinrent malgré les déchirements internes à éviter le césarisme, comme l’accaparement du pouvoir par un capitaine ou seigneur soutenu par le peuple. Le secret a toujours été de faire pour l’oligarchie nobiliaire et marchande de faire des concessions à la bourgeoisie tout en régulant les conflits internes. Seules des circonstances exceptionnelles ont permis d’y arriver car les autres républiques n’y parvinrent pas aussi bien.

     

    1. Florence et le clan des Médicis

     

    Si l’on veut comprendre la mort des républiques, ce n’est pas Gênes ou Venise qu’il faut regarder mais Florence. Cette ville indépendante n’est pas aussi grande, ni aussi puissante que Venise et elle n’est pas isolée de la Toscane. Les métiers y sont plus puissants et si la banque joue le premier rôle, le grand commerce maritime  est absent. La ville est donc plus menacée par le féodalisme et les jeux d’influence régionaux. Elle résistera cependant longtemps à l’établissement du pouvoir d’un seul homme : il faudra toute la patience et l’habileté de Côme de Médicis pour y parvenir. Pour comprendre comment exactement meurent les libertés républicaines, il faut entrer dans le détail de l’histoire. Pour cela, nous suivrons l’un des meilleurs spécialistes français des républiques italiennes : Jacques Heers. Cet instituteur de formation, par la suite agrégé d’histoire, avait été orienté par Braudel vers l’étude de Gênes au Moyen-âge dont il est le grand connaisseur ([18]). Sur la base de ces travaux, il s’est intéressé au clan familial italien, ce qui est une des portes d’entrée de la compréhension de la vie politique des cités. Enfin, pour Florence, il s’est appuyé sur l’un de ces érudits américain, absolument inconnu en France : John Najemy ([19]). Ce diplômé d’Harvard, professeur à l’université Cornell a accompli à la fin des années 1970 le travail qui a découragé beaucoup d’historiens : l’étude presque complète des archives des élections à Florence. Regardant quartier par quartier qui a été élu et comment, il dresse un portrait réaliste du fonctionnement du gouvernement florentin. Il est ensuite l’auteur de la principale étude historiographique d’ensemble de Florence en langue anglaise depuis celle de Brucker dans les années 1960([20]). Heers et Najemy partagent donc la même méthodologique : les républiques italiennes échappent à la synthèse généralisante et doivent être comprise au cas par cas.  Le système ne peut se résumer à ce qu’en disent les commentateurs de l’époque, Bruni ou Machiavel par exemple, dont Najemy a montré les ambivalences et changements de points de vue ([21]). Il faut également échapper au schéma binaire, encenseur ou critique, sur la base qui met de toute façon en avant les « valeurs » républicaines. Sur cette base, que nous apprennent-ils au sujet de Florence et de sa république ?

    1. Tout d’abord, les « libertés » républicaines tant vantées par les commentateurs sont en fait celles que les clans familiaux de l’élite s’arrogent en matière de guerre civile. A Florence comme à Gênes, la République est avant tout un état permanent de guerre civile latente. Heers montre qu’il faut saisir la politique au nouveau des groupes pertinents qui ne sont pas forcément les classes sociales. Dans le Moyen-âge italien, les rassemblements de familles sous une seule bannière (albergi, consortiere, consorzi, etc.) sont l’un des principaux éléments de la dynamique politique. Les clans peuvent avoir plusieurs branches composées chacune de plusieurs familles riches ou pauvres et totaliser des centaines d’individus adultes ; ils « s’organisent en une solide communauté politique plus ou moins indépendante de l’Etat princier ou municipal » ([22]) notamment en soumettant les quartiers ou paroisses à leur influence. Ce sont ces clans des grandes familles qui vont dans l’Italie communale accaparer l’essentiels des postes influents dans les communes. Ils le font au départ du mouvement communal à l’époque des consuls quand la république était simplement un moyen de faire coexister les tribus. Mais ils continuent leur influence à l’époque du popolo au titre de l’organisation sociale des nobili, mais également par leur influence dans les quartiers qui élisent les représentants des arts (popolari). La commune populaire n’a jamais réussi à dompter les clans, à abattre les tours, à calmer les vendette, à briser les solidarités militaires ou clientélistes (Heers, le clan, p. 266)..

    L’un des résultats de l’importance de ces clans est l’intensité des luttes, encore alimentées par la faide, les vengeances et représailles d’honneur. De l’époque des consuls à celle du popolo les luttes entre factions politiques (Guelfes, Gibelins, sous groupes à l’intérieur de ceux-ci et partis divers) et familiales sont d’une violence inouïe, bien décrite par les chroniqueurs mais souvent absente des livres d’histoire : de « vraies batailles rangées entre des guerriers confirmés sous le commandement de chefs rompus au métier des armes. (…) La lecture des chroniques est d’une désespérante monotonie : des troupes et des foules anonymes lâchées pour tuer et pour détruire, les vaincus souvent massacrés sur place » (Heers, Médicis, p. 30). Au début du XIIIe siècle, les Gibelins gagnent la lutte pour le pouvoir et font raser 103 palais, 85 tours et 580 maisons de leurs ennemis. En 1267, retour en force des Guelfes : plus de 2000 personnes sont exécutées ou exilées. Ces partis n’ont pas d’idéologie, ils veulent le pouvoir, l’argent, les postes et sont prêts aux pires exactions pour l’obtenir.

     

    1. La république ne tient que parce que les clans et les partis se neutralisent.

     

     Ils le font de deux manières : en se partageant les postes dans la méfiance permanente et en se faisant la guerre quand ils ne se supportent plus. A l’époque consulaire, après la tutelle impériale, le système politique florentin repose sur un conseil restreint et douze consuls. « On ne voit pas bien comment ils les désignaient et tout porte à croire qu’ils se cooptaient » (Heers, p. 19). Il s’agit d’organiser la rotation des postes entre les grandes familles en évitant que l’une d’elle ne se place en position seigneuriale. L’absence de l’institution dogale est sans aucun doute un indice de l’intensité de la méfiance. Au XIIIe siècle, le système du popolo est mis en place pour entériner la montée en force des artisans de plus en plus spécialisés et/ou celle de l’importance des quartiers : 20 représentants des quartiers (sestiers) élisent les membres de deux nouveaux conseils par des tirages au sort complexes et changeants. La nouvelle structure se superpose à l’ancienne : signe évident que ce n’est pas l’efficacité qui est recherchée mais la satisfaction des appétits (anciens et nouveaux). La nouveauté du système est cependant qu’il entérine le pouvoir des guildes qui repose sur le principe que chacune a le même droit à participer et à être représentée ([23]). Les luttes entre factions ne se calmant pas on institue le système des prieurs : trois (puis rapidement six) hommes sages du groupe au pouvoir (à ce moment les Guelfes) et membres des principaux métiers (au premier rang desquels, la banque) deviennent des prieurs chargés d’arbitrer et d’orienter. Ce gouvernement du popolo conduit à la persécution des « magnats » (les riches et les importants). On peut voir ces évolutions comme le résultat d’une dynamique de classes sociales, mais on peut aussi les interpréter comme de simples redistributions des cartes entre clans fondés sur des quartiers et appuyés sur des clientèles artisanales comme le fait Heers : ceux qui arrivent au pouvoir (les nouveaux riches) persécutent les anciens accapareurs (la vieille noblesse). Dans les années 1300, les Guelfes se divisent entre Blancs et Noirs et les luttes se font aussi fortes qu’auparavant. Il semble en fait que la république soit ici moins un système antimonarchique qu’un arrangement complexe et changeant permettant un gouvernement municipal dans un contexte de successions courtes de clans vainqueurs par la violence.

     

    1. La démocratie n’est l’objectif de personne. Le popolo rajoute un élément de discorde. Ceux qui sont devenus puissants et qui ont su constituer des partis (y compris avec des nobles), veulent leur part du gâteau municipal. L’idée de démocratie n’effleure personne et les phases de gouvernement radical du popolo ont été très courtes dans l’histoire des cités italiennes (Shaw, 2006). Le système des alliances et des partis prend en compte ceux qui deviennent riches. Mais à l’inverse du système romain, les classes censitaires bien déterminées ne règlent pas l’accès au pouvoir. C’est la force qui redistribue les cartes. Les ouvriers et le petit peuple sont simplement des suiveurs. Ils agissent à la suite des patrons d’atelier et servent au besoin d’agitateurs de rue. Donc c’est un système qui repose à la fois sur l’affrontement pour se hisser aux commandes et sur l’exclusion des plus faibles et des concurrents. Le quatorzième siècle voit le développement d’un gouvernement oligarchique. Les artisans peu fortunés assistent en général spectateurs au jeu politique « on peut attendre longtemps, voire sa vie passer sans ne rien obtenir » (p. 69). L’élite banquière et marchande de même que les guildes principales s’efforcent d’écarter les « classes ouvrières du textile » qui ont réussi à conquérir une parcelle de pouvoir en 1378-1382[24]. Les métiers du change étaient grossièrement favorisés, les bouchers et les fourreurs n’arrivaient pratiquement jamais aux postes de prieurs. Les nouveaux acteurs ne changent pas le jeu politique, ils forment une strate de plus. Le résultat en est un système politique absurdement complexe permettant aux puissants de fausser les élections en toute discrétion. « Ce gouvernement comptait pour le moins cinq grandes instances politiques distinctes : l’ancienne commune et son podestat [arbitre temporaire venu d’une autre ville], le capitaine du peuple assisté d’un conseil ; les arti moyens, majeurs et mineurs ; les représentants des circonscriptions territoriales (…) ; enfin la seigneurie, les prieurs, le gonfalonier de justice, leurs deux conseils. Sans compter la rue, ses rumeurs et ses débordements et sans compter non plus de temps à autre des pouvoirs extraordinaires, pouvoirs d’exception, généralement créés de toute pièce en temps d’alerte : un parlamento (assemblée générale) ou, plus souvent, une balia, commission dotée de tous les pouvoirs policiers et judiciaires, nommée à la hâte, de façon parfaitement arbitraire » (Heers, Médicis, p. 64). Les institutions sont donc se qu’en font les puissants du moment, elles évoluent au gré des rapports de force. Personne ne se fixe de borne à moins d’y être obligé : la manipulation et la tricherie lors des élections et des tirages au sort sont un rouage habituel. C’est tellement vrai que des accopiatori vinrent se rajouter au système des tirages au sort pour sélectionner de façon parfaitement discrétionnaires les noms de ceux placés dans la petite bourse d’où l’on tirait les 6 prieurs et le gonfalonier. Pas question que le tirage au sort puisse avoir un effet démocratique…

     

    1. De cette manière, aucun chef de clan n’a pu confisquer durablement le pouvoir. Le duc d’Athènes, Gautier de Brienne, un homme du roi de Naples, venu pacifier la ville pour son plus grand profit, n’y est pas parvenu non plus. Elu tyran à vie par le petit peuple il est rapidement expulsé par un complot des Grands qui recourent à l’émeute de rues. Le système républicain qui repose sur la violence empêche également un accaparement durable du pouvoir par la pure force. La clef du changement repose en fait sur la capacité à étendre les clientèles. La république est menacée quand un clan est assez adroit pour renverser la logique du système : faire des amis plutôt que provoquer ces ennemis, croître doucement, être prudent, ne pas vouloir renverser les institutions. Comme l’avait bien vu Machiavel, la République court toujours le risque d’être dominée par un homme combinant grand talent personnel et popularité auprès des petits artisans (Najemy, 1982b). Comme César, Côme attendra son heure, le fera en respectant la légalité, saura donner largement et se faire des amis dans la rue et chez les puissants. Le système du podestat avait montré que les citoyens étaient prêts à confier une partie du pouvoir à un étranger en échange de la paix. Mais ils ne voulaient pas pour autant d’un maître héréditaire. Le secret de Côme n’est pas d’apporter la paix complète, puisque il sera très dur avec ses ennemis, c’est de l’acheter, en ayant beaucoup d’amis dont il s’était fait le créancier. Devenu chef de clan important, il est expulsé par une famille concurrente, puis rappelé, comme il se doit quand la seigneurie lui redevient favorable. Alors il procède lui aussi à des expulsions mais en fait des bannissements à vie. Ces partisans se partagent les biens des bannis. Prodigue, mécène, ami du peuple, il prête à toute personne en difficulté sans même être sollicité. Ainsi il peut convoquer une balia quand les élections lui sont défavorables. De cette façon il va placer ses hommes à tous les postes clefs pendant trente ans en achetant Florence et sans pratiquement sortir de la légalité républicaine. Constructeur de la paix civile, il transmettra le pouvoir de fait à ses fils. Voici comment se perdent les « libertés  républicaines ». Cette perte est analysée par les plaintes de certains intellectuels attachés aux vertus républicaines comme Bruni, Guichardin ou Machiavel ([25]). En critiquant les Médicis, certains penseurs politiques de l’époque vont encenser le modèle précédant qui permet de développer les vertus civiques. Pourtant les milieux dominants de la République n’ont eu de cesse d’admirer le modèle vénitien qui savait si bien mettre le petit peuple à l’écart et permettre le governo stritto. Les ottimati voulaient la république pour garantir leur mainmise sur les postes. Ils auraient voulu d’un Médicis primus inter pares, et l’on, à bien des reprises, appuyé pour finalement se satisfaire du rôle de courtisans du prince. Les ottimati ont été à la fois des opposants et des appuis des Médicis qui avaient besoin dau moins une partie de leur soutien, par le renforcement des liens traditionnels (amici, parenti, vicini) sur plusieurs décennies[26].

    Les débats entre experts montrent qu’il est impossible de parvenir à une théorie unifiée du phénomène républicain italien à la fin du Moyen-âge ([27]). Nous ne pouvons que relever quelques dimensions du cas Florentin qui illustre le passage progressif d’un « républicanisme de guildes » ([28]) à un républicanisme princier.  Cooptation contrôlée et neutralisation mutuelle dans la violence, intégration minimale aux élites par la force, mise à l’écart du peuple. Le modèle de Florence n’est synonyme ni de paix, ni de démocratie. Sans remettre en cause les principes généraux (certes fort vagues) chacun essaie de biaiser le système dans le détail. Le facteur principal d’évolution du modèle tient non pas à l’évitement des risques de césarisme mais aux modes de réactions face aux évolutions des positions des groupes sociaux et à la vigueur de ces dernières. La république romaine était minée par l’enrichissement des grands au détriment des petits libres. Les cités du Moyen-âge ont dû gérer la montée économique puis politique des artisans. Dans les deux cas les patriciens s’arc-boutent sur leurs privilèges et ouvrent la voie à des hommes entreprenant issus des classes moyennes capables de faire sauter certains blocages et de recruter largement des partisans. Car c’est une chose d’arriver au pouvoir, s’en est une autre de s’y maintenir et d’imposer une dynastie. Pour cela, il faut neutraliser ou satisfaire durablement les mécontents. Pour l’instant, le petit peuple (qui sert de masse menaçante facilement achetable) n’en fait pas vraiment partie, mais les choses vont changer  dans le cadre  des republiques-nations  (Allemagne, France) du fait de la part de libertés démocratiques à accorder à ce petit peuple, ainsi que de sa surveillance  et du  filtrage  à assurer  au sein de ceux qui auront été acceptés   par l’intermédiaire de la république ?

    d ‘alliances et intervention tolérée du « peuple » par ceux qui  dirigent ou veulent accéder à leur tour au pouvoir 

     Résumé des deux premiers chapitres  

    Demos, peuple, popolo, plèbe, prolétariat, masses, la terminologie et la non catégorisation révèlent l’embarras. Divers  classements, différentes populations selon   les proclamateurs se heurtent toujours au même problème : sa définition, appartient à ceux qui ont la légitimité de représentants élus. C’est pourquoi  d 500 avant J-C, jusqu’à la Renaissance,  la république est  un régime de transition de courte durée et par là un régime aristocratique et  élitiste, discriminant. Cette aristocratie  auto-éduquée est destinée à faire tourner, entre soi, le pouvoir (tout en donnant des avantages à  des individus inférieurs mais assimilables)  et en évitant les désastreuses querelles et  inimitiés allant à la guerre civile ou à l’assassinat de pairs rivaux.

    Tout ceci a fonctionné pour de petites communautés  méditerranéennes (cités-Etats, régions de faible dimension) mais qu’en fut-il des républiques grandes nations (France  de 1792 et Allemagne de Weimar) Le changement d’échelle est déterminant. On ne contrôle pas le peuple appelé à aider à un renversement et de ce fait, favoriser une faction contre une autre de la même façon  dans une Cité de la taille d’un département (Rome) que dans un pays de 25 millions d’habitants sur  des  milliers de Kms carrés. Une fois le risque passé, le renversement  recherché de la faction dominante obtenu, le mouvement lancé à l’aide  du « peuple » doit être réprimé car il se montre impatient à des fins de rétribution.  Le problème est partout le même . César et Pompée se disputant  ont le même argument :« Libérer le peuple » ;mais  après il faut se libérer du peuple encombrant   par la force. Cela de Spartacus à la Commune de Paris n’a guère posé de problèmes de conscience. Et ceci fut donc le destin de toute république mais –ce n’est pas un détail- avec des résultats variés et des formules parfois incomparables. Les moyens changent de dimension mais l’idée est la même  Quand César franchit le Rubicon ses prédécesseurs avaient su user des instruments classiques pour garder l’autorité. La force armée,  les légions  chassent les sénateurs par les armes et on contient le peuple par  des promesses, de l’argent, puis par des  jeux et des avantages  répandus auprès des meneurs et des chefs populaires ; il faut de bons amuseurs, orateurs,  ancêtres des intellectuels et des théoriciens contemporains . Les jeux offerts au peuple sont l’occasion d’asseoir une popularité et deviennent les hauts- lieux des discours  des ancêtres médiatiques .Le travail sur l’opinion, l’usage du Droit rénové (une nouvelle constitution)  sont le troisième pilier indestructible de la république. Parfois, on le verra, le processus du contrôle du peuple échappe, comme à Weimar où une fraction de la bourgeoisie  fut manipulée par un homme non pas issu du peuple  mais  venu des  centaines  de refoulés et de ratés  professionnels et ce fut l’Hitlérisme

    C’est dans la pression de ce genre d’événements que les Bourgeois de « 89 » firent la découverte de l’utilité du « peuple », au long de plusieurs » journées » étalées sur 3 ou 4 ans qui firent reculer la royauté et la noblesse d’abord et d’asseoir ensuite une nouvelle autorité  -ce qui n’était simple-  permettant une république imprévue qui échappa un moment à ces bourgeois  prudents réformateurs, aux fractions et intérêts variables et  aux relations complexes. A Rome, le prolétaire était devenu politique car on l’y invitait, mais à Paris,  il s’est transformé seul, se radicalisant  par  mobilisations successives que les députés vont utiliser à leurs propres fins en favorisant l’entrée en politique d’une prolifération de petites bourgeoisies nouvellement émergées 

    L’empire Grec ou de  Macédoine   s’ouvrirent des ports en Asie, occasion de nouvelles alliances décisives  pour la république qui se maintint non contre le peuple,  mais en l’associant  dans la conquête un moment. A alliance terminée  nouvelles théories,  nouvelles philosophies et nouveau Droit  et par conséquent trouver dans l’Antiquité des arguments pérennes et universels qui en imposent. Tout cela en quelques mois  où des factions inconnues  de bourgeoisies nombreuses mais dispersées se concentrent « accidentellement » à Versailles. On   se repère comme on peut, quand on est jeune député  au sein de la diversification, la dispersion, les journaux, les chefs de file, les lieux de réunions, les oracles publics (la distribution du tract sur le marché aujourd’hui)   bref   ce qu’on va voir maintenant quand s’établit une « république » qui dura ...5 ans !

     

    [1] Le métier de citoyen…

    [2] Janine Cels Saint-Hilaire, La république romaine (133-44) av. J.-C. , Paris, Armand Colin, 2011, p. 229.

    [3] Claude Nicolet « Les classes dirigeantes sous la république : ordre sénatorial et ordre équestre », Annales E. S. C., vol. 32, n°4, pp. 726-755, 1977, p. 727.et avec  35 ans  d’écart......

    [4] Actes 1994.

    [5] Bernard Manin, principes du gouvernement démocratique.

    [6] Flaig, p. 25.

    [7] Nicolet, p. 732.Toute cette érudition dont profite la connaissance de Rome ne va pas à l’encontre des idées de J. Dunn

    [8] Voir Veyne, le pain et le cirque 1976.

    [9] pour un exposé complet : François Menant : L’Italie des communes (1100-1350), Paris, Belin, 2005.

    [10] Quentin Skinner dans Les fondements de la pensée politique moderne

    [11] A ce sujet, voir : Skinner, op. cit. et Pocock, Le moment machiavélien. Ces auteurs rappellent fort utilement au lecteur non spécialiste l’existence d’une très importante pensée politique publiée au moment même des événements politiques de la Renaissance (et ne se limitant pas à Machiavel). Leurs travaux pourraient fournir la base à une étude plus générale, à faire, du rapport entre l’analyse politique « à chaud », la biographie des auteurs, et les événements ou situations politiques d’Aristote à Marx.

    [12] Robert Finley : « The myth of Venice during the Italian wars (1494-1530», The sixteenth century journal 30, 4, 1999 : 931-944.

    [13] David Carrithers : « Not so virtuous republics…. » journal of the history of ideas 52-2 1991 : 245-268.

    [14] Heers Gênes au XVe siècle, paris 1957.

    [15] Christina Shaw, Popular government in oligarchy in Renaissance Italy, Leiden & Boston : Brill, 2006.

    [16] Shaw, « principles and practices in the civic government of fifteenth century Genoa “ quarterly renaissance, 58 1- 2005 : 45-90

    [17] Christine Shaw « counsel and consent in fifteenth century Genoa », The English historical review, 116, 468, 2001, 834-862.

    [18] Genes au XVe siècle, 1961.

    [19] Corporatism and consensus in florentine elctoral politics 1280-1400, University of north carolina press, 1982.

    [20] John Najemy, A history of Florence 1200-1575, . G. A. Brucker Renaissance Florence, New York, 1969.

    [21] John Najemy « Machiavelli and the Medicis : the lessons of the florentine history », Renaissance Quarterly, vol. 35, n°4, p; 551-576, 1982.

    [22] Heers, le clan familial au Moyen-âge, p. 247.

    [23] John Najemy « Guild republicanism in trecento Florence : the success and ultimate failure of corporate politics”, Am Hist Rev, 84, 1, 1979, p. 55-71. En 1300, Florence a 100 000 habitants à peu près, les 21 guildes 8000 membres soit peut-être un tiers des hommes adultes. 

     

    [24] John Najemy, A history of Florence 1200-1575.

    [25] Pocock, le moment machiavellien.

    [26] Margery A. Ganz “The Medici inner circle : working together for Florence, 1420-1450s” in D. Peterson & D. Borntsein, Florence and beyond, cilture, society and politics in Renaissance Italy : essays in honour of John M. Najemy, Victoria university, Toronto, 2008.

    [27] Pour un exemple de ces débats, voir la revue du livre de Shaw en 2008 par Najemy dans Speculum, vol. 83, n°4, p. 1034-36.

    [28] John Najemy « Guild republicanism in trecento Florence : the success and ultimate failure of corporate politics”, Am Hist Rev, 84, 1, 1979, p. 55-71.

    ir


    votre commentaire
  • Retour de Calais

    Compte-rendu pour les amis

     

     Présent à Calais du lundi 25-3 au Vendredi premier avril

     

     

     

    1 Le camp

    2 Les discussions, le travail des associations

    3 L’analyse de la situation : les 3 émigrations, les trois origines  géographiques  

     4 Questions  pour l’avenir. Alternative à la soumission étatique  et à l’anarchie

    sensations  Première vision,  cocasse ; pour aller à la « jungle » je suis le défilé des migrants qui retournent de la ville par petits paquets ( de 3 ou 4). Ils se suivent les uns derrière les autres. On ne peut pas « manquer le train » même si comme moi on situe mal le camp sur le plan. Donc leur emboîter le pas en parfait anonyme. Un groupe de deux Syriens et deux Soudanais  finalement m’associe à leur marche. On parle avec les mains et un sabir arabo-anglais. Première évidence : ils fuient la guerre (toutes les guerres de leurs pays ). N’ont pas envie de mourir et se battre pour une quelconque idéologie.  Je leur parais crédible car ils se confient, je crois sincèrement.  Je les retrouverai un autre jour dans le camp, me sourient, m’appellent  le « teacher » ( car j’ai en bandoulière ma serviette de prof avec papiers, carnet de notes, plan) ; et que j’ai  voulu initialement  entrer en contact avec « l’école »  du camp  . Il me semble que ce surnom me restera les autres jours où je serai connu comme le prof. Tout ça,  dans la bonne humeur et les souvenirs : le Messie de Haendel a été joué là, à Noël

     

                La  deuxième vision est par contre effrayante, une fois la route nationale quittée,  les deux fourgons de CRS  à l’entrée, passés, vue cauchemardesque : un terrain de 4 ou 5 hectares  labourés comme un bombardement ; plus l’action incessante des  Bulldozers , pelleteuses et camions  qui nettoient les  cinq cents « habitations » avant  l’expulsion de la Zone nord ;  serrement de cœur quand, dans les débris, on voit des poupées d‘enfants, un ballon de foot , des habits broyés ou salis, outre un peu de matériel de cuisine traînés  là  qui demeure après l’évacuation. Je  m’approche de la seule cabane : les écoles (deux minuscules « salles »)  où un cours d’anglais  se déroule.  Les panneaux d’indications et les programmes tous en anglais. Je crois voir sur un tableau  une proposition de cours d’art ! La bibliothèque qui devait être garnie avec rangées de livres  brinquebalantes,  sans toit étanche,  maintenant est livrée au mauvais temps([1]).  Pensée pour Victor Hugo dont on lit la célèbre  sentence esquissée au pinceau « Une école qu’on ouvre, c’est une prison qui se ferme » !  Bref, un déluge d’impressions contradictoires. Dans la partie sud du camp qui résiste, le conglomérat de baraques dites « jungle »  me rappelle étrangement ce que les colons appelaient en Algérie, les villages nègres, c’est à dire  les bidonvilles, gourbis des quartiers indigènes à la sortie de la ville européenne.  Ou encore les villages de regroupement en  préfabriqué pour les expulsés des douars. Comme dans des bidonvilles, d’abord : le sentiment absolu de sécurité !! Rien de menaçant, aucun regard méfiant, en dessous,  aucune  interpellation menaçante,  aucune entrave à mes mouvements. Me sens plus en sécurité que dans les  rues de Marseille ou de Grenoble ([2]) Anarchie des « constructions » de fortune avec des rues au sol  boueux, quoique « propre » ;  sauf les ruisseaux recèlent des détritus. Pas d’odeur  nauséabonde non plus : (toilettes sèches). Immensité et  pauvreté des lieux,  la taille  du camp, même réduite de moitié,  correspond à un ghetto  de 6000  hab. Seuls subsistent quelques commerces et  « bistrots », façon squats, c’est à dire bricolés à partir de « rien ».  Sous les tentes ou les baraques, on aperçoit  un réchaud, une caisse comme    table avec des verres, Les rejets de notre société  servent là, ad minima, transformés par de gens inventifs. Peu de bruit : pas de musique arabe ou noire, pas de  haut parleur  (au café,   en sourdine,  table bancale,  minuscule espace). Population  beaucoup plus jeune que je ne le pensais ;  impression d’une majorité des moins de 25 ans ; ils ne mendient pas, ne se plaignent pas. Le camp est leur famille : ils se visitent,  silencieux   de baraque à l’autre, sans trop se mélanger (trop de nationalités différentes ?).Ils vivent en petits groupes  par affinités et non entièrement par nationalité. Ethniquement, on devine trois émigrations : le Moyen –Orient, l’Asie ( Pakistan, Afghanistan, Caucase, et en partie Inde) , la corne de l’Afrique avec ses Egyptiens et ses Noirs.  Pas d’uniformité, pas d’habits traditionnels sauf quelques Afghans ou Pakistanais.  Pas de femmes en vue ou d’enfants, mais une fois le camp vidé, les familles venaient d’être « dégroupées » et mises dans les abris-conteners (malgré leur  réticence d’être enfermés et envoyés de force vers leur pays).  Donc une impression  pas trop déprimante, vu la jeunesse et l’absence de désespoir.  Si on salue le premier,  ils saluent, si on sourit, ils sourient en retour, si on demande un renseignement ils s’arrêtent et tentent de comprendre et d’aider. Dénuement bien sûr  mais aucune fraction des habitants ne joue la victimisation.  Ce qui frappe  cependant est entre eux la double barrière de la langue, et au-delà du mur invisible du ghetto, une aisance urbaine à circuler dans   la ville à coté (4 ou 5 Kms).  Ils la fréquentent peu,  sauf les grandes surfaces  discount. Ils  reviennent rapidement comme si le camp était la sécurité, la  matrice contre les aléas de la police. Quand  ils marchent hors du camp,  c’est  d’un pas rapide et  ne traînent pas ; quand ils parlent c’est vite aussi.  En ville,  ils ne regardent pas les vitrines de luxe  ou les commerces de mode. Ils vont visiter d’autres  compatriotes, ailleurs et paraissent toujours occupés : pas d’oisifs, bien qu’il n’y ait  probablement  peu à faire.  Pas d’attente inactive, le mouvement est l’animation incessante. Dans quels buts ?  Améliorer  l’ordinaire, trouver de menus biens en vue de son confort,  et des choses à cuisiner.  Personne  ne  dévisage l’étranger  de passage. Ils font la queue aux lieux de distribution par les volontaires,  genre « soupes populaires », qu’ils avalent vite debout.  Ambiance d’occupations sans finalité visible mais  des taches inconnues  se pratiquent. Aucun symbole,  ni nom de rue ou de direction. Tous ont l’air de s’y retrouver et chaque quartier parait avoir ses « nationaux ».  Impression d’une communauté  parmi un chaos matériel ; un maëlstrom de mouvements, une circulation incessante, bref une marche en rond 

    En dialoguant  en un sabir ou avec les rares francophones,  on apprend ou on  devine : ils veulent tous  partir en Angleterre et apparaissent sûrs d’y arriver. Donc ils  sont patients  et  déterminés. En contact téléphonique et mails avec l’Outre-Manche et avec leur familles restées au pays. Beaucoup sont des urbains, bien scolarisés, cultivés qui ont voyagé.  Si on  parle  arabe, on apprend qu’ils furent étudiants, informaticiens, agents publics, cadres d’industrie, comptables et instructeurs. L’émigration, là, serait culturelle et antireligieuse,  fuite  face au traditionalisme  de leur société, fuite devant le patriarcat et  l’anti-développement  des régimes féodaux.

    Une seule aversion  leur est commune : l’antimilitarisme ; ils détestent toutes les armées, toutes les limites de mouvement, y compris les ex-talibans, les Irakiens ou ceux venus d’Asie centrale,  après 20  ans de  combats.  Ils furent souvent enrôlés de force, battus et maltraités,  veulent échapper à tous les conflits armés. Ne veulent combattre pour aucun parti, ni clan religieux. Quelques-uns  sont des déserteurs de chez Assad ou Daesch, ont parfois été prisonniers d’un camp ou de l’autre, et cherchent à s’éloigner de cet enfer à brutalité égale.  Ils ont des ordinateurs et des portables qu’ils manipulent, assis à terre, avec un courant  alimenté  de générateurs.  Conditions spartiates dont ils ne se plaignent pas, conscients de leur chance d’avoir mis des milliers de Kms entre eux et le « front ». Ne veulent pas être pris en photos, de peur de représailles contre leurs parents. 

    Mes impressions  sont rapides  et subjectives ; donc à vérifier avant de conclure. Mais  ces rencontres, ce voyage à Calais, sont à faire à tout prix ! Sans risques mais instructives. Je ne le regrette pas  car j’ai appris en 4 jours plus qu’en 4 ans de reportages de médias

     

      II  la longue marche des associations de bénévoles et des collectifs militants. Début d’un mouvement de fond qui fera de ces bénévoles dans 10 ans, des   pionniers,   des soldats de la paix de  cette Europe-contacts qui naît ici ,voire  du futur pays: « l’Eurasie ». La sensation qu’un monde nouveau se créé là, qu’une ère  de relations avec le tiers ou le quart-monde émerge là est très forte.  En tout cas, c’est cette conviction qui m’a conduit  à mon âge à  faire des observations sur cette entreprise, hors du commun et totalement imprévue

    La foule des « assos », les volontaires locaux nombreux, un forum  de toutes sortes d’ ONG  ou petits groupes  internationaux se concentrent  sur  une étroite bordure littorale.  Des militants, partout dans le camp, avec  la même obsession ; secourir dans l’urgence. Une  intense activité, mais sans énervement et à chacune, un secteur  d’action. Souvent regroupées en plateformes, auberges, elles offrent soins, ressources alimentaires ; ces associations au fort dynamisme et sens d’inventif ont improvisé une aide en quelques mois grâce à une organisation spontanée ! Il semble régner  une égalité (entre responsables et la base ?) : est-ce le résultat de  la   jeunesse des « engagés » ? Où à l'automatisme de l’internationalisme coopératif ? (Nombreux pays représentés :40 nationalités de  volontaires  se côtoient là  depuis 5 ans). Donc d’innombrables collectifs, informels ou pas, des grandes ONG  et des inorganisés de la région,  collaborent, indistinctement,  dans une lutte anonyme, sans sigles, sans signes d’appartenance, sans moyens, sans gratifications ; avec une seule visée : être utile et  nourrir 6000 personnes tous les jours. Le sentiment d’estime et de gratitude envers tous  ces  gens dévoués, devrait être entier de la part du reste de la population  française. Une fraction de  nos compatriotes a cependant la certitude inverse. Quand je feuillette le bulletin municipal de Mme Bouchart,  la maire de Calais : deux articles  me frappent,    deux problèmes  ramenés  à une seule solution : « Eradiquez les goélands ( ils saliraient,   crevant les sacs poubelles ; déjections sur les toits ) et  éloignez les migrants. Dans un cas elle préconise la stérilisation....  des nids et  veut chasser les migrants hors de notre vue,  au  titre du projet en cours : faire de Calais, la Saint Tropez  du Nord !

    En parlant en ville avec taxis, commerçants, employés de service, on  devine que cette politique discriminatoire  gêne  bien des administrés. On ne sent vraiment pas d’hostilité forte, en tout cas aucun racisme « petit blanc ».  Les notables « excédés »  sont  néanmoins ceux qui font les  meilleures affaires (hôtels pleins, commerce apparemment pas atteint : des bénévoles étrangers, des touristes  consomment et améliorent les profits hôteliers). Ils profitent  de ça pour que l’Etat déclare la zone sinistrée,  « en catastrophe naturelle ». Le business as usual ?

     

     Dans le centre ville, peu de migrants visibles ou alors très discrets, ils passent vite de peur de la...fourrière ! Les Anglais viennent nombreux pour la journée : hôtels à eux,  une brasserie, un pub irlandais... Ce mélange est très curieux et se vit dans la bonne humeur. Impression que la solidarité internationale  a trouvé là un terrain  d’élection, un lieu de rencontre et de discussion permanente. J’ai visité un « gare » de triage de la récupération des matériaux de construction, de vêtements usagés, de nourriture, un entrepôt, non loin du port,  où s’entassent de montagnes de produits à  distribuer. Chaussures bienvenues, habits chauds recherchés.  .Les policiers   déplacent parfois des groupes de migrants qu’ils  abandonnent loin dans la nature ....et  prennent leurs chaussures pour les immobiliser.  Exclusions dérisoires car ils reviennent toujours 

    En conséquence, ce ramassage au sein de  l’Europe  procure habits, couvertures, sacs de couchage,  tentes,  outils de construction d’abris,  bois de chauffage (débiter les palettes abandonnées au port) . Intense activité autour de ces tas en vrac. Une centaine de bénévoles se relaient, l’air heureux  malgré  la rusticité  du lieu et  chacun fait sa tache sans disputes et apparemment, sans  discussions : une ruche ou mieux une fourmilière où chacun sait parfaitement ce qu’il doit faire et le réalise sans s’arrêter, sans bavarder, sans gêner les divers déménagements.  Des équipes d’Anglaises (à première vue : jeunes filles de 20  à 30 ans, motivées, concentrées) vivent sur l’entrepôt  dans des petites baraques ou caravanes installées là. Propreté malgré la vétusté.  Au sein de ce chaos, on pressent  une logique de fraternité, et  de liberté par l’action. Un ordre de l’efficacité règne sous le désordre.  Impressionnante conviction qui se dégage du fait de l’énergie de la jeunesse inébranlable (recommencer toujours et toujours ce que notre administration et  police démolissent). Les Anglais viennent, me dit-on, par roulement de 15 jours en aide intensive. Partout, on entend plus d’anglais que de français ou d’arabe (manque des traducteurs malgré des bénévoles africains). Une authentique Internationale en faveur des damnés de la terre de Calais!

    Qu’il n’y ait pas beaucoup de  nos compatriotes, hors les  volontaires de la région, est regrettable. On ne voit pas d’étudiants,  militants de nos universités. Pourtant observer ce  cas d’école de concentration  de bonne volonté  et de collaboration extranationale serait unique. On rencontre de nombreux jeunes journalistes free-lance, photographes, cinéastes ; quelques thésards étrangers  recueillant des documents. Une mémoire à construire ? Je le souhaite comme de trouver le futur mémorialiste de cette épopée qui  symbolisera longtemps, un moment de l’histoire de l’Europe et de l’Asie-Afrique

    Insolites, des convois de camions viennent de l’Europe entière et débarquent leurs marchandises . Une  fois  les Belges arrivèrent avec 40 véhicules  emplis de tous les résidus  de la société de consommation (incongruité des contenus: parfois des sous vêtements  féminins ou de luxe !)   Bien sûr  geste maladroit et involontairement « provocateur » pour des  hommes depuis longtemps  coupés des femmes. Au passage : comment fait-on pour qu’une cohorte   de 5000 jeunes gens  se contrôlent,  soient en tous points respectueux de l’autre sexe, ne le  dévisage pas, ni ne pratique invites, ou  allusions douteuses ; bien entendu  des maffias, (Russes ? très présents en ville de Calais à l’affût d’affaires)  ont  installé un bordel de « campagne »,

    On présumera que la  retenue de la part de milliers de jeunes gens coupés de relations féminines, n’est pas uniquement   due à l’appréhension  de l’expulsion mais, je pense,  plutôt à leur culture familiale, une relation  moderne  entre jeunes des deux sexes : On  signale quelques  viols aussi.. par des CRS !). Quand on  sait  la violence sexuelle exercée par nos soldats  durant les guerres coloniales  –où celle, actuelles, des soldats  des forces d’interposition ONU, au Mali, République centrafricaine ,on ne peut   qu’apprécier la différence de mentalité et  une distinction  native,  entre une soi disant civilisation et  la barbarie,  différences qui ne sont pas là où on les croit

    J’ai assisté à 2 réunions de collectifs d’aide  à Calais- même. Là aussi une bonne surprise : pas de rite ni de bavardage creux,   pas de hiérarchie avérée ;  pas d’autoritarisme de leader, pas de contrainte sur sujets et temps de parole. Sur  la trentaine de  militants observés :   jeunesse manifeste ; tous  moins de 30 ans plus  trois ou 4 sexagénaires.  Mélange sans problème et sans  imposition  d’ordre d’intervention ou d’un droit de parole d’aînesse. Tous les participants semblent respecter un temps équivalent à celui des autres. Personne ne monopolise un avis. Là, donc changement total par rapport aux discussion militantes.  Peu de conflits de personnes ; peu de polémiques entre associations : il faut être direct, rapide, efficace dans la prise de décision et  la réalisation des taches

    Cette nouvelle démocratie  de base a-t-elle  demandé un  gros effort, est-elle une contrainte de la situation ?les ego politiques semblent disparus dans une logique d’urgence d’action. Pour celui qui a vécu l’inverse, dans les années antérieures, des mouvements activistes,  c’est un événement à réfléchir D’autant plus surprenant que les origines  et les caractéristiques de la dizaine d’associations présentes  sont variées, incluant des divergences probablement, mais elles n’entravent pas le collectif . Pas de complaisance  à soi, pas de valorisation de son propre groupe. Les sujets évoqués sont la diffusion des informations données par chaque  association ou collectif pour son secteur  au sujet  de l’état de santé  (par exemple les grévistes de la faim); les répliques à l’Etat et à la police ;  les réactions en cours par les personnels et autres actions en  cours justice saisie des instances internationales, un recensement de la population. Je résume excessivement 2 h. 30 de discussions.  Pour  celui qui   abhorre la volonté  ordinaire de se mettre en avant,  la sélection (dureté des actes à mener,  conditions de travail précaires)  engendre des acteurs réalistes et  dynamiques  pour qui l’engagement semble aller de soi.  On ne parle pas des difficultés ordinairesà   se faire entendre de  l’extérieur.   Tous Volontaires  sans complainte, une volonté de se battre contre l’apathie générale malgré l’indifférence des partis locaux et  la pression des groupes fascisants

     Les interventions portent sur la stratégie  à court terme. Les discussions sont basiques et réalistes : résoudrent des cas particuliers ; familles dispersées par la police qui dispatche et ou sépare parents et enfants. Parmi les militants  (en majorité de femmes), plusieurs nationalités,  notamment d’ avocats et personnels de santé  (je n’ai pas vu d’enseignants) se battent sur ce front depuis 3 ou 4 ans (ils étaient là  pour Sangate)

    Quelques  points de l’ordre du jour : les recours, plaintes déposées,  enquêtes pour étayer un dossier,  affectations par la préfecture des abris et destinations,  évacuation des squats  ou assignement et  l’attribution  du  papier (demande d’asile) «  le fameux papier » qui donne le minimum d’existence  face à l’expulsion ou aux  menaces policières ( chez les CRS on   devine deux extrêmes :  tolérance et même bienveillance dans les contrôles ou bien animosité  et violences gratuites : un coup de matraque sur la tête sans raison , en passant)

     

     

     

     

     3 Part du compte–rendu adressé : « Aux camarades » ( et à la mémoire de l’un d’eux, récemment disparu à 38 ans : Max Brichet)

     

     

    Les attentes  à l’égard de la démocratie et de la république ressenties au cours de mes discussions avec des militants de Calais, devenus vite des amis (qui m’ont facilité l’accès) s’appuient, -je le dis avec tout le respect à l’égard  de leur action-, plus que je ne le pensais, sur des  schémas où le rôle de l’Etat reste prédominant.  Ils sont  étonnamment à la fois très critiques et légalistes. Les recherches de solutions qu’ils poursuivent avec acharnement  passent  toutes par la justice civile, administrative ou internationale (faire condamner par la Cour Européenne de justice ; l’appel aux Droits de l’Homme) ,bref mobiliser la conscience des élus et des électeurs,  s’appuyer  tout en les critiquant sur les organes locaux du pouvoir. Et ceci est bien naturel .Premier adversaire : l’Etat, dont l’absence de volonté de solutions humaines  aux migrations est manifeste, mais aussi qui représente contradictoirement, le seul et unique remède (à part l’action citoyenne) . Pas d’autre  « sortie » sinon la violence  pour la violence. Car en face de la force publique et de la loi,  il n’y a rien,  sinon la violence en réponse; les anarchistes au coup par coup ;; l’extrême -gauche agitatrice qui tentent  d’opposer une réponse constructive de féderations d'associations; celle de la république indigne et inhumaine. Entre ces deux  extrêmes :pas d’alternative. Apparemment on ne pourrait sortir du piège actuel  du  manichéisme. Selon l’opinion, si on abandonne le  « modèle » du régime démocratique dominant, même  pourrissant, on tombe dans le nihilisme ou  l’opposition stérile et systématique

    Or, il existe des issues qui nous paraissent, à nous, naturelles.  De vrais exemples et de vraies expériences sur deux siècles  manifestent le contraire du fixisme et de l’immobilisme. Et quand nous leur en faisons part,  ils sont surpris. Les  idées que nous avons abandonnées, nous, il y a longtemps, à base de clichés, de tutelle de la pensée dominante, de catégories de raisonnement devenues obsolètes,  sont-elles trop lourdes à soulever? Entre le système Gauche/Droite qui a pu être un moyen de classement et d’analyse  et qui ne l’est plus depuis 20 ans  (ou même avant) que faire ?  Nous savons  qu’il y a  d’autres voies. Si on n’accepte pas la république et la démocratie actuellement en vigueur, on tomberait dans le chaos ! Non !il suffit d’inventer, de montrer un peu d’imagination historique ; la pauvreté des idées et le conformisme de débat est déprimante. Tous les volontaires, engagés avec qui j’ai discuté, n’imaginent pas  des solutions moyennes. Ils tombent des nues quand je leur dis que nous, notre groupe (c’est-à-dire rien ; personne ; c’est vrai)  avons pensé à la transition vers une autre République très différente, mieux adaptée  au temps, meilleure en résultats que celle qui s’effondre (qui n’a jamais  été convaincante, ex : les épisodes coloniaux)  et qu‘une  démocratie enrichie peu  dépasser celle que nos aïeux ont inventée.

    Quand j’évoque les moyens techniques juridiques dont, nous, nous parlons tous les jours et qui nous semblent évidents,ils restent attentifs mais incrédules comme si les jeux était fait depuis 2 siècles, les normes intouchables, les codes, sacrés puisqu’ ils viendraient de « 89 » ! Gauche / Droite même combat : les « gaudro » comme on dit entre nous, confusion des valeurs et des partis. C’est  simple, pour nous qui avons pensé le combat G/D comme illusoire depuis la guerre d’Algérie et qui avons esquissé des solutions autres

    C’est ce fossé de croyances possibles, le réalisme ordinaire, qui nous sépare des meilleurs militants de Calais  ou d’ailleurs, et qui me fait vous dire que nous avons du pain sur la planche, camarades, pour justifier les solutions  banales, pour nous, démocrates et républicains, mais d’une autre sorte. Alors Calais m’a fait sentir que nous devions combler le fossé,  et redoubler d’efforts  de diffusion de ce qui est pour nous si manifeste ; les  bénévoles qui  oeuvrent et qui sont la régénération au nom de la libération de migrants  devraient être pour nous, le premier public. Les migrants n’échapperont au destin funeste que si la conscience politique française est « révolutionnée ». Mais notre aveuglement ne date pas d’hier, il est historique ; le gaspillage de notre enseignement est ahurissant, idem la pauvreté de notre recherche universitaire.  

    Aux armes, amis,  stylos,  blogs,  exposés  publics : le boulot nous attend et commence  sur ce bord de France !  

    La République  actuelle est fausse bonne idée, la démocratie est fictive  dans les faits et dans les réalisations : il nous faut de la patience, de la pédagogie  et accepter le refus de institutions installées, l’académisme, le journalisme que nous vivons tous les jours,  en lanceur d’alertes   de la médiocrité intellectuelle. Vous savez le sort fait à nos conceptions sur la vie et la fin  des républiques qui ne fait pas débat. Vous le savez, camarades : ce chemin  clandestin sur le web évoqué souvent  entre nous, et le livre quasi collectif ([3] ) qui  en est issu raconte les cas vécus  de républiques fortes ou faibles, vivantes ou en  morts  cérébrales. Toutes les innovations ayant vu le jour doivent être connues. Je rappelle quelques inventions de nos ancêtres de toutes nationalités ;  représentation élective ou tirage au sort sélectif, choix locaux ou nationaux, contrôle des élus par des jurys populaires ? Des quotas de certaines professions ou certains secteurs parmi les élus ?  Droit de vote  ou droit à l’accès au scrutin il faut choisir ! Beaucoup de choses ont été tentées et ont  réussi ailleurs dans l’histoire républicaine.  Nous, on reste bloqué sur notre Révolution de 89.  Le suffrage universel doit être revu  afin que la fausse égalité « un Homme, une voix »  soit atténuée car formelle  ainsi que l’éligibilité à base de la fortune et des dépenses personnelles à   salarier des agents de propagande. Que soient  réhabilités le vote de groupes en collectifs acteurs, et la gratuité de candidature soutenues par des régions ou  des professions

    La limitation des droits de la propriété, notamment  celle économique cruciale imposerait  un  non droit à l’héritage au-delà de 2 générations ; les portefeuilles d’actions et les  fonds  hérités seraient plafonnés. Surveillance des propriétés associatives extensives, la propriété privée, elle même,    ne peut être sans limites ; celle d’entreprise doit être surveillée (corps d’avocats publics à ce service) ;  les directions  ne seraient pas de droit divin mais renouvelables par tirage au sort ou issues  d’horizons variés ;  les groupes de taille mondiale doivent être surveillés et particulièrement la propriété des grands médias et des éditions. Ils nous dictent ce qu’il faut penser aujourd’hui, ce que nous devons croire, comme seules solutions. Notre manque d’imagination créatrice est  funeste et nous renvoie aux vieilles lunes dont se servent de piètres  opportunistes  dans nos organes de pouvoir

     Des anthropologues (Jack Goody le plus connu),  de nombreux historiens ont étudié les diverses républiques dans le temps et par le monde.  Elles ont connu des expériences incomparables et des solutions ingénieuses, riches, aux contradictions parfois fécondes. Nous n’en savons rien puisqu’on ne les étudie jamais en série.  Notre ignorance rétrospective est insondable et personne au sommet ne nous aide, ni n’incite, puisque le mot d’ordre de tout pouvoir est le pouvoir en soi.  La complexité des cas démocratiques  inventés depuis l’Antiquité mérite une réflexion comparative. La diversité des situations mondiales doit faire sortir l’Europe de son enclos frileux

    Par exemple :

    Le mode de gestion des élus devra être contrôlé par les électeurs : refus de mandats successifs ;  mélange  obligatoire des professions à L’Assemblée  Nationales où seules  une quinzaine de professions sont surreprésentées .Chercher des équilibres dans le mélange  des expériences professionnelles vécues par les députés et mélange des compétences des élus. Mille solutions et mille suggestions ont été analysées dans le passé et expérimentées Mais les juristes se taisent et c’est les moins bien placés d’entre eux qui parlent. Donc refuser la professionnalisation des politiciens, à vie. Renouveler  les écoles de formation à la politique et  interdire l’autosélection des élites qui gouvernent depuis 50 ans en puisant dans le même vivier de scolarisation « diplômé ès études politiques » ; de là la sclérose des vedettes en politique  ,leur étroitesse d’esprit  et leur absence de sens pratique

     De nombreuses autres solutions ont été trouvées dans la longue histoire des Républiques -notamment sur le mode de scrutin (ni majoritaire, ni proportionnel par quotas de grands secteurs économiques nationaux). Le mode de représentation : abandon du « Un homme-une voix », au profit des choix de votes multiples, pour des individus en charge de la Nation  (actifs/ jeunes parents)

    -Sur les modalités de vote : rapprocher les  urnes et les bureaux, des cités et des quartiers, les étaler sur plusieurs jours pour intéresser la population qui est actuellement exclue (lourdeur des procédures et  immobilisation du lieu de vote). Votes de groupes ou d’associations qui auraient droit  de parole au mode d’élection; les urnes sur les lieux de vie  et les cités faciliteraient  un scrutin adapté au mode de vie. Tout ceci a été expérimenté  et a marché au profit de la mobilité et de l’ouverture. Depuis 50 ans aucune idée nouvelle des constitutionnalistes, hors de  leur petit terrain,  n’a vu le jour.  La culture historique s’est étiolée

    -Un corps de comptables itinérants comme ceux de la Cour des comptes assurerait la  surveillance de la grande corruption et la peine capitale pour les récidivistes.   Renouvellement obligatoire des assemblées élues par interdiction de deux mandats (la Constituante l’avait fait en 1791,  sinon autosatisfaction permanente des élus)

    Notre sens critique est émoussé, les initiatives sont étouffées. Nous avons perdu toute imagination. Cependant l’étendue de l’expertise des  diverses républiques, bien sûr toutes mortelles, permettra la réflexion sur forces et moyens, sur progressisme et conservatisme,  succès et échecs.

    Un répertoire de création  d’idées neuves  en  amélioration démocratique  sera ouvert.

    A vos tribunes !!

    Et  Merci à Calais  si ce fut le point de départ du renouvellement

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    [1] Pancarte qui survit dans les ruines « Ecole laïque des dunes ». Quelques graffitis  sur ce qui reste de l’ « église » (genre étable de Bethlehem) : « La France se prostitue  sur les trottoirs des dictatures du monde »

    [2] Anecdote cocasse :  avant le départ j’ai fait l’expérience de la menace; allant à la gare avec ma valise, sur le trottoir d’une avenue passante, je me suis porté sans le temps de réfléchir au secours d’une  conductrice qui, se garant, ouvre sa fenêtre et se voir dérobée  par un homme, de sa bourse, le sac et le portable sur le siège. Elle les agrippe, l’homme tire par la vitre et secoue; je suis à pied, et saisis entre les deux,  la lanière tirée par  chacun : je demande poliment  au voleur de « laisser la dame tranquille ». Je reçois un coup de pied au ventre, genre boxe  libre ou karaté, et  suis cul à terre. L’homme qui arrache,  part en courant ;  une leçon : Moi ?  Vouloir porter secours à une femme ?   Pas deux fois !

    [3]  Cf.Nos publications, ou celles introuvables telle ; « La mort des républiques »  : site Mondialisation et Histoire (Peneff et al.)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires